Archives mensuelles : septembre 2007

Lourd déficit des journalistes français accrédités auprès des institutions européennes

Panorama de la présence des journalistes français auprès des institutions communautaires.

En 2004, un rapport d’information de la délégation pour l’Union européenne de l’Assemblée nationale établissait un état des lieux de l’influence française à Bruxelles. Au niveau des médias, la France disposait de 70 journalistes accrédités auprès des institutions européennes. A titre de comparaison, l’Allemagne, qui figurait en tête du classement, envoyait 147 journalistes représentant 79 médias différents. A moins d’un an de la campagne référendaire sur la Constitution européenne, aucun journaliste de TF1 – le média télévisé le plus regardé en France – ne figurait sur la liste des journalistes accrédités.

Aujourd’hui, le compte n’y est toujours pas. Selon les informations données par la Représentation permanente de la France auprès de l’Union européenne, des titres comme L’Express ou le Nouvel Obs ou des chaînes comme I-Télé, BFM-TV n’ont pas de permanents à Bruxelles. Pour se forger une opinion, voici la liste exacte des médias représentés de manière permanente :

  • Agences de presse : Agence France Presse, Agence REUTERS, AGEFI
  • Presse généraliste : Le Monde (Thomas FERENCZI, Philippe RICARD, Rafaële RIVAI, Jean-Pierre STROOBANTS), Le Figaro, Libération, Le Parisien / Aujourd’hui en France, France Soir, La Croix, La Tribune, Les Echos – Presse quotidienne régionale : La Dépêche du Midi, Agence Europe, Ouest-France, Le Télégramme
  • Presse hebdomadaire : Le Point, Publications générales de la Société Générale de Presse (Bulletin quotidien, Correspondance économique, Correspondance de la Presse, Correspondance de la Publicité)
  • Presse spécialisée : Europolitique, Challenges, Agra Europe, L’Usine nouvelle, Le journal du textile, Trends – Le magazine info Lettres d’information : La lettre de l’expansion, Bulletin Quotidien Européen, Agence Europe
  • Radio : Radio France – Radio France Internationale, RTL, BFM et Europe 1
  • Télévision : France 2, France 3, TF1 – LCI et France 24

Internet, premier média d’information chez les jeunes

Selon le site d’information sur les questions européennes, Touteleurope : Internet est devenu le premier média d’information chez les jeunes. Si la télévision est toujours le premier média d’information sur l’Europe pour 55 % des Français, elle est dépassée par Internet pour la première fois chez les 15-24 ans qui le choisissent en priorité à 59 %.

L’Union européenne communiquera sur la ratification du traité simplifié

Dans une brève publiée dans Le Monde daté du 3 juillet 2007, on apprend que la Commission communiquera sur le traité simplifié dès septembre 2007, et cela à la demande du Conseil européen de Bruxelles, du 23 juin dernier. Il s’agira d’une première. Ce point figure dans le communiqué final (point 7 des conclusions).

La Commission européenne communique via Youtube

La Commission européenne lance une initiative sur le web : une chaîne de vidéos “EUTube” sur YouTube. La Commissaire à la communication Margot Wallström a expliqué dans un communiqué : “Il est très important que la Commission utilise tous les moyens qui sont à sa disposition lorsqu’il s’agit de communiquer avec les citoyens européens”.

Selon RTL.be, la Commission européenne souhaite ainsi lutter contre le déficit d’information des jeunes sur les questions européennes. A noter qu’il n’existe pas encore de version en français.

Quelques mots sur le rapport Herbillon sur les politiques d’information sur l’Europe

Présentation des 40 propositions pour “réduire la fracture européenne”

Un constat d’échec des politiques de communication sur l’Europe :

  • des moyens budgétaires modestes et dispersés
  • des campagnes peu impactantes et peu coordonnées
  • un contexte peu propice à la pédagogie (polémique et passion)

Les médiateurs naturels sont défaillants :

  • pour les élus, « L’Europe ne fait l’élection »
  • pour les médias, « L’Europe ne fait pas vendre »
  • pour les enseignants, « L’Europe n’est pas dans les programmes »

Déficit d’information => Déficit d’image de l’UE auprès des citoyens :

  • L’Europe, c’est compliqué et loin
  • L’Europe, c’est une nécessité économique, voire même une fatalité ?
  • L’Europe, c’est un bouclier culturel, voire même un contre-modèle ?
  • L’Europe, c’est une perte d’identité, voire même une menace technocratique ?
  • L’Europe, c’est une valeur d’usage pour le voyageur-consommateur ?

Un enjeu : réduire « La fracture européenne »

Les Français et l’Europe : « Je t’aime, moi non plus… »

I – Un besoin d’Europe

A – L’attachement des Français à la construction européenne

B- Les Français en quête d’une Europe « utile »

II – Une forte demande d’information sur l’Europe

A – Les Français s’estiment mal informés sur l’Europe

B – Des émetteurs multiples, une responsabilité partagée

Des campagnes d’information sur l’Europe : « Parce qu’il le faut bien… »

I – Une accélération des campagnes, mais l’absence de structure d’information pérenne

A- Des initiatives utiles mais éphémères

B – Les campagnes thématiques

II – Des contextes peu propices à l’information et à la pédagogie

A – Les campagnes menées à l’occasion des élections européennes ne parviennent pas à enrayer une abstention croissante

B – Les contraintes juridiques et politiques très strictes imposées lors des campagnes référendaires sur les traités européens

Les relais d’information sur l’Europe : Y a-t-il un pilote dans l’avion ?

I- Un morcellement des structures d’information

A – Au niveau national

B – Au niveau local

II – Un foisonnement des initiatives

A – La diversité du paysage associatif

B – La contribution des associations au développement d’une conscience européenne

C – Le soutien financier aux projets associatifs

III – L’Europe dans la vie économique et sociale

A – Le rôle du Conseil économique et social

B – La dimension européenne de l’action syndicale

C – L’implication des organisations professionnelles

L’Europe à l’école : La clé du problème

I – La dimension européenne est désormais inscrite dans les programmes scolaires

II – Dans la pratique, cependant, l’acquisition des connaissances fondamentales sur l’Europe n’est garantie ni chez les élèves, ni chez les professeurs

A – Les élèves ont des connaissances très insuffisantes sur l’Europe

B – La formation des professeurs aux questions européennes est quasiment inexistante

III- L’intérêt à développer des actions parascolaires de formation sur l’Europe

A- Journées de l’Europe, printemps de l’Europe : ne pas cantonner l’Europe dans des enseignements exclusivement académiques

B – Les échanges de jeunes : ouvrir et sensibiliser à la citoyenneté européenne

L’Europe dans les médias : Le parent pauvre… jusqu’à quand ?

I – Des progrès significatifs dans les presse écrite, mais encore timides dans l’audiovisuel

A – La presse écrite intègre progressivement la dimension européenne

B – Dans l’audiovisuel, l’Europe reste portion congrue

II – L’échec relatif des publications spécialisées et l’audience limitée des sites web sur l’Europe

A – L’échec relatif des publications spécialisées sur l’Europe

B – L’audience limitée des sites spécialisés sur l’Europe

III – Une formation initiale et continue des journalistes qui reste embryonnaire

A – La formation initiale : une prise de conscience de la nécessité d’une maîtrise Des questions européennes

B – La formation continue des journalistes : les questions européennes restent négligées

L’administration française et l’Europe : vers une révolution culturelle ?

I – L’information et la communication sur l’Europe Des initiatives multiples, sans véritable stratégie

A – Un déficit de coordination

B – Des campagnes d’information d’envergure variable et d’efficacité limitée

II – La formation des fonctionnaires sur l’Europe

Conclusion : de l’imagination et de la volonté politique pour relever le défi de l’information :

  • aucune pédagogie régulière sur l’UE : c’est impossible de comprendre les épisodes sans connaître le scénario
  • il faut sortir du cercle des initiés : rapprocher l’UE des citoyens par des projets concrets, rapides et peu coûteux

40 propositions, pour relever le défi d’une information pour tous

  • Adapter les structures gouvernementales

1. Donner au ministre des Affaires européennes un véritable rôle d’impulsion et de coordination en matière de communication sur l’Europe

2. Instaurer des conseils interministériels réguliers sur les affaires européennes

3. Lancer, dès la rentrée 2005, une Conférence nationale du débat public sur l’Europe

4. Confier au ministre délégué aux affaires européennes la tenue d’une conférence de presse hebdomadaire sur l’Europe

5. Européaniser la composition des cabinets ministériels

6. Intégrer la dimension européenne dans l’exposés des motifs des projets de loi présentés par le Gouvernement

  • Refonder Sources d’Europe

7. Transformer Sources d’Europe en un service propre du ministre délégué aux Affaires européennes

Cette proposition a été reprise par le gouvernement en créant Touteleurope.

  • Impliquer davantage les parlementaires nationaux

8. Organiser un débat en séance publique, avant et après chaque réunion du Conseil européen

9. Prévoir des sessions de formation obligatoires à Bruxelles pour tous les parlementaires nationaux

10. Adresser aux parlementaires nationaux une lettre du Gouvernement d’information sur l’Europe

11. Transformer les délégations pour l’Union européenne de l’Assemblée nationale et du Sénat en commissions permanentes non législatives

12. Renforcer les liens entre les parlementaires nationaux et les députés européens, par exemple, en rendant possible la création de missions d’information communes entre les parlements nationaux et le Parlement européen

13. Instaurer des Journées parlementaires sur l’Europe

  • Mobiliser l’administration au service de l’Europe

14. Renforcer la place de la France dans le domaine de la formation au management public européen

15. Instaurer un plan pluriannuel de formation continue aux questions européennes

16. Valoriser l’expérience européenne dans la carrière publique

17. Recenser les fonctionnaires disposant d’une expérience européenne

  • Faire de l’école le lieu d’apprentissage de la citoyenneté européenne

18. Inclure les notions de base sur les institutions et la culture européennes dans « le socle commun des connaissances » inscrit dans la nouvelle loi d’orientation sur l’école

19. Evaluer l’acquisition de ces connaissances de base sur l’Europe à l’occasion du Brevet des collèges

20. Ajouter la dimension européenne à l’enseignement d’éducation civique, juridique et social (ECJS)

21. Former les professeurs aux questions européennes

22. Distribuer le « passeport jeunes – l’Europe en poche » à tous les lycéens

23. Généraliser les jumelages électroniques entre les écoles

  • Promouvoir l’esprit européen par les valeurs du sport et de la jeunesse

24. Informer les jeunes sur l’Europe au cours de la Journée d’Appel à la Préparation de la Défense (JAPD)

25. Créer un « Office européen de la jeunesse »

26. Généraliser le volontariat européen en abondant son financement

27. Instaurer des Jeux européens du sport

28. Donner une visibilité au drapeau de l’Union à l’occasion des manifestations sportives

29. Créer des « trophées européens du sport »

  • Populariser l’Europe par un traitement médiatique plus attractif et plus régulier

30. Inscrire le traitement des affaires européennes parmi les obligations du service public

31. Assurer le développement d’Euronews en lui permettant d’accéder à la télévision numérique terrestre (TNT)

32. Promouvoir l’Europe par le divertissement et la fiction

33. Encourager la production de « programme courts » sur l’Europe

34. Lancer un Prix « Europorter » entre les écoles de journalisme

  • Recourir aux symboles pour développer une conscience européenne

35. Instaurer le double pavoisement des édifices publics

36. Donner une visibilité à la Journée de l’Europe : rendre le 9 mai plus populaire par la création d’ « Eurofolies »

37. Matérialiser la solidarité européenne

38. Créer un timbre européen

39. Créer un ordre européen de décoration

40. Encourager les vœux télévisés des Chefs d’Etat ou de gouvernement de l’Union aux ressortissants d’autres Etats membres