La communication européenne doit-elle s’émanciper de la politisation de l’UE ?

A rebours du déficit démocratique qui pétitionne que l’opinion des citoyens n’est pas prise en compte par l’UE, la politisation apparaît comme la panacée pour faire évoluer les politiques publiques de l’UE en fonction des attentes de l’opinion publique européenne. Le jeu en vaut-il pourtant la chandelle, à suivre le chercheur Iskander De Bruycker ?

La politisation est théoriquement bénéfique

Censée « délivrer » tout à la fois, c’est-à-dire capter l’attention médiatique, mobiliser la société civile, générer des controverses partisanes et donc in fine mobiliser l’opinion publique, la politisation semble bien être en apparence la potion magique pour l’Union européenne.

Certes, la politisation accroit et amplifie les demandes émergentes de changement de politique publique, sous la pression médiatique ou de la société civile. Mais, il s’agira quasiment toujours de minorités agissantes qui luttent pour imposer leur agenda de solutions à des pouvoirs publics européens trop heureux de rencontrer des interlocuteurs qui leur renvoient une image flatteuse et les légitiment. Voilà bien un jeu qui peut se révéler dangereux où les plus loquaces ne sont pas forcément les plus nombreux et les plus représentatifs.

De même, la politisation joue un rôle instructif, en informant les citoyens des changements de politiques publiques européennes, contribuant ainsi à l’ajustement de leurs attentes. Mais, là encore, si ces évolutions consistent à faire des simplifications abusives, des présentations tronquées, des approximations accommodantes, les facilités d’une politisation abusive peuvent être contre-productives.

Le paradoxe de la politisation

Non seulement, l’opportunité de la politisation comme accélérateur en renforçant la connexion entre les citoyens européens et les politiques publiques européennes doit être pesée au trébuchet du risque correspondant à la boite de Pandore des voix eurosceptiques qui s’exprimeront plus bruyamment ; mais surtout la saine discussion et le légitime contrôle démocratique introduit par la politisation un système plus réactif et plus mature qui parfois fait dérailler la machine technocratique bruxelloise et réduit le mouvement d’intégration de la méthode communautaire plus consensuelle.

En somme, la politisation est plutôt une matière inflammable pour la communication européenne, qui ne devrait pas céder trop facilement à ses sirènes. La création d’un espace public européen et d’une vie politique paneuropéenne ne pourront se réaliser par des raccourcis.

Publié dans Communication de l'UE, Communication sur l'Europe | Marqué avec | Laisser un commentaire

La communication européenne doit-elle s’émanciper d’une symbolique d’institution internationale ?

La dimension symbolique de l’Union européenne représente un chantier sensible mais impératif pour la communication européenne, afin là-encore de se libérer des carcans et des vieux schémas.

Vers une politique symbolique hybride, ni d’institution internationale, ni d’Etat-nation

Selon François Foret, professeur de science politique à l’Université Libre de Bruxelles et chaire Jean Monnet, rencontré par Le Grand Continent, « l’UE oscille entre deux types de politique symbolique qui coexistent, et prennent périodiquement le pas l’une sur l’autre ».

D’une part, « les méthodes de construction de l’État-nation : histoire et mémoire mobilisées pour élaborer un “grand récit”, célébration d’une culture partagée comme ferment d’une identité commune, territorialisation du politique et des allégeances, marqueurs d’un “nous” par rapport aux “autres”, etc. La création – avec un succès variable – du drapeau aux douze étoiles, de l’hymne européen, d’une série de récompenses, du passeport européen et même dans une certaine mesure de l’euro participent de cette philosophie. »

D’autre part, « le second type de politique symbolique s’inspire davantage du répertoire des grandes entreprises ou des institutions internationales. Il s’adresse à l’individu autant comme citoyen que comme consommateur pour montrer en quoi l’Europe sert son intérêt particulier. Il souligne la rationalité et l’efficacité de l’action publique européenne, les vertus de la mobilité permise par l’effacement des frontières et se décline à la façon du slogan “l’Europe dans votre poche” ou “Europe on the move”. »

Ni la symbolique étatique, ni la symbolique d’institution internationale ne reflète la réalité autant qu’elle la fait advenir. La symbolique de l’UE doit se construire comme « le miroir des réalisations concrètes de l’Europe, d’un vivre-ensemble résilient malgré ses remises en cause successives, en même temps que de ses incertitudes résiduelles ».

François Foret souligne « deux éléments prépondérants. D’une part, aucune identité européenne n’a capacité (ni vocation) à se substituer aux allégeances et cultures nationales. D’autre part, le lien politique a considérablement évolué depuis la grande époque du “nation-building” et les États nationaux eux-mêmes ne correspondent pas au modèle d’homogénéité fantasmé par certains ».

En somme, la politique symbolique de l’Union européenne doit trouver son propre chemin pour refléter sa nature hybride au-delà d’une simple institution internationale mais en deçà d’une construction étatique traditionnelle. Penser la dimension symbolique conduit à trouver une forme sui generis de la communication européenne.

Publié dans Communication de l'UE, Communication sur l'Europe | Marqué avec | Laisser un commentaire

La communication européenne doit-elle être déraisonnable pour passionner ?

A l’heure des fake news, infox en bon français, il ne s’agit pas de plaider pour que la communication européenne prenne le chemin des populistes et sombre dans l’irrationnel et la dissimulation ou le mensonge. Bien au contraire ! Néanmoins, l’ennui, la monotonie, la rationalité ratiocinante ne peuvent plus suffire pour contrer les discours anti-européens.

Dépasser le projet rationnel et l’esprit de sérieux pour partager émotions et passions communes

A suivre Pascal Lamy, rencontré par Le Grand Continent, la communication européenne doit trouver les moyens de s’extirper d’un paradoxe où le projet européen pour se délier des passions négatives… doit trouver ses passions positives.

« La base de la souveraineté de l’Europe est rationnelle et relève de l’aspect commercial et économique de l’Union. Le sommet est purement passionnel et imaginaire : c’est toutes les questions liées à la défense et la sécurité européennes. L’Europe existe là où il y a de la raison, mais pas là où il y a de la passion. Développer une politique de sécurité commune, c’est finalement partager les mêmes cauchemars. »

Que faut-il en conclure pour la communication européenne ?

Que la seule solution viendra de la créativité, de ce petit plus « déraisonnable » mais pas irrationnel, ce petit grain de folie passionnel hors de l’esprit de sérieux qui prédomine et surdétermine les discours sur l’Europe.

La communication européenne doit considérer pour de vrai les différentes sensibilités nationales, qui dépendent des développements culturels et historiques afin de proposer un véritable « récit équilibré », respectant la liberté de presse et d’opinion et comprenant mieux non seulement les problèmes institutionnels, mais aussi les problèmes pratiques et les préoccupations communes.

Par ailleurs, la communication européenne ne doit pas craindre d’être plus prosaïque, moins stratosphérique pour aborder ses sujets de la vie quotidienne ainsi que viser à faire vivre des expériences européennes, au-delà des débats d’idées et à échelle humaine.

En somme, partager des valeurs pour résoudre les divergences et surmonter les obstacles stéréotypés est nécessaire, mais n’est plus suffisant. La communication européenne doit impérativement parvenir à remobiliser les cœurs européens autour non pas de passions tristes mais d’émotions positives, littéralement communicatives.

Publié dans Communication de l'UE, Communication sur l'Europe | Marqué avec | Laisser un commentaire

La communication européenne doit-elle prétendre à la souveraineté ?

Qu’est-ce que le Tiers-État selon Sièyes ? Ceux qui aspire à être quelque chose. C’est un peu le problème de la communication européenne, aujourd’hui quasiment rien, mais demain un peu plus. De quoi s’agit-il ?

Valeurs humanistes contre passions identitaires nationales : le match du siècle passé

Sur le marché des idées, deux positions moins caricaturales que l’opposition entre « nationalistes » et « progressistes » semblent irréductiblement se faire face entre :

  • D’une part, une vision supposément irénique héritée de l’humanisme des Lumières dont le corolaire correspondrait au socle irréfragable des valeurs au cœur du projet européen ;
  • D’autre part, une vision forcément souverainiste animée par les viles passions des identités nationales.

Ces pétitions de principe ne répondent plus de manière satisfaisante, ni l’une ni l’autre, aux défis auxquels les Européens sont confrontés – qui nécessitent de partager les souverainetés des États membres – pour développer une capacité à peser dans les rapports de force internationaux sur les grands enjeux et à défendre non seulement leurs valeurs mais aussi leurs intérêts stratégiques communs.

D’un projet de paix perpétuelle à un projet de puissance régalienne : le défi souverain contemporain

Pour citer Thierry Chopin, dans sa fiche de lecture du dernier opus de Luuk van Middelaar : « Les crises poussent les Européens à devoir agir (…) ce qui suppose de briser un certain nombre de tabous et d’impensés afin de prendre au sérieux certaines exigences politiques fondamentales : notamment celle des frontières et celle de l’identité ».

Cela suppose le « passage » du projet de paix, l’Europe étant « éminemment un acte moral » soutenu par la volonté de réconciliation et par l’idéalisme à un projet de puissance, la construction européenne étant un acte politique fondé sur le jugement et impliquant la redéfinition des intérêts propres des participants.

Dans ce changement de paradigme dont on peine à accoucher, le projet de paix qui exigeait le sacrifice des identités nationales au profit de valeurs universelles doit laisser place au projet de puissance qui requiert le développement d’une identité européenne avec des Européens engagés, et même fiers de leur identité.

Pour le moment, la communication européenne ne parvient pas à penser l’Europe non plus seulement comme un projet porté par le doux commerce donc le marché et la régulation mais comme un projet autour de la souveraineté et de la sécurité, donc avant tout en termes de puissance.

En somme, la communication européenne pour mobiliser les Européens, polariser les débats politiques et apparaître comme la réponse légitime doit se saisir des enjeux régaliens afin de démontrer la plus-value d’un projet européen souverain qui protège et se projette dans le monde.

Publié dans Communication de l'UE, Communication sur l'Europe | Marqué avec | Laisser un commentaire

La communication européenne doit-elle être encore universaliste ?

Sans doute la révolution copernicienne la plus nécessaire de la communication européenne, la fin de l’universalisme qui voudrait s’adresser à tout le monde, donc finalement à personne est le deuil le plus difficile que les institutions européennes ne sont pas encore parvenues à faire. Pourquoi faut-il le faire ?

Comprendre les nouveaux clivages

Avant, le débat européen opposait les pro- et les anti- européens. Quoique cette discussion primitive perdure encore dans des formes caricaturales entretenues davantage par la méconnaissance, la mauvaise volonté ou les mauvaises intentions, elle ne peut et ne doit plus être considérée comme l’alpha et l’oméga.

Maintenant, face aux défis géostratégiques visant à assurer la stabilité sécuritaire et géopolitique ainsi que la transition énergétique, climatique, environnementale et technologique du continent européen, le débat devient beaucoup plus sérieux.

Selon Jean-Louis Bourlanges dans l’émission le Nouvel Esprit Public du 9 septembre 2018, la ligne de clivage partage dorénavant :

  • D’une part, une vision universelle de l’Europe qui réunit les idéalistes et les eurosceptiques dans un miroir déformant : l’Europe est ainsi pour le meilleur ou pour le pire une sorte de petite ONU à l’échelle du continent qui, pour aller très vite, donne des leçons de morale et distribue des bons points ;
  • D’autre part, « une vision européenne qui tente cette révolution copernicienne de savoir que nous ne sommes plus au centre du monde, mais au milieu, enfin parfois au centre, parfois en périphérie ».

Du coup, la principale question posée autant par l’époque que par la nécessité : comment faire pour que la réaction identitaire contre l’Europe universelle ne dérive pas en identitarisme extrémiste ?

Répondre aux nouveaux défis de notre temps

Le projet européen doit parvenir à trouver la synthèse, une sorte de « en même temps qui saurait se penser » autour d’une offre politique qui allie solidarité européenne et identité européenne.

Après l’impératif de l’intégration d’une union sans cesse plus étroite, le temps serait venu pour un « réformisme de sauvegarde » afin de tenir en même temps :

  • Humanisme et contrôle des frontières/de l’immigration ;
  • Respect des valeurs de l’État de droit, des droits de l’homme et contrôle des contre-pouvoirs ;
  • Solidarité et compétitivité ;
  • Puissance ouverte et régulée, équitable et profitable…

Ces oxymores doivent correspondre à la nouvelle synthèse proprement européenne face aux défis contemporains plutôt qu’aux réponses « textbook » héritées du passé et des Pères fondateurs. Il ne s’agit pas de renverser la table, de faire table rase ; mais bien plutôt de construire, sur les fondations existantes, les nouveaux contreforts, les nouveaux piliers… qui permettront au projet européen de se déployer pour les générations futures.

En somme, la difficile naissance d’une nouvelle synthèse discursive sur l’Europe plus européenne qu’universaliste est l’un des enjeux essentiels pour parvenir à redéfinir les lignes de fractures, donc les forces politiques, donc les majorités dans les têtes puis les urnes et enfin au pouvoir.

Publié dans Communication de l'UE, Communication sur l'Europe | Marqué avec | Laisser un commentaire