Archives mensuelles : septembre 2011

Quelle est la visibilité dans le web du 2e discours sur l’État de l’Union de Barroso ?

Ce matin à 9 heures, le président de la Commission européenne a prononcé devant le Parlement européen son deuxième discours sur “l’État de l’Union”. Quelle en a été la visibilité dans le web ?

De fortes retombées dans la presse en ligne

Au vue des 15 700 résultats de recherche sur Google Actualités sur les 24 dernières heures, les retombées du discours sont particulièrement fortes dans la médias traditionnels en ligne :

Selon Stanley Pignal, le correspondant du Financial Times Bruxelles, le sujet aurait même fait pendant la journée la une de plusieurs grands médias tels que la BBC ou des journaux allemands :

Une faible couverture géographique sur Twitter

Certes, un pic de Tweets soit identifiable au moment où le discours a été prononcé :

Mais, l’origine géographique des Tweets – pour ce qui concerne le territoire de l’UE – est très concentrée dans quelques États-membres :


Un dispositif de communication inédit

Pour l’occasion, l’équipe de porte-parole de la Commission européenne a lancé un compte Twitter dédié @StateofUnion_EU qui comptabilise en fin de journée 746 Followers et 136 Tweets et qui remercie « pour les milliers de Tweets et mentions » :

Communication européenne à destination des jeunes : les principales actions de la Commission européenne

De nombreuses ressources sont réalisées par la Commission européenne pour sensibiliser les jeunes à l’UE. De la simple brochure multilingue à la vaste campagne paneuropéenne, quelles sont les actions principales de communication sur l’Europe destinées aux enfants et aux adolescents ?

Les principales ressources pédagogiques dans l’Espace Enseignants de l’UE

L’UE met à disposition un « Espace Enseignants » comportant un large éventail de ressources pédagogiques sur l’Europe adapté à l’âge des élèves et conçu pour aider les jeunes à connaître l’UE et ses politiques.

Pour les 0-9 ans, une introduction illustrée aux pays et cultures de l’UE :

  • un livret divertissant « Unie dans la diversité » complété d’une carte-poster dessinée de l’UE indiquant les monuments célèbres, les spécialités culinaires et les richesses culturelles de chaque État membre ainsi que les pièces et billets en euros et les différents drapeaux nationaux ;
  • Plusieurs albums de coloriage et livres illustrés sont également disponibles en fonction des langues.

Pour les 9-12 ans, des supports didactiques et ludiques sur l’histoire, la géographie et les grands enjeux européens :

  • Mots croisés sur l’hymne européen ;
  • Rubrique éducative du site sur le numéro européen d’urgence, le 112 ;
  • « Kids4Energy » : jeu de cartes représentant quatre familles (Gaspi, Haute-Tech, Économe et Renouvelle) menant chacune un mode de vie différent.

Pour les 12-15 ans, des supports plus pédagogiques :

  • « L’Europe en mouvement – Historique de l’UE » : affiches informatives pour décorer la classe ;
  • « L’École de l’euro » réalisée par la Banque centrale européenne et comprenant des applications interactives et des publications consacrées aux billets et aux pièces en euros.

ECB_euro_run

Pour les + de 15 ans, des outils pour s’informer et agir :

  • « EU slides » : des diaporamas sur les fondements de l’Union, quelques chiffres clés sur l’Europe, activités et réalisations de l’UE et le fonctionnement de l’UE ;
  • des brochures informatives et des bandes dessinées : « Rebonds », « Les eaux blessées » et « Face à l’urgence » ;
  • « I fight poverty » : un voyage virtuel autour du monde ainsi qu’un concours de créativité. Plus de 6 250 like pour la page Facebook.

I_fight_poverty

Pour en savoir plus, la DG Communication réalise du matériel à utiliser en classe.

Les jeux en ligne : des supports de communication protéiformes adaptés au public jeune

Parmi tous les supports de communication, les jeux en ligne sont particulièrement utilisés par les institutions européennes pour s’adresser aux jeunes.

1. Le jeu en ligne comme divertissement d’adresse ou de logique

« Euro Kid’s corner» : le jeu développé par la DG Affaires économiques et financières où il s’agit de recoller des morceaux de billets de banques déchirés. Le dispositif est accompagné d’un site relais « Plus d’infos sur l’euro ».

2. Le jeu en ligne comme « serious video game » multi-joueur

« Neurodyssée » : un jeu en ligne (jamais totalement débuggé) pour tester ses connaissances sur l’UE en incarnant un extraterrestre parti à la découverte de la Terre et en compétition.

3. Le jeu comme test de connaissances

« Europa Go » : un quizz interactif « pour que les enfants y testent leurs connaissances et se mesurent à leurs camarades » en complément d’une brochure qui raconte l’histoire de l’Europe.

« Toporopa » : des quiz divertissants mettant à l’épreuve des connaissances de géographie européenne.

4. Le jeu comme concours

« Rallye euro » : un jeu concours pour les 9 à 12 ans réalisé par « L’École de l’euro » de la Banque centrale européenne.

« U4energy » : un jeu concours pour économiser de l’énergie dans les classes des établissements primaires et secondaires européens, réalisé par la DG Education et culture.

u4energy

« Young artists for road safty » : jeu concours pour concevoir une affiche sur la sécurité routière en Europe, organisé par la DG MOVE, la direction générale de la mobilité et des transports.

« Ton monde, ton business » : un concours pour motiver les jeunes de 16 à 19 ans à devenir entrepreneurs.

5. Le jeu comme expérience projective et épistémologique

« Jiffy sauve la planète » : jeu en ligne autour du personnage de « Jiffy » composé de quizz et de jeu d’adresse, réalisé par la DG Environnement.

« Farmaland the game » : jeu en ligne autour d’épreuves liées à la gestion d’une ferme, réalisé par la DG Santé et consommateurs.

« €conomia – Le jeu sur la politique monétaire » : jeu interactif pour découvrir le fonctionnement de la politique monétaire.

Ainsi, entre les nombreuses ressources pédagogiques de l’« Espace Enseignants » de l’UE et les divers supports ludiques, la communication de l’UE à destination des jeunes multiplie les supports.

Communication européenne à destination des jeunes : les bonnes pratiques des partenariats UE/États membres

Dans le cadre de la stratégie « Communiquer l’Europe en partenariat » – qui a fait l’objet d’une déclaration politique entre les institutions européennes le 22 octobre 2008 – 18 partenariats existent en 2010 pour un budget total de 8,2 millions €.

Selon le « rapport d’activité annuel 2010 de la Direction générale à la communication » au sein de la Commission européenne, 132 opérations de communication ont été financées par la stratégie de communication en partenariat avec les États-membres.

Quelles sont les bonnes pratiques des partenariats UE/États membres en matière de communication européenne à destination des jeunes ?

Actions de communication destinées principalement au corps enseignant

Formation pour les enseignants du secondaire sur l’Europe – Finlande

Objectif : inspirer les professeurs des écoles pour qu’ils enseignent davantage l’Europe.
Modalités : Plus de 500 enseignants du secondaire dans différents domaines (musique, arts, histoire, etc.) ont été formés sur les questions européennes. Une base de données du matériel de formation a été élaborée et est disponible pour tous les enseignants, au-delà des seuls participants.

Formation des enseignants du secondaire aux connaissances civiques liées à l’UE – Suède

Objectif : soutenir les professeurs des écoles qui enseignent l’Europe dans le cadre des cours d’éducation civique et augmenter l’intérêt des chefs d’établissement à faciliter et à aider leurs professeurs.
Modalités : Les enseignants ont reçu une formation et ont également participé à un voyage d’une semaine d’étude à Bruxelles, Luxembourg et Strasbourg.

Formation en e-learning pour les enseignants pour des activités en classe et en ligne relatives à l’UE – Portugal

Objectif : former à distance les enseignants pour qu’ils abordent davantage les sujets européens en classe ou dans le cadre d’activité de groupe.
Modalités : Des modules de formation pour les enseignants et pour les élèves (information sur l’UE, le marché interne et la cohésion sociale, la crise financière et la relance économique) sont accessibles en ligne.

Réalisation d’un ensemble d’une boîte à outils pédagogique et d’information sur l’Europe : “European box” – Pologne

Objectif : soutenir les clubs scolaires européens.
Modalités : Des “European box” contenant des puzzles, des drapeaux de l’UE, des cartes complétées par des brochures des institutions européennes et d’autres matériels éducatifs comme des jeux d’ordinateur et des bandes dessinées. Au total, 2 000 boîtes ont été produites et distribuées.

Réalisation de manuels sur « l’UE à l’école » pour les enseignants et les élèves – Slovénie

Objectif : fournir des manuels didactiques sur l’UE adaptés aux différents âges.
Modalités : Des manuels pour les enseignants des écoles primaires et secondaires contenant des références aux programmes de l’éducation nationale, des méthodologies, des idées et des exemples de sujets pour aborder l’UE en classe et envoyés à toutes les écoles primaires et secondaires ainsi que des manuels pour les élèves ont été réalisés et sont disponibles en ligne.

Actions de communication réalisées directement par et/ou avec les jeunes

Promotion du programme Erasmus dans les écoles secondaires – Finlande

Objectif : montrer aux élèves « le visage des jeunes Européens » et leur donner envie plus tard de participer au programme Erasmus.
Modalités : Des étudiants Erasmus visitent des écoles secondaires et donnent des conférences sur leur langue, leur culture ou le sujet qu’ils sont venus étudier en Finlande.

Organisation d’une « Journée de bienvenue aux étudiants Erasmus » dans les universités – Italie

Objectif : souligner l’importance de l’expérience Erasmus dans l’acquisition de nouvelles connaissances, de compétences sociales et de travail et de préparation à la vie active.
Modalités : Plus de 20 000 étudiants Erasmus venus de toute l’Europe ont participé aux activités d’accueil dans 33 universités italiennes.

Organisation d’un « camp intergénérationnel de sensibilisation environnementale » – Malte

Objectif : sensibiliser les familles à la protection de l’environnement et du climat.
Modalités : Plus de 30 familles ont participé à un camp de deux jours en plein air visant à les sensibiliser aux politiques européennes sur le changement climatique et l’environnement. Diverses activités interactives ont été organisées pour les parents et les enfants.

Organisation d’un « Point Rencontre européen » d’infotainment au Festival Sziget – Hongrie

Objectif : sensibiliser les jeunes à l’Europe à l’occasion d’une manifestation musicale et culturelle à forte affluence.
Modalités : 2 tentes ont accueilli près de 100 000 visiteurs principalement des jeunes de toute l’Europe venus au Festival Sziget autour de programmes d’infotainment, culturels et musicaux, une ambassade de l’UE, un coin des lecteurs, des quiz et des jeux de l’UE.

Organisation d’une « Garden party de l’UE » dans un parc de la capitale lors de la journée de l’Europe – Lettonie

Objectif : sensibiliser les familles (parents et enfants) à la construction européenne dans le cadre d’une activité de plein air.
Modalités : Plus de 10 000 participants ont été attiré par la « Garden party de l’UE » organisée lors de la journée de l’Europe dans le parc Vermane à Riga.

Ainsi, à travers ces quelques exemples de bonnes pratiques réalisées dans le cadre des partenariats de communication entre l’UE et les États-membres, diverses actions sont menées pour mieux communiquer sur l’UE auprès des jeunes :

  • des formations pour les multiplicateurs sur les questions européennes : les enseignants (Suède, Finlande, Portugal) ou les étudiants (Italie, Finlande) ;
  • des matériels éducatifs et pédagogiques sur l’UE (Slovénie, Finlande, Pologne, Portugal) ;
  • un point rencontre (Hongrie) ou une activité de plein air (Lettonie) d’infotainment sur l’UE.

Quel est le bilan chiffré de la communication de l’UE en 2010 ?

Que révèle la lecture du « rapport d’activité annuel 2010 de la Direction générale à la communication » au sein de la Commission européenne, lu grâce au billet de Ronny Patz sur son blog « Polscieu » relatif aux rapports d’activités annuels de la Commission européenne ?

Chiffres clés de la DG COMM en 2010 : 1 059 postes et 159 millions d’€

En 2010, la DG COMM dispose d’un budget s’élevant à 158 890 000 €, soit 0,30 € par Européens.

Ce budget se décompose en :

  • frais administratifs (y compris les frais liés à l’immobilier des Représentations) ;
  • dépenses opérationnelles, exécuté via des contrats avec des prestataires et des subventions à des partenaires.

En 2010, la DG COMM comporte 1 059 postes, dont 625 pour la communication décentralisée dans les États-membres:

Les Ressources humaines se répartissent entre :

  • 629 postes de fonctionnaires titulaires ;
  • 430 postes de personnel extérieur.

Bilan des activités « médias » :

  • 7 millions de téléspectateurs par jour en moyenne pour Euronews ;
  • 20 millions d’auditeurs par semaine pour Euranet, le réseau de radios ;
  • 300 000 visiteurs uniques par mois et 1 million de pages vues pour le portail PressEurop, soit un retour sur investissement représentant moins de 0, 50 € par articles ;
  • 4 241 vidéos, 1 900 photos et 3 336 fichiers audio ;
  • 2 142 heures transmises par la chaîne « EuropebySatellite » (EbS). ;
  • 4 714 journalistes participant aux séminaires de formation.

Bilan des activités décentralisées :

  • 132 opérations de communication financées par la stratégie de communication en partenariat avec les États-membres ;
  • 9 200 événements organisés et 800 000 contacts personnels pour les Centres d’information « Europe Direct » ;
  • 2 185 événements européens organisés partout en Europe, soit un public de 3,5 millions de citoyens européens ;
  • 518 séminaires et conférences organisés par les Représentations dans les États-membres ;
  • 30 000 visiteurs à la journée portes ouvertes organisés à Bruxelles.

Bilan des activités « hors médias » et web :

  • Premier inventaire de tous les sites web du nom de domaine de la Commission européenne « ec.europa.eu », total plus de 400 sites répertoriés ;
  • 294 millions de visites sur le portail Europa de la Commission en incluant les « Résumés de la législation européenne » et les sites des Représentations, soit une moyenne de 17 millions par mois ;
  • 26 500 mises à jour de ces dits sites web ;
  • 1,6 million de visites sur le site des Eurobaromètres ;
  • 99 000 réponses par téléphone pour le « call centre » d’Europe Direct ;
  • http://europa.eu/legislation_summaries/index_fr.htm
  • 7,3 millions de publications distribuées.

Quelles sont les spécificités du guide d’utilisation des médias sociaux destiné aux fonctionnaires de l’UE ?

Quelques jours après la publication d’une page web présentant l’utilisation des médias sociaux dans la communication européenne, le guide d’utilisation des médias sociaux destiné à tous les fonctionnaires de l’UE est également mis en ligne. Quelles en sont les spécificités ?

Un rappel au code de bonne conduite administrative plutôt qu’une invitation au rôle d’ambassadeur en ligne

Certes, le préambule indique : « en fait, les médias sociaux sont des médias de plus en plus fréquentés par des citoyens qui y passent de plus en plus de temps » – ce qui laisserait à penser qu’une nouvelle opportunité de communication se présente à l’UE en confiant un rôle d’ambassadeur en ligne aux fonctionnaires européens.

Mais, ce n’est finalement que le point de vue de l’utilisateur qui est en ligne – et non celui de l’institution qui communique – qui est retenu : « les médias sociaux offrent un moyen de collecte et de partage des informations, des connaissances et des opinions d’une manière facile et conversationnelle ».

Aussi, la 1e partie du guide consiste à rappeler les « principes fondamentaux » du code de bonne conduite administrative (objectivité / impartialité / loyauté / discrétion / circonspection) et à présenter l’architecture des prises de parole en ligne :

  1. les prises de parole officielles : les Commissaires, les porte-parole et les chefs des Représentations sont en droit de parler au nom de la Commission ;
  2. les prises de parole « mandatées » : dans chaque Direction Générale, du personnel est mandaté pour fournir un soutien et une assistance sur les médias sociaux ;
  3. les prises de parole « non officielles » : tout les autres fonctionnaires de l’UE « ne représentent pas la position officielle de l’UE ».

Un guide de recommandations pratiques pour accompagner plutôt qu’une charte d’encadrement pour contrôler

La 2e partie est consacrée aux « règles d’or » qui sont autant de conseils pour éviter les pièges et accompagner les fonctionnaires européens dans leurs premiers pas dans les médias sociaux :

  • Rappelez-vous que vous parlez en votre capacité personnelle ;
  • N’oubliez pas que vous êtes responsable de ce que vous écrivez ;
  • Soyez crédible, cohérent et respectueux ;
  • Soyez vigilant : pensez à votre propre réputation ;
  • Respectez le droit d’auteur ;
  • Protégez votre propre vie privée.

En aucun cas, il ne s’agit d’une charte qui viserait à dire de faire plutôt ceci ou de ne pas faire cela. Les fonctionnaires européens demeurent libres de leurs actions, dans le respect des indications de bon sens et de prudence.

Ainsi, le guide d’utilisation des médias sociaux destinés aux fonctionnaires de l’UE se présente avant tout comme un rappel aux règles déjà établies quant aux principes et surtout comme un ensemble de recommandations pratiques non contraignantes.