Quels imaginaires pour l’Europe : dessinateurs et historiens ?

Alors que l’Union européenne n’a pas les attributs symboliques d’un État, malgré son hymne, son drapeau et sa capitale Bruxelles, quels imaginaires sont possibles, selon des dessinateurs comme Plantu et Kroll ou des historiens, dans l’émission Carrefour de l’Europe sur RFI en juillet dernier ?

Comment caricaturer l’Europe, selon les dessinateurs Plantu et Kroll ?

Pour Plantu, fondateur de l’association « Cartooning for Peace » qui réalise une exposition « Décoder les étoiles » autour d’un dialogue entre 184 dessinateurs européens, il faut arrêter de se jeter des noms d’oiseau à la figure.

Certes, l’instant est le moment choisi par les dessinateurs pour raconter leurs émotions avec des dessins et les crises (qui nous occupent tout le temps) sont plus faciles à dessiner que la paix (alors que l’Europe a reçu le prix Nobel de la paix). Mais, les migrants prouvent qu’il y a une image positive de l’Europe, on oublie ce que l’on a, on a aussi peur de se faire prendre ou de perdre ce que l’on a, donc l’Europe est un lieu envié et enviable, disposant d’un avantage relatif.

Pour Kroll, il faut savoir lire les caricatures à l’envers. Les dessinateurs ne sont pas là pour faire la propagande de l’Europe. Une exposition à Beaubourg porte justement sur la critique de l’Europe, parce qui aime bien, châtie bien. Afin de pouvoir parler au public, les dessinateurs recourent à un vocabulaire et aux clichés.

Le dessinateur de presse pour le quotidien belge Le Soir, insiste que la Belgique est un peu le laboratoire de l’Europe, une sorte d’arrangement permanent entre les gens qui montre que ça devrait être possible de faire l’Europe. La devise belge, adoptée sous Léopold 1er « L’union fait la force », existe toujours alors que le testament du roi fut : « j’ai tout essayé, ça ne marchera jamais ».

Comment raconter l’histoire de l’Europe, selon des historiens ?

Auteurs de « L’Europe, encyclopédie historique », les professeurs d’histoire Christophe Charle et Daniel Roche estiment que raconter l’histoire joue un rôle important dans l’imaginaire de l’Europe.

Pour Christophe Charle, l’histoire de l’Europe est épouvantable, entre les guerres, les rivalités coloniales, les conflits religieux… les Européens ont un énorme passif à surmonter et la réconciliation passe par la construction d’une histoire positive.

Existe-t-il une civilisation européenne universelle ? Pour Christophe Charle, cette question est un problème surtout pour les Français. Le 20e siècle a fait apprendre la modestie aux Européens. Aujourd’hui, nous vivons plutôt la réactivation de vieux sujets déjà réglés et nous devons faire face à une nouvelle crise, à une nouvelle échelle, celle de l’environnement.

Pour Daniel Roche, l’histoire de l’Europe ne peut pas se lire avec la même échelle chronologique et géographique. L’Europe peut réussir si on a la diversité sans unifier par le haut, si on a l’Europe terre d’accueil, alors que c’était un continent d’émigration et de colonisation et si on fait l’union dans la désunion.

Existe-t-il une mémoire et un récit communs européens ? Pour Daniel Roche, les historiens n’ont pas encore réussi, l’histoire de l’Europe doit encore être écrite. Certes, les États jouent un rôle avec leurs caractères nationaux pour mesurer nos distances et nos proximités. Mais, on est en train de courir vers le caractère européen avec des références unitaires. L’Europe, c’est une histoire qui n’est pas terminée du tout. Face à des questions nouvelles, éclairées par le passé, il faut construire des réponses valables dans différentes temporalités et spatialités.

Laissons la conclusion à Kroll. En Europe, on cultive nos différences mais on rigole aussi de nos clichés. On est heureux de se vivre différent et proche. En somme, la complexité, c’est un bel imaginaire européen !

Publié dans Communication de l'UE, Communication sur l'Europe | Marqué avec | Laisser un commentaire

Quel modèle pour la Conférence sur l’avenir de l’Europe ?

Alors que la nouvelle présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen prévoit une conférence sur l’avenir de l’Europe, qui débutera en 2020 et durera deux ans parce que les Européens doivent avoir leur mot à dire sur la gestion de leur Union et sur ce qu’elle produit, la réflexion est en cours sur le modèle à suivre ?

La conférence sur l’avenir de l’Europe selon la Commission européenne

La nouvelle présidente de la Commission européenne affirme que nous avons besoin d’un large débat, d’objectifs clairs et d’un suivi concret afin de faire de la Conférence sur l’avenir de l’Europe un succès tangible réunissant des citoyens de tous les âges de notre Union, ainsi que la société civile et les institutions européennes.

Lors de son audition au Parlement européen Dubravka Šuica, Vice-présidente Démocratie et Démographie donne quelques précisions notamment pour rendre la participation en personne ou en ligne aussi facile et accessible que possible des citoyens qui sera complètement ouverte et totalement inclusive, y compris dans les zones rurales pour toucher chaque citoyen.

L’empowerment 2.0, une tendance qui façonne la démocratie dans un monde instable

Le think tank interne à la Commission européenne publie une étude sur les 10 tendances qui façonnent la démocratie, la 10e portant sur l’empowerment 2.0 ou quand des innovations démocratiques débouchent sur une nouvelle génération d’agenda-shapers.

Les modèles expérimentés en matière d’engagement des citoyens sont multiples sachant que les publics exigent une plus grande participation, souvent en temps réel, au processus décisionnel. Les outils numériques et d’autres formes d’innovation sont exploités pour mieux s’engager auprès de la « majorité silencieuse » des citoyens au-delà des élections.

modeles_engagement_EPSCUn large éventail d’instruments sont en cours d’élaboration et de test – dont la grande consultation européenne en 2018 – dans le but de faciliter le retour d’informations, de permettre aux citoyens de soumettre des idées, d’examiner les propositions, de suivre les actions ou même d’élaborer conjointement des politiques, en partageant la propriété des décisions politiques avec les communautés concernées.

Les 3 modèles de conférence suggérés par le think tank Bertlesmann

Du côté des think tank, le Dr. Dominik Hierlemann publie un Policy Brief « European Citizens and the Conference on the Future of Europe » recommandant trois modèles possibles de participation des citoyens à la Conférence sur l’avenir de l’Europe.

La Conférence sur l’avenir de l’Europe offre la possibilité de donner au public une voix directe lorsqu’il s’agit de développer la forme future de l’UE. Ce serait une première. Bien faite, la participation des citoyens accroît la confiance des citoyens dans la démocratie et améliore les politiques. En tant que souverain, les citoyens européens doivent évidemment être impliqués. L’UE, apparemment si éloignée de ses citoyens, pourrait devenir un pionnier de la participation innovante.

Dans le même temps, lorsque la participation des citoyens est médiocre, la participation des citoyens porte atteinte à la démocratie européenne. La participation des citoyens à la Conférence sur l’avenir de l’Europe doit être soigneusement conçue et soigneusement chorégraphiée. Il ne devrait pas s’agir simplement d’un exercice de communication, mais plutôt d’un changement de culture des institutions de l’UE.

L’intensité de la participation est une question fondamentale dans la planification de la participation des citoyens à la Conférence sur l’avenir de l’Europe. L’importance géographique de la participation doit également être clarifiée. Tous les modèles intègrent une composante de participation en ligne à l’échelle européenne.

modeles_conference_avenir_europe_Bertlesmann

Le modèle 1 (ECC Plus) est axé sur une large participation des citoyens dans les États membres. En outre, il existe une assemblée de citoyens transnationale unique en son genre, qui fournit des informations sur le choix des sujets de la conférence.

Le modèle 2 (classique) implique une assemblée de citoyens avec des représentants européens sélectionnés au hasard au début du processus. Dans un cadre plus classique, la Conférence convoquerait également plusieurs assemblées thématiques de citoyens pour apporter leur contribution. Les citoyens sont consultés mais n’ont pas voix au chapitre sur les résultats de la conférence.

Dans le modèle 3 (Laboratoire pour la démocratie), des politiciens et des Européens choisis au hasard participent sur un pied d’égalité à la conférence et aux comités thématiques.

La vision franco-allemande de la Conférence sur l’avenir de l’Europe

Dans un document officieux publié par Politico Europe, la France et l’Allemagne suggèrent que les principes directeurs suivants soient considérés pour un mandat interinstitutionnel :

Qui devrait prendre les devants ?

La conférence doit associer les trois institutions de l’UE sur la base d’un mandat commun, les États membres de l’UE, et permettre une large consultation et une participation d’experts / de la société civile (universités, groupes de réflexion, syndicats et organisations professionnels, etc.). ) et les citoyens.

Quelles questions doivent être abordées ?

La conférence devrait traiter de toutes les questions en jeu pour guider l’avenir de l’Europe en vue de rendre l’Union plus souveraine et unie – telles que le rôle de l’Europe dans le monde et sa sécurité / défense, ses voisins, la numérisation, le changement climatique, les migrations, la lutte contre les inégalités, notre modèle «d’économie sociale de marché» (y compris les droits sociaux, la politique industrielle et d’innovation, le commerce, l’UEM, la compétitivité), l’état de droit et les valeurs européennes.

La Conférence devrait se concentrer sur les politiques et identifier, par blocs de politiques, les principales réformes à mettre en œuvre de manière prioritaire, en précisant les types de changements à apporter – y compris modification éventuelle du traité. Les questions institutionnelles pourraient également être traitées comme une question intersectorielle visant à promouvoir la démocratie et les valeurs européennes et à assurer un fonctionnement plus efficace de l’Union et de ses institutions.

Quel résultat attendons-nous ?

La Conférence devrait s’engager dans le mandat interinstitutionnel à produire des résultats tangibles et concrets. Le document final contenant des recommandations devrait être présenté au Conseil européen pour discussion et mise en œuvre.

La position du Parlement européen sur la Conférence sur l’avenir de l’Europe

La commission des affaires constitutionnelles du Parlement européen vote aujourd’hui en considérant qu’il est grand temps de donner aux citoyens européens la possibilité de débattre et de construire ensemble l’avenir de l’Union européenne dans laquelle ils veulent vivre. La Conférence doit aller au-delà d’un débat interinstitutionnel afin que la participation des citoyens soit organisée de manière à respecter la représentativité afin de garantir que la diversité de nos sociétés soit pleinement représentée.

Pour le Parlement européen, les travaux sur l’amélioration du système des Spitzenkandidaten et sur la question des listes transnationales devraient avoir lieu au cours des six premiers mois de la Conférence, qui devrait inclure la création de commissions thématiques et de séances plénières suffisamment régulières pour présenter des propositions concrètes. Les institutions de l’UE devraient s’engager à assurer un véritable suivi de la conférence, avec des propositions législatives à initier, y compris la modification du traité.

Très rapidement, les premières décisions relatives à la future Conférence sur l’avenir de l’Europe, en particulier le modèle participatif et délibératif choisi, conditionneront largement son succès.

Publié dans Communication de l'UE, Communication sur l'Europe, Opinion publique européenne, Web et Europe | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Relancer la démocratie européenne : réforme constitutionnelle et conférence sur l’avenir de l’Europe

L’Union européenne est en difficulté, mais trouve plus facile de rester unie que de convenir d’une réforme. La stagnation la plonge dans une phase transitoire, sa gouvernance n’est plus fonctionnaliste mais pas encore constitutionnelle. Pour Andrew Duff, du think tank European Policy Centre, il faut que « The European Union makes a new push for democracy »…

Les réformes constitutionnelles prioritaires pour la démocratie européenne

Une réforme des Spitzenkandidaten est clairement nécessaire, car la promotion actuelle sans soutien solide des partis ou des traités ne satisfait ni le Parlement ni le Conseil et risque de saper la nouvelle Commission. L’expérience des élections européennes de 2019 montre clairement la nécessité de revoir la façon dont nous nommons et élisons les dirigeants de nos institutions.

Si les pouvoirs constitutifs du Parlement européen augmentent avec un droit partagé d’initiative législative, la réforme de sa propre procédure électorale devient nécessaire pour une plus grande légitimation. À l’heure actuelle, le Parlement est toujours élu lors d’élections nationales distinctes plutôt que selon une procédure uniforme qui était envisagée dans le traité de Rome.

Les partis politiques au niveau de l’UE restent de faibles confédérations de partis politiques nationaux dont la fonction est de minimiser les divergences entre leurs composantes nationales. Les partis européens ne se font pas directement concurrence lors des élections pour les votes et les sièges. Les partis de l’UE ne sont pas non plus autorisés à participer à des référendums nationaux sur des questions européennes. Le lien entre les groupes de partis au Parlement et leur parti européen est, au mieux, ténu. Si les députés sont directement responsables devant qui que ce soit, ce n’est pas devant leur parti européen mais devant leur parti.

Les partis politiques jouent un rôle clé dans la connexion du citoyen avec ceux qui exercent le pouvoir dans toute démocratie libérale. Ils existent pour articuler des alternatives convaincantes de politique, d’idéologie et de personnalité permettant aux électeurs dans une campagne électorale de faire des choix partisans plausibles.

La démocratie représentative ne peut fonctionner sans un système efficace de partis politiques. Le manque de partis politiques se fait plus fortement sentir lors des élections européennes alors qu’ils pourraient être le nerf démocratique qui rendrait le gouvernement de l’UE effectivement légitime aux yeux du public. Toute réforme du Parlement européen devrait faire naître des partis européens authentiques qui enrichiront la vie démocratique de l’Union.

Pour toutes ces raisons, il est désormais essentiel d’injecter une circonscription paneuropéenne pour laquelle un certain nombre de députés européens seraient élus sur des listes de partis transnationaux qui seraient défendus par les partis européens et dirigés par leurs candidats à la présidence de la Commission et d’autres hauts responsables validant pleinement le processus Spitzenkandidaten. La constitution de coalitions entre les groupes de partis deviendrait à la fois plus significative et transparente.

Un système plus ouvert, dans lequel les votes pour les candidats individuels pourraient modifier l’ordre de la liste du parti via une liste préférentielle favoriserait le citoyen par rapport à une liste contrôlée par les partis. Un vote supranational supplémentaire habilitant le citoyen contribuerait à stabiliser la politique des partis européens en élargissant le choix des partis disponibles dans toute l’Union.

La prise d’un quota de quelques sièges parlementaires pour la circonscription unique européenne implique la répartition des sièges restants attribués aux États membres donc un accord sur une méthodologie solide pour ajuster la composition de l’Assemblée sera en tout état de cause essentiel avant le prochain cycle d’élargissement de l’Union.

L’opportunité de la Conférence sur l’avenir de l’Europe

Si la réforme électorale doit être en place au moment des prochaines élections en mai 2024, les progrès doivent être rapides. Sans renfort de la légitimité démocratique du Parlement, il sera difficile de progresser avec d’autres améliorations pour renforcer la gouvernance de l’UE.

Une fois le débat sur l’équilibre des pouvoirs au sein des institutions européennes ouvert à la révision, d’autres réformes utiles seront sans aucun doute proposées pour moderniser et renforcer la gouvernance de l’UE. Il suffit de regarder le déploiement des clauses passerelles jusqu’ici inutilisées du traité de Lisbonne, qui permettent aux institutions d’adopter des procédures décisionnelles plus flexibles et démocratiques dans un certain nombre de domaines importants.

L’idée d’une conférence pour l’Europe afin de proposer tous les changements dont notre projet politique a besoin, avec un esprit ouvert, même pour amender les traités a été introduite par Emmanuel Macron comme une feuille de route pour l’Union européenne qui traduira ces priorités clés en actions concrètes.

Les institutions de l’UE ne progressent que lentement vers la convocation de la conférence, et la nature, le but et les modalités, sa composition et la suite envisagée manquent encore beaucoup de clarté. Il est peu probable que la Conférence débouche sur quoi que ce soit, à moins qu’elle ne soit dotée d’un mandat clair.

La tâche évidente de la Conférence serait de publier un rapport final en 2022 qui prépare la voie à la prochaine convention portant révision du traité. Une chambre des citoyens travaillant parallèlement à la conférence devrait être une caisse de résonance utile et pourrait susciter un intérêt considérable. Les partis politiques naissants au niveau de l’UE devraient jouer un rôle actif dans l’exercice.

Les réformes constitutionnelles nécessaires n’avanceront que si le Conseil européen des 12 et 13 décembre avance sur l’agenda de la conférence sur l’avenir de l’Europe pour y inclure la priorité urgente à la réforme du Parlement européen et au système de nomination de la Commission. Ces changements suffiront à eux seuls à ouvrir le prochain chapitre de la longue aventure constitutionnelle de l’UE.

Publié dans Communication de l'UE, Communication sur l'Europe | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Comment mieux communiquer sur la politique de cohésion de l’UE ?

Pour améliorer la conception et la gestion de la communication de la politique européenne de cohésion, les « guidelines » du projet de recherche PERCEIVE, dont la mission vise à enquêter auprès des publics locaux sur la communication sur la politique de cohésion de l’UE, sont précieuses :

Insights des enquêtes : données issues de groupes de discussion et analyse de plans de communication

Trois objectifs de communication stratégiques récurrents :

  • Sensibilisation aux programmes opérationnels ;
  • Prise de conscience du rôle de l’UE, explicitement énoncée ou plus implicite ;
  • Transparence à la fois dans le but de sensibiliser le plus largement possible et d’accorder l’égalité des chances à tous les bénéficiaires et parties prenantes potentiels.

Style de la communication visant à réduire la distance perçue entre le style de communication de l’UE et les problèmes auxquels les citoyens sont confrontés :

  • Un plaidoyer récurrent pour l’adoption d’un langage non bureaucratique, plus direct
  • Une utilisation de faits et de chiffres mais surtout la présentation des réussites des bénéficiaires afin d’humaniser avec des récits.

Forme de la communication reposant sur les bénéficiaires, actuels et potentiels, qui constituent le public cible principal et les formes de communication « en face à face » ou « en direct » semblent constituer le principal moyen de communiquer avec eux. La manière la plus commune de raconter les réalisations de la politique régionale consiste à utiliser des témoignages directs de bénéficiaires. Les médias sociaux sont une direction perçue comme nécessaire et le moyen le plus pertinent pour cibler les jeunes.

Analyse des discours révélant une relation forte et significative entre l’identification à l’Europe et le ton du discours sur l’Europe dans les journaux nationaux et locaux, suggérant que les discours des journaux révèlent des attitudes ancrées localement à l’égard de l’Europe. Dans chaque pays, les discours sur la politique de cohésion évoquent et mobilisent une panoplie différente de sujets profondément ancrés dans l’histoire et la culture du pays.

Impact de la communication subissant un effet décroissant lié à l’effet de dégradation de la mémoire : plus l’investissement dans la communication dans le temps est proche, plus les citoyens sont sensibilisés à la politique de cohésion.

Bien que les budgets de communication soient associés positivement aux avantages personnels perçus par les citoyens découlant des projets financés, ils semblent ne pas être clairement associés au soutien à l’intégration.

Mise en œuvre variée des programmes de communication autour du FEDER et du FSE aux niveaux national et régional :

  • Les degrés de liberté varient dans l’organisation et la mise en œuvre des plans de communication ;
  • Les expériences varient en termes d’articulation des lignes d’organisation de la communication et du commandement entre différentes entités
  • Les activations varient en termes d’articulation et de mise en place de canaux d’information.

Implications politiques et recommandations pour les stratégies de communication de la future politique de cohésion

Si une part importante des citoyens européens sont dans une certaine mesure conscients de certains aspects de la contribution de l’UE au développement de leurs régions, des améliorations sont possibles au niveau de la mission de communication des autorités de gestion locales.

La notion d’identité européenne – même fortement sujet à mauvaise interprétation en apparaissant comme une menace subliminale de dire aux citoyens ce qu’ils doivent penser – liée à la devise de l’UE « Unis dans la diversité » induit un sentiment d’appartenance à davantage mettre en valeur au niveau local. Toute tentative d’aborder la question de l’identité européenne nécessite d’interpréter avec soin la structure des discours locaux et, partant, de calibrer et d’ancrer la communication au discours local.

Un système de mesure des investissements et des résultats plus normalisé devrait permettre aux autorités de gestion locales de différents pays / régions de développer une approche normalisée et comparative ainsi que de transmettre des bonnes pratiques basées sur des preuves factuelles.

Faire face aux défis et aux menaces de manière globale

Tant que l’UE n’apportera pas de réponse convaincante et cohérente à des problèmes tels que les migrations ou le Brexit, les citoyens ne seront guère prêts à se concentrer sur une autre contribution de l’UE telle que la politique de cohésion. L’UE doit développer un récit cohérent de l’Europe en tant qu’acteur supranational afin de renforcer sa perception d’acteur social dans les scénarios mondiaux faisant face aux principaux défis géopolitiques de manière active et conséquente.

Construire de meilleures stratégies de communication

L’étroitesse des budgets de communication induit la nécessité de se concentrer principalement sur les bénéficiaires potentiels, et non sur le grand public. Pourtant face au chômage souvent principal problème perçu dans de nombreuses régions, la communication devrait mettre davantage l’accent en réalité sur les emplois créés avec les fonds.

Distinguer deux niveaux de communication permettrait que les citoyens comprennent le sens des interventions dans le cadre de projets financés :

  • Au niveau européen, les objectifs du programme afin de cibler les problèmes mondiaux (majeurs) plutôt que les besoins individuels
  • Au niveau régional, le processus mieux ancré dans les discours locaux et centré sur la communication d’une vision intégrée du développement régional.

La communication devrait être centrée sur l’impact potentiel de la politique de cohésion sur la vie des citoyens, et pas seulement sur le développement des infrastructures à long terme.

Exploiter le potentiel des médias sociaux

Tant que le contrôle centralisé traditionnel perdurera, le potentiel des médias sociaux ne sera pas utiliser efficacement alors qu’il faut accroître leur efficacité :

  • Disposer d’un personnel doté des compétences professionnels ;
  • Nécessiter qu’un membre de l’organisation qui vérifie en permanence pour intervenir lorsque c’est approprié ;
  • Créer des profils ayant l’autorisation de parler au nom de l’organisation avec une relative autonomie ;
  • Communiquer les décisions et les événements, car dans ces circonstances, l’Union européenne a tendance à devenir un acteur social autonome et cohérent.

Une compétence essentielle à développer est la capacité de considérer les médias sociaux comme un miroir et un thermomètre de l’opinion publique sur l’UE.

Le rôle et le potentiel des médias sociaux dans les audiences de communication de l’UE implique un changement d’esprit du ciblage du grand public et la construction de communautés en interactions afin de faire émerger un « dialogue local » sur les médias sociaux.

Développer l’open-data et l’inclusivité

La circulation des données entre les niveaux, permettant ainsi une plus grande transparence de l’ensemble du processus de mise en œuvre, implique :

  • Pour le niveau de mise en œuvre local, la tâche de rassembler les données brutes et de les transmettre à des niveaux plus centraux ;
  • Pour les niveaux centraux, la tâche principale de redistribuer et de diffuser des données structurées permettant de comprendre les récits relatifs aux projets régionaux et individuels.

Une plate-forme européenne d’open-data fournirait un bon exemple de la transparence des politiques et de bonne pratique du gouvernement numérique.

Les actions de communication sont trop étroitement axées sur la communication des projets et n’aident pas à rendre visible l’idée de l’Europe. La Commission européenne devrait jouer un rôle de premier plan dans la communication avec des actions développées de manière centralisée. Dans le même temps, une partie de la communication globale devrait être liée à chaque projet.

L’implication de tiers externes devrait être également renforcée :

  • Inclusion des bénéficiaires des fonds dans la communication via des activités de communication obligatoires incluses dès la candidature et évaluées lors du processus de sélection
  • Nécessité d’inclure toutes les parties prenantes dès la préparation des appels d’offres.

Au total, il apparaît qu’approfondir l’apprentissage régional, c’est-à-dire le transfert de données, compétences ou connaissances entre régions devient la condition du succès de la communication de la politique de cohésion de l’UE.

Publié dans Communication de l'UE, Communication sur l'Europe | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Rapprocher l’Union européenne de ses citoyens : une consultation permanente des citoyens européens

La prise de décision participative – avec des milliers de dialogues et consultations de citoyens sur l’avenir de l’Europe – joue un rôle primordial dans l’amélioration de la qualité, de la transparence et de l’appropriation des politiques européenne, plaçant ainsi la participation des citoyens au cœur de l’élaboration des politiques de l’UE. L’idée d’un « mécanisme de dialogue structuré permanent » est sur la table. De quoi s’agirait-il ?

Développer une approche interinstitutionnelle du dialogue avec les citoyens européens

Outre le leadership politique, les ressources, les personnes qualifiées, ainsi que le « changement culturel » nécessaire à l’expérimentation d’outils de démocratie délibérative ; l’approche devrait être mise en commun entre les institutions européennes en vue de développer une démarche cohérente des dialogues et consultations des citoyens au niveau européen.

Sélection formalisée des citoyens : la participation des citoyens devrait viser à assurer un certain niveau de représentativité et la transparence du processus de sélection. Dans la mesure du possible, une sélection aléatoire des citoyens devrait être appliquée et la présence physique lors des consultations pourrait éventuellement être combinée à des éléments en ligne.

Sélection mutualisée de sujets : les sujets devraient être définis chaque année des sujets de discussion spécifiques, qui seraient liés, par exemple, aux priorités annuelles de l’UE et / ou à la future « Conférence sur l’avenir de l’Europe ».

Impact interinstitutionnel sur l’élaboration des politiques de l’UE : chaque consultation tenue devrait donner lieu à un rapport partagé aux institutions de l’UE, qui compileraient ensuite tous les rapports reçus et partageraient un rapport de synthèse des messages clés, en vue d’informer le processus décisionnel au niveau de l’UE.

Approche commune : dans l’idéal, les institutions de l’UE travailleraient sous un même drapeau avec les États membres, les régions et les villes, appliquant ainsi une méthodologie, un calendrier et une approche de communication communs.

Déployer un dialogue ouvert, transparent et régulier avec les citoyens de l’UE

Les consultations et dialogues avec les citoyens mettent en évidence le souhait de nombreux citoyens de mieux participer aux décisions de l’Union européenne montrant un intérêt réel pour ses politiques et pour s’engager davantage dans l’avenir de leur Union.

Le moment est venu de rassembler les initiatives et de renforcer leur impact sur la conception et la mise en œuvre des politiques de l’UE. Le moment est venu de donner plus de cohérence à un impact aussi significatif par le biais d’une stratégie à long terme et d’un mécanisme de retour d’information associant toutes les parties prenantes.

cycle_annuel_consultations_citoyens_UE

Renforcer la dimension démocratique de l’Union européenne en mobilisant et en encourageant un large engagement des citoyens, des organisations de la société civile organisées ainsi que des parlements et des gouvernements locaux et régionaux.

Fournir un réel retour d’information sur les politiques de l’UE afin d’améliorer leur conception et leur mise en œuvre et d’établir un mécanisme de suivi.

Impliquer activement toutes les institutions de l’UE, ainsi que les représentants élus au niveau local et régional et les organisations de la société civile, qui doivent jouer un rôle clé dans l’organisation et le suivi de ces dialogues.

Développer un exercice annuel permanent nécessitant une approche coordonnée et cohérente afin d’exploiter les synergies et les complémentarités entre elles et de parler d’une voix claire et cohérente aux citoyens.

Exploiter pleinement, dans un processus synergique et coordonné, les outils et mécanismes mis au point au cours de ces années pour consulter les citoyens afin de recueillir de manière commune les points de vue sur les nouvelles initiatives et législations de l’Union européenne ayant un impact régional et local.

Suivre la logique d’un cycle annuel de l’annonce du programme de travail annuel de la Commission européenne à l’automne, aux débats au cours du premier semestre de l’année suivante, au rapport de synthèse commun à l’automne suivant afin de mieux réagir en prenant des mesures appropriées pour répondre aux besoins et aux attentes des citoyens.

Communiquer et documenter le processus sous une marque unique de l’Union européenne, de la formation et la mise en réseau, à la mise en place d’un comité consultatif mixte composé d’experts et de groupes de réflexion expérimentés et à l’évaluation externe analysant l’impact.

En somme, les citoyens européens sont mûrs pour que leurs contributions soient prises au sérieux et constituent une contribution réelle au processus décisionnel de l’UE. A l’Europe de saisir cette opportunité avec un mécanisme permanent et structuré de consultations des citoyens.

Publié dans Communication de l'UE, Communication sur l'Europe | Marqué avec , , | Laisser un commentaire