Archives mensuelles : septembre 2012

Communication européenne au carré : l’UE communique sur sa propre communication

La Commission européenne ne se contente plus seulement de communiquer pour chercher à faire connaître ses politiques auprès du grand public. Dorénavant, l’institution promeut également ses propres actions de communication en recherchant la reconnaissance ou la participation des communicants. Ou quand l’UE communique – non sans gloire ou cynisme – sur sa propre communication…

Gloire : prix Effie pour la campagne antitabac de l’UE sur les « Ex-fumeurs » ou quand l’UE recherche la reconnaissance des communicants

Pour la première fois, une campagne de communication de la DG Santé et consommateurs a reçu la médaille d’or du prix Effie (dans la catégorie santé) qui représente « la plus haute distinction de l’efficacité prouvée en matière de communication ».

Une prouesse d’autant plus remarquable qu’il s’agit, selon le communiqué de « la première initiative anti-tabac à être distinguée par un Euro Effie » alors les communications sur le sevrage tabagique sont plutôt réputées concurrentielles en matière d’innovation et de créativité.

Rappelons toutefois que la communication anti-tabac de la Commission européenne a déjà été récompensée avec 2 Grand Prix Empreintes pour « les meilleures innovations publicitaires dans le domaine de la santé publique ».

Il n’en demeure pas moins que la Commission européenne recherche et se félicite de gagner la reconnaissance de la profession des communicants.

Cynisme : campagne « 50 ans de PAC » autour des bonnes pratiques de communication ou quand l’UE recherche la participation des communicants

Pour marquer le 50e anniversaire de la PAC, la DG Agriculture et développement durable lance « une initiative pour mettre en valeur les bonnes pratiques de communication ». Une bien curieuse façon de célébrer cette occasion.

Sous prétexte de « créer un projet commun impliquant les principaux acteurs ruraux et les citoyens européens pour réfléchir et débattre de l’importance de l’agriculture dans notre vie », la campagne « 50 ans de PAC – un partenariat entre l’Europe et les agriculteurs » est en fait un vaste concours où pour faire partie du réseau « 50 ans », il faut présenter une idée de communication qui puisse éveiller l’intérêt du public.

Le « deal » entre les organisateurs de la campagne et les participants au concours est d’ailleurs explicite : « que diriez-vous de bénéficier d’un peu de publicité supplémentaire à l’échelle de l’UE en rejoignant notre réseau européen ? ».

Autrement dit, l’initiative se présente comme un appel à propositions déguisé où « agences de communication, médias généralistes ou spécialisés… » sont invités à présenter leurs idées, non pour pouvoir les réaliser mais pour travailler leur propre notoriété auprès de l’UE.

Il demeurera toujours moins couteux de lancer un concours sur les bonnes pratiques de communication avec une remise de quelques prix plutôt que de mettre en œuvre la meilleure idée de communication issue d’un concours.

Au total, la Commission européenne semble bien avancée dans sa « mue communicationnelle » au point de récupérer quelques travers de la profession des communicants comme la recherche de leur reconnaissance ou de leur participation.

Comment se retrouver dans l’agenda européen ?

Entre le calendrier des institutions européennes, les événements de la société civile, les journées et semaines européennes… la jingle des agendas rend difficile de percevoir ce qui représente l’actualité européenne importante. Comment s’y retrouver ?

« L’Europe de la semaine » : l’agenda le plus synthétique par Touteleurope

Pour une première approche globale de l’actualité européenne, « Touteleurope en parle – Infolettre hebdomadaire » est l’agenda incontournable pour une présentation éditorialisée des principaux événements. A lire en priorité.

« Espace calendrier » : l’agenda le plus exhaustif sur la newsroom de l’UE

Dans une approche plus experte à la fois multi-institutionnelle et thématique, l’espace calendrier de la newsroom de l’UErécemment actualisée – représente un outil indispensable pour une connaissance approfondie de l’activité des institutions européennes, mais ne permet pas en revanche de distinguer selon l’importance des événements. A consulter si nécessité.

« Agenda hebdomadaire du Parlement européen » : l’agenda le plus interconnecté

Chaque semaine, le Parlement européen actualise son agenda hebdomadaire avec une note d’agenda courte et claire sur les dossiers importants, une liste des événements et un programme par jour et par commission/délégation/audition renvoyant le plus souvent vers des vidéos.

« Principaux sujets de la quinzaine » par le Conseil de l’UE : l’agenda le plus inaccessible

Tous les 15 jours, le Conseil de l’UE met en ligne dans l’espace calendrier un PDF avec les principaux sujets de la quinzaine, correspondant aux principales réunions des ministres et renvoyant vers les documents correspondants.

« Rencontrez l’Europe » : le portail des initiatives européennes de la société civile en France

Pour s’informer sur les manifestations publiques ou médiatiques européennes en France, « Rencontrez l’Europe » propose au sens littéral un agenda.

« Calendrier des think tank » par la Représentation permanente de la France auprès de l’UE

Dernier agenda utile, le calendrier hebdomadaire des conférences et rencontres organisées par les think tanks européens à Bruxelles.

Parmi tous ces agendas, à vous de choisir celui que vous suivrez…

Comment informer et communiquer sur l’Europe avec les nouveaux formats du web ?

Au cours de l’été, Taybot de l’équipe web du Parlement européen a publié un papier d’angle très intéressant sur les tendances éditoriales actuelles en ligne : live coverage, citizen journalism, social media stories, crowdsourcing, infographies et data journalism… Quelles sont les exemples de ces nouveaux formats du web en matière d’information et de communication européenne ?

Infographie : « les Français et l’Union européenne »

Présenter l’Union européenne : son fonctionnement, sa place dans la vie quotidienne et l’opinion des Français, c’est la prouesse réussie par une infographie réalisée par la Représentation de la Commission européenne à Paris.

En matière d’infographies, le Parlement européen est d’ailleurs devenu un spécialiste et propose un Tumblr et un board sur Pinterest. La Commission européenne se lance également avec des infographies tels que « Are your in control of your personnal data? » ou sur la qualité des conditions de consommation dans l’UE.

Cartographie interactive : « la crise en Europe »

CNN propose une carte interactive des chiffres clés des pays européens : chômage, PIB, croissance et dette. Un exercice factuel très lisible qui souffre néanmoins de l’absence d’analyse.

Data visualization : le réseau des dettes en Europe

Le New York Times réalise une data visualization des flux de dettes entre les principaux pays en crise en Europe : Espagne, Italie, Portugal, Irlande et Grèce. La complexité demeure relativement plus accessible, en tout cas pour un public plutôt averti, quoique malheureusement les données ne sont pas mises à jour depuis la publication en mai 2010.

Animation : l’évolution du personnel politique de Maastricht au traité budgétaire

Le Monde publie une petite frise chronologique animée sur les positions successives de la plupart des responsables politiques sur les principaux traités européens. Une illustration éclairante des parcours individuels et des mouvements collectifs depuis 20 ans.

« Appli » : lecture augmentée du traité budgétaire

Rue 89 réalise une « appli » qui présente le texte du traité et surligne les parties techniques ou sensibles pour en proposer une explication simplifiée. Une lecture facilitée, quoique le commentaire limpide soit plus engagé que pédagogique.

Au total, de nombreuses et multiples exploitation des nouveaux formats du web pour présenter différemment une actualité européenne qui demeure complexe, à l’image de la réalité de l’Union européenne.

Si vous avez des suggestions, n’hésitez pas à les proposer en commentaire.

Quel dispositif de communication numérique autour du 3e discours sur l’État de l’Union de José Manuel Barroso ?

Pour la 3e année consécutive, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso a prononcé devant le Parlement européen un discours sur l’Etat de l’Union. Entre ouverture d’un compte personnel sur Twitter, teasing sur Youtube et hangout sur Google+, quel est le dispositif de communication ?

Une communication numérique disposant d’une « mentalité sociale »

A peine une semaine avant ce discours annuel, José Manuel Barroso s’est finalement lancé – après une quinzaine de Commissaires européens – sur Twitter avec un compte personnel @BarrosoEU. Comme l’année dernière, le président de la Commission est l’invité d’une émission diffusée simultanément sur Euronews et Youtube, dont la vidéo-teaser (ci-dessous) est particulièrement dramatique. La nouveauté du cru 2012 réside dans l’organisation en parallèle d’un hangout (chat vidéo) avec ses portes-paroles sur Google+.

Le déploiement en ligne via des médias sociaux permettant le dialogue indique que la communication numérique du président de la Commission réalise progressivement une mue sociale.

La communication en ligne n’est plus inspirée par une démarche exclusivement top-down pratiquée à l’époque des médias traditionnels. Bien davantage toute communication en ligne s’inspire d’une mentalité sociale, qui place l’internaute-citoyen au cœur de la démarche.

Cette approche semble s’inspirer des pratiques observées dans la campagne électorale des présidentielles américaines, qui selon Tony Lockett sur « European Union 2.0 », s’anime autour d’une « mentalité sociale » dans toute la communication numérique.

Une communication numérique souffrant d’« infobésité »

Avec ces multiples canaux numériques, la communication de José Manuel Barroso en ligne est quasiment passée du silence à la cacophonie. Les multiples sources d’information rendent plus imperceptible le fond du message. Que faut-il retenir du discours sur l’Etat de l’Union ?

L’infobésité – pour appliquer le raisonnement de Cadde Reputation à la communication numérique du président de la Commission européenne – ne doit pas seulement être entendu comme un excès de volume mais davantage comme un déficit de qualité.

La communication européenne souffre d’un seuil de tolérance auprès du grand public particulièrement faible, qui entraîne un risque aisé à l’indigestion. La communication autour du discours sur l’Etat de l’Union en multipliant les angles et les canaux déstabilise le régime de consommation de l’information européenne et augmente dangereusement ce seuil d’acceptabilité au sein du grand public, à condition de limiter les messages et de contextualiser toute prise de parole.

Ainsi, la communication numérique de José Manuel Barroso autour du discours sur l’Etat de l’Union doit trouver son point d’équilibre entre une mentalité sociale indispensable et un seuil de tolérance incontournable.

Eurobaromètre : les contrastes de l’opinion publique sur l’Union européenne

Interrogés récemment dans le cadre de deux enquêtes récurrentes – l’Eurobaromètre Standard de la Commission européenne et l’Eurobaromètre du Parlement européen ou Parlamètre – les Européens délivrent des messages pour le moins contrastés sur l’Union européenne…

Image de l’UE : une perception temporellement contradictoire

Dans le Parlamètre EB/PE 77.4, l’image de l’UE – abordée dans l’absolu : « en général, l’image que vous avez de l’UE » – s’améliore aux yeux d’une majorité d’Européens (40% d’opinion positive +9 points par rapport à l’automne 2011 contre 23% d’opinion négative -3).

En revanche, dans l’Eurobaromètre standard 77, l’image de l’UE « après la forte baisse à l’automne 2011 (-9), la proportion d’image positive de l’UE se stabilise à 31% » tandis que les opinions négatives progressent légèrement (28%, +2).

D’une enquête à l’autre – sondages réalisés par le même prestataire TNS opinion – la même question non seulement entraîne des niveaux de résultats significativement différents mais en pus avec des tendances inverses. Seule la période du terrain (du 3 au 20 novembre 2011 pour le Parlamètre et du 12 au 27 mai 2012 pour l’Eurobaromètre standard) peut justifier un tel écart.

La tendance à la dégradation de l’image de l’UE serait donc le phénomène le plus récemment mesuré.

Sentiment d’appartenance, confiance et participation dans l’UE : une perception faussement contradictoire

Autres conclusions contradictoires – à la première lecture – des deux enquêtes récurrentes :

  • Bonne nouvelle : « une majorité absolue se dégage pour dire que l’appartenance à l’UE est une “bonne chose” », une grande première, selon le Parlamètre ;
  • Mauvaise nouvelle : la confiance dans l’UE s’est encore dégradée pour atteindre le plus bas niveau jamais mesuré (31%, – 3 points), selon l’Eurobaromètre standard.

Autrement dit, les Européens – dans la crise – considèrent que l’appartenance à l’UE ne peut être qu’un « plus » – quoiqu’ils soient sans illusion sur les capacités réelles de l’UE – quasi équivalentes aux autres institutions publiques – à résoudre difficultés et problèmes.

La construction européenne devient un phénomène majoritairement soutenu dans la société, mais dans un état d’esprit sinon résigné, du moins aussi peu enthousiaste qu’en matière de politique nationale.

Des sentiments contrastés de l’opinion publique européenne sur l’UE à mettre en parallèle avec le fait que « la majorité des personnes interrogées pensent toujours que leur voix  “ne compte pas dans l’UE” ».