Archives annuelles : 2008

Bilan de la communication européenne en 2008 : les grandes dates

Retour sur les principaux événements en 2008 en matière de communication européenne :

1er janvier 2008 : Lancement de l’année européenne du dialogue interculturel

“Ensemble dans la diversité” pour promouvoir la richesse culturelle tout en renforçant le sentiment d’appartenance à l’UE

14 janvier 2008 : Jean-Pierre Jouyet, secrétaire d’État aux affaires européennes ouvre un blog “jpjouyet.eu”.

Il s’agit du premier responsable gouvernemental chargé des affaires européennes à rejoindre la blogosphère.

20 février 2008 : Allocution du président de la République sur la ratification du traité de Lisbonne

Moins de trois ans après le non français au projet de traité constitutionnel, la France est officiellement le 5e pays à ratifier le traité de Lisbonne.

26 février 2008 : Lancement du premier réseau radio européen « EURANET »

Un consortium regroupant 16 stations radiophoniques issues de 13 États membres de l’UE diffuse quotidiennement des programmes traitant de l’actualité européenne pour une audience estimée de 12 à 19 millions d’auditeurs par jour dans l’UE.

9 mai 2008 : Journée de l’Europe

Pour la 22e année consécutive, des milliers de citoyens européens participent à plus de 500 manifestations organisées partout en Europe tant par les institutions communautaires dans les Représentations de la Commission européenne et les centres d’information Europe Direct que par les États membres…

3 juin 2008 : Saison culturelle européenne

Initiative visant à faire connaître la culture française dans les autres États membres et surtout à faire prendre conscience aux Français de la richesse culturelle des autres États membres.

Doté d’un budget réduit à 6 millions d’euros (dont 2 millions issu du mécénat) pour organiser une série de manifestations en France et dans l’UE de juillet à décembre 2008 (exemple : tournée de la Comédie-Française dans les dix pays d’Europe centrale et orientale).

1er juillet 2008 : Présidence française du Conseil de l’Union européenne

« Présidence de crise » (“non” irlandais au traité de Lisbonne, gestion du conflit en Géorgie et soutien aux banques face à la crise financière), la PFUE a permis d’avancer sur les priorités : Traité de Lisbonne, paquet énergie-climat, pacte sur l’immigration et l’asile, réforme et bilan de santé de la politique agricole commune, politique commune de défense.

Face à la défiance des citoyens européens à l’égard d’une construction européenne éloignée de leurs préoccupations quotidiennes, la communication autour de la PFUE a permis de :

  • Politiser l’espace public européen : la communication portée principalement par Nicolas Sarkozy a permis d’inscrire les enjeux européens dans les controverses partisanes, parlementaires et médiatiques « classiques ».
  • Valoriser les avancées et les succès de la PFUE dans la vie quotidienne des Européens : la communication européenne a permis de multiplier les points de contacts entre l’UE et les Européens par l’intermédiaire du site ue2008.fr et de la PFUE-TV, de multiples acteurs (publics ou privés, nationaux ou communautaires) et de multiples manifestations (événements officiels : le programme Paroles d’Européens, dialogues réels ou virtuels).

10 juillet 2008 : Avis du Comité économique et social européen (CESE) « Comment concilier dimension nationale et européenne dans la communication européenne ? »

Saisie par Jean-Pierre Jouyet, Béatrice Ouin, rapporteur, estime que la politique de communication européenne doit reposer sur :

  • un socle commun de connaissances sur l’Europe (kits à destination des élèves) ;
  • une base commune d’information dans les médias européens (packs multimédias pour les journalistes) ;
  • communiquer sur le projet européen via des formations sur l’UE (valeurs et réalisations) aux journalistes, aux élus locaux, aux enseignants et à la société civile organisée.

17 septembre 2008 : Lancement d’Europarltv, la webTV du Parlement européen

22 octobre 2008 : Déclaration politique entre les institutions communautaires et les États membres pour une politique de communication européenne en partenariat

Trois priorités ont été définies dans les crédits de communication des institutions européennes en 2009 :

  • la lutte contre le changement climatique ;
  • les élections européennes de juin 2009 ;
  • les événements commémoratifs marquant la réunification de l’Europe (les 5 ans de l’élargissement de 2004 et les 20 ans de la chute du mur de Berlin).

Du 27 octobre au 30 novembre : campagne TV grand public sur les programmes européens : « J’avance avec l’Europe »

Objet : une série de treize 13 programmes courts diffusés sur TF1, M6 et RFO aux heures de forte audience.

Objectif : montrer la complémentarité des programmes européens avec les politiques nationales en faveur de l’emploi, de l’insertion et de la formation professionnelle, de l’aménagement du territoire, du développement rural et de la mobilité des jeunes.

21 novembre 2008 : Lancement de sites Internet consacrés à l’Europe

Un site d’information relais de la campagne TV : « Avec l’Europe » (avecleurope.fr)

Permet de visionner l’ensemble des programmes courts, présente l’action de chacun des programmes et fonds européens, et renvoie vers leurs sites dédiés pour des informations complémentaires.

Un site participatif pour les 15-25 ans : « Les Euronautes », un “Facebook des jeunes européens”

  • un contenu pédagogique de base sur l’UE (dossiers de fond, interviews des acteurs clés en Europe, décryptage de l’actualité européenne vidéos, comparatifs et galerie de photos commentées) ;
  • un contenu communautaire qui repose sur l’échange de “bons plans” (présentation des différents programmes de mobilité, pistes pour trouver un stage ou un premier emploi, des conseils et infos pratiques pour choisir sa destination et s’organiser sur place).

Un site collaboratif pour les élus locaux : « Place d’Europe », un “Facebook des porteurs de projets européens”

S’adresse exclusivement aux élus locaux, offre une valorisation des initiatives européennes en faveur des collectivités territoriales et se veut également collaboratif avec un partage d’expérience et de bonnes pratiques.

13 novembre 2008 : Lancement de la plateforme Internet du réseau de radios européennes : « EURANET »

Traduit en 9 langues, le portail Euranet est conçu comme un blog (cf. fil d’articles) classés par thématique et s’enrichit d’un site communautaire : www.euranet-community.eu.

11 et 12 décembre 2008 : Dernier Conseil européen de la PFUE

Stratégie de communication de la France consistant d’une part, à dramatiser les enjeux en prenant le risque de marginaliser les États membres récalcitrants et d’autre part, à personnaliser les négociations entre chefs d’État ou de gouvernement.

16 décembre 2008 : Publication de « L’Europe et vous en 2008 – Quelques instantanés de l’Union européenne en action »

Brochure publiée dans les 23 langues officielles de l’Union pour « illustrer comment l’UE fait la différence dans la vie de ses citoyens ».

Jusqu’au 31 décembre : Clôture de la saison culturelle européenne avec une projection des arts numériques au Grand Palais : « Dans la nuit, des images »

Pour une véritable stratégie de communication européenne pour sensibiliser, informer et mobiliser les citoyens européens aux élections européennes de juin 2009

Afin de mettre en œuvre la politique de communication européenne en partenariat, officialisée par la déclaration politique entre les institutions communautaires et les États membres, mardi 22 octobre au Parlement européen, la priorité de communication européenne choisie par les institutions communautaires pour 2009, relative aux élections au Parlement européen constitue une belle opportunité pour définir une véritable stratégie de communication européenne pour sensibiliser, informer et mobiliser les citoyens européens aux élections européennes de juin 2009.

Aujourd’hui, plusieurs initiatives ont été prises par les institutions communautaires dans le cadre de cette priorité de communication relative aux élections européennes de juin 2009.

Le Parlement européen va mener une campagne de communication transnationale (signature : « A vous de choisir » et budget de 15,4 millions d’euros, actions de street marketing et réalisation d’un site Internet dédié et production de vidéos sur la chaîne en ligne du Parlement européen : EuroparlTV).

La Commission européenne envisage également d’organiser en urgence un dispositif de communication ciblant principalement les jeunes citoyens européens (budget de 2,7 millions d’euros, réalisation d’un site Internet dédié et production de spots TV pour la chaîne de la Commission européenne sur Youtube : EU Tube).

Demain, il conviendrait de coordonner ces initiatives afin que la stratégie de communication du Parlement européen, de la Commission européenne et des Etats membres repose sur les mêmes partis-pris :

Trois constats :

  • Les élections européennes sont l’un des plus grands événements démocratiques dans le monde.
  • Depuis trente ans la participation n’a cessé de chuter.
  • Le dernier sondage disponible, l’Eurobaromètre 299 montre un taux d’absentéisme élevé parmi les jeunes, les femmes et les travailleurs peu qualifiés.

Trois objectifs :

  • Objectifs cognitifs : Informer les citoyens européens qu’ils peuvent influencer l’Europe par leur vote.
  • Objectifs affectifs : Développer un message sur les valeurs du Parlement européen et sur la dimension démocratique de ces valeurs.
  • Objectifs conatifs : Inciter les citoyens à changer leur comportement en s’inscrivant sur les listes électorales puis en allant voter.

Trois écueils :

  • Un discours institutionnel centré sur le Parlement européen
  • Un discours moralisateur parlant du devoir « moral » d’aller voter
  • Un discours généraliste n’impliquant pas le citoyen sur les « droits civiques »

Trois messages pédagogiques :

  • Insister sur les bénéfices personnels que l’on peut tirer en se rendant aux urnes.
  • Montrer que les citoyens peuvent réellement influencer le cours des choses en votant.
  • Présenter les domaines de compétences du Parlement européen, c’est-à-dire les matières dans lesquelles il co-décide avec le Conseil.

Pour la France, la période qui s’ouvre est cruciale. Six mois séparent en effet la fin de la Présidence française de l’UE des élections européennes. Afin de maintenir l’attention sur l’Europe, le Secrétariat d’Etat aux Affaires européennes pourrait s’inspirer de la campagne d’incitation au vote, réalisée en France, lors des élections européennes de 2004 pour communiquer.

La campagne d’incitation au vote réalisée en France lors des élections européennes de 2004

A l’occasion des élections européennes de 2004, le gouvernement français et le Parlement européen ont réalisé des actions de communication se fondant sur les mêmes constats (un manque de visibilité du rôle du Parlement européen et une absence de lisibilité de l’impact réel de chaque vote) et poursuivant un objectif commun d’inciter les citoyens européens à voter…

Voici les principaux éléments de la campagne issus du dossier de presse :

La campagne gouvernementale

L’axe de communication retenu privilégie l’importance du vote lors de ces élections, compte tenu du rôle et des pouvoirs du Parlement européen dont les décisions ont une forte incidence sur la vie quotidienne des Français, à travers des messages sur la sécurité dans les transports, la qualité de l’air, la défense des consommateurs, l’égalité hommes-femmes, ou encore la sécurité au travail.

  • Une campagne d’affichage

L’affichage permet de rappeler clairement les enjeux et les dates des élections et de toucher l’ensemble des électeurs par le biais d’une visibilité maximum, grâce à une présence sur tout le territoire national.

Le principe créatif retenu est de donner du sens au vote en associant la représentation de l’enveloppe de vote à des sujets concrets touchant tous les citoyens et sur lesquels intervient le Parlement européen. Cette campagne s’attaque à deux raisons potentielles d’abstention : la portée de l’élection et l’importance du vote.

Le dispositif permet de couvrir tout le territoire national à travers plus de 20 000 panneaux présents dans :

  • les agglomérations de plus de 20 000 habitants ;
  • les villes de 3 000 à 50 000 habitants ;
  • le métro parisien ;
  • la Corse ;
  • les départements d’Outre-Mer ;
  • 313 gares de métropole.

Le dispositif comprend également la diffusion d’une affiche animée sur 452 écrans plasma présents dans 27 centres commerciaux.

L’affichage se déroule du 31 mai au 13 juin.

  • Une campagne dans la presse régionale

Une annonce pleine page, déclinant une des affiches, insérée dans toute la presse quotidienne régionale et dans la presse hebdomadaire régionale, ainsi que dans cinq titres des DOM et cinq titres des TOM. Ces familles de presse ont été sélectionnés pour leur proximité avec leur lectorat et leur cohérence avec le scrutin régionalisé.

Les insertions presse ont lieu :

– le 30 mai dans le supplément Europe de Ouest France Dimanche ;

– du 4 juin au 10 juin dans 190 titres de la presse hebdomadaire régionale ;

– le 10 juin dans 61 titres de la presse quotidienne régionale de métropole ;

– le 10 juin dans 5 titres de la presse des DOM ;

– entre le 5 et le 10 juin dans 5 titres de la presse des TOM ;

– le 10 juin dans toutes les éditions de Métro et 20 minutes (Paris, Lyon, Marseille, Aix, Aubagne, Toulon, Lille, Toulouse, Bordeaux) ;

– le 13 juin, jour des élections et du match France-Angleterre dans L’Equipe.

Les insertions dans la presse quotidienne régionale représente une diffusion totale de 6 millions d’exemplaires et une audience de 17,8 millions de lecteurs. Celles dans la presse hebdomadaire régionale de métropole s’élèvent à une diffusion totale de près de 2 millions d’exemplaires et une audience de 6,2 millions de lecteurs.

  • Une campagne sur internet

Internet sera utilisé comme un média complémentaire afin d’atteindre les populations moins consommatrices de presse, en particulier les plus jeunes, moins mobilisés par le vote et souvent moins informés sur ses modalités.

Des bannières favorisant le trafic vers le site www.europe.gouv.fr, site d’information sur l’Europe, seront insérées sur différents sites internet du 1er au 13 juin. De plus, tous les supports de la campagne (affiches, annonces presse, etc.) renvoient sur ce site.

Constamment actualisé et pédagogique, le site www.europe.gouv.fr permet de suivre l’actualité de l’Union européenne et de découvrir (ou redécouvrir) ses principes et ses fondements :

– L’actualité franco-européenne au quotidien : le site suit les principaux événements impliquant la France au niveau européen ;

– Un tour d’Europe en quelques clics en mettant l’accent sur la connaissance mutuelle entre les États-membres ;

– www.europe.gouv.fr est aussi le portail public sur les questions européennes.

Dans la même perspective, l’ensemble des sites ministériels ainsi que des sites européens consacrent une rubrique à l’élection européenne :

  • Une campagne d’information de proximité

En partenariat avec le ministère de l’Intérieur, de la Sécurité intérieure et des Libertés locales, et l’Association des Maires de France (AMF), l’association Civisme et démocratie (CIDEM) assure la diffusion gracieuse d’affichettes d’incitation au vote dans les 36 000 communes. Il est également proposé aux communes de plus de 12 000 habitants de leur procurer :

– des affichettes supplémentaires ;

– des affiches pour le mobilier urbain municipal ;

– des dépliants d’information sur l’Europe.

Les réseaux des chargés de communication des Préfectures, des ambassades et les réseaux d’information sur l’Europe sont également fortement mobilisés pour relayer l’information sur les élections (dates, mode de scrutin, vote par procuration, rôle du Parlement) et la campagne d’incitation.

Les actions du Parlement européen

Les actions engagées par le Parlement européen complètent la campagne gouvernementale.

  • Une campagne radio

Ce dispositif, conçu en association avec le CIDEM, permet de diffuser des messages d’incitation au vote, auprès du grand public et du public jeune (près de 500 passages), grâce à un choix de radios à forts taux d’audience : RTL, France Inter, France Info, NRJ, Skyrock, Fun radio, RTL 2, Europe 2, les Indépendants, Chérie FM ou encore France Bleu, BFM et RFO.

Des radios locales sont également associées à ce dispositif :les réseaux RCF et CORALI et l’ensemble des radios locales, avec 80 chroniques « Europe » diffusées jusqu’au 11 juin, avec le soutien de la Commission européenne.

Cette campagne devrait ainsi toucher plus de 17 millions de personnes en âge de voter.

  • Une campagne télévisée

Entre le 31 mai et le 11 juin, une douzaine de chaînes de télévision (TF1, France 2, France 3, France 5, TV5, RFO, ARTE, Canal +, Euronews, et La Chaîne Parlementaire) diffuseront gracieusement le spot réalisé par le Parlement européen pour l’ensemble des 25 Etats.

Une co-production entre le Parlement européen et France 3 Méditerranée intitulée « Regards sur la nouvelle Europe » et composée de 15 reportages sera également diffusée.

Eurosport a programmé 220 passages de 3 spots de 20 minutes sur l’Europe et les élections européennes réalisés avec le soutien de la Commission européenne.

  • Une campagne dans les salles de cinéma

Le spot d’incitation au vote sera également diffusé dans les salles de cinéma (dans les agglomérations de plus de 90 000 habitants) entre le 26 mai et le 9 juin.

L’audience est estimée à 3,3 millions de spectateurs.

  • Une campagne sur internet

L’association « Fenêtre sur l’Europe » diffuse des reportages européens sur internet (texte et télévision) avec le soutien du Parlement européen.

  • Une campagne d’affichage

Un visuel sera affiché entre le 28 mai et le 11 juin :

– dans le métro : 300 affiches ;

– sur les flancs de bus : 2260 visuels dans 6 grandes villes : Marseille, Toulouse, Nantes, Grenoble, La Rochelle et Metz ;

– sur des véhicules itinérants : dans 8 grandes villes : Rennes ; Amiens, Lyon, Aurillac, Tour, Limoges ;

– dans les CROUS de France, en association avec les relais locaux.

Appel d’offre de la Commission européenne pour lancer une campagne de communication dans le cadre des élections au Parlement européen en 2009

Quelques temps après l’annonce par le Parlement européen de la réalisation d’une campagne de communication transnationale en vue des élections européennes en juin prochain (signature : « A vous de choisir » et budget de 15,4 millions d’euros), la Commission européenne envisage également d’organiser en urgence un marché relatif à une « campagne de sensibilisation, d’information et de mobilisation » dans le cadre des élections au Parlement européen en 2009.

Un dispositif illustrant la politique de communication en partenariat

En application de la politique de communication en partenariat, officialisée par la déclaration politique entre les institutions communautaires et les États membres, mardi 22 octobre au Parlement européen, cette action devra être menée en coordination avec les autres initiatives prises par les institutions communautaires dans le cadre de la priorité de communication relative aux élections au Parlement européen.

Un dispositif ciblant principalement les jeunes citoyens européens

Les objectifs consistent :

  • à élever la perception d’une identité européenne à travers une identification émotionnelle positive avec l’Union européenne ;
  • accroître la sensibilisation des jeunes sur les prochaines élections au Parlement européen, y compris les jeunes expatriés.

Le public cible comprend :

  • principalement, les jeunes ayant le droit de vote (18-30 ans) ;
  • à titre secondaire, les jeunes qui auront le droit de vote dans un avenir proche.

Les actions de communication sont :

  • développement d’une stratégie et d’un concept de communication fondée sur des spots TV, un site Internet, et EU Tube ;
  • mise œuvre pratique de la stratégie : production et diffusion de clips, création et animation d’un site Internet ;
  • reporting.

Le marché est estimé à un montant maximum de 2,7 millions d’euros.

Bilan de la PFUE : un sondage révèle la bonne opinion de l’action de Nicolas Sarkozy à la tête de l’UE

Interrogés les 12 et 13 décembre par BVA pour Les Echos et France Inter, plus d’un Français sur deux (56%) a une bonne opinion de l’action de Nicolas Sarkozy à la tête de l’UE.

Le Président de l’UE est approuvé par les Français.

Selon les conclusions de l’analyse de Gaël Sliman, Directeur Général Adjoint de BVA : « la perception du bilan de Nicolas Sarkozy en tant que Président de l’UE est extrêmement positive :

  • tant au niveau de sa gestion de la crise,
  • que de l’ambition de son projet pour l’Europe
  • ou sur sa capacité à se montrer diplomate avec ses partenaires ».

Il faut signaler, qu’avant l’été, un tiers seulement des Français faisaient confiance à Nicolas Sarkozy pour obtenir des avancées pendant le semestre de présidence française de l’Union.

Le Président français, lui, ne suscite pas la même confiance, selon les résultats de ce sondage.