Archives mensuelles : août 2022

Moment historique de l’Union européenne : le tournant civilisationnel, géopolitique et démocratique européen

Aux Rencontres économiques d’Aix, lors de la table ronde « L’Europe face au monde », Guillaume Klossa, Civico Europa dessine les contours du moment européen…

Une remarquable résilience du projet européen

Depuis 2002, l’Union européenne a traversé une dizaine de crises, qui a permis de progresser, surement pas de manière linéaire, tandis que l’Union soviétique a connu une grande crise à la fin des années 1980 et s’est effondrée et que les États-Unis traversent une grande crise sociétale qui fragilisent les fondations de leur système et montrent ses limites. Malgré tous ses défauts, le système européen est extrêmement flexible et intelligent.

Sur la vision progressive du projet européen :

  • La naissance du projet européen, c’est pendant la guerre, c’est l’embryon ;
  • L’enfance pendant les années 1950 avec les traités fondateurs, comme le traité de Rome de 1951 sur les droits fondamentaux, puis la CECA et la CEE et le traité de l’OTAN en 1949 parce quand on est dans l’enfance, on a besoin de protection, en l’occurrence américaine ;
  • L’adolescence arrive avec la chute du Mur de Berlin et la chute de l’Union soviétique et le traité de Maastricht, à l’adolescence, c’est la période des crises où on se constitue et on fait société avec soi-même.
  • On rentre dans l’âge adulte, quand on a appris des règles, mais on sait aussi aller au-delà des règles et on est responsable de sa propre action. On est dans ce moment où les Européens savent qu’ils ont besoin d’un cadre de règles, mais qu’il est insuffisant, ils doivent apprendre à réagir et à agir, à anticiper et à forger, c’est à ce moment particulier de la construction européenne où on se trouve.

Le tournant civilisationnel, géopolitique et démocratique européen

Il y a un tournant civilisationnel, les Européens, ensemble, avec la crise ukrainienne, perçoivent que c’est leur identité qui est en cause. C’est le propos de Zelinsky devant le Parlement européen : « vous, Européens, êtes porteur d’une civilisation d’avenir fondée sur des principes forts et singuliers : la dignité de la personne humaine ; on remplace la force par le droit, la guerre intermittente par la paix perpétuelle ; on a des principes de vie, d’action, de respect de l’égalité homme-femme, d’égalité entre États, de coopération avec un droit commun, une vision des rapport au monde structurante des politiques en faisant l’apprentissage des limites : de la souveraineté, de l’environnement, de la science, tout çà devant être au service de l’homme.

C’est ce modèle-là qui est en cause aujourd’hui et qui est au cœur d’une grande guerre de récits chinois, américain, indien, russe. Le sujet pour nous, Européens, est de savoir si nous sommes capables d’avoir notre propre récit. Un récit accompagne une grande politique. Aujourd’hui, on a besoin d’une grande politique européenne.

Sur les marqueurs des politiques européennes, quand on fait le « Green Deal », on est à l’avent garde d’une vision écologique du monde, c’est un marqueur. Quand on fait la régulation des GAFAM avec les directives DMA et DSA, on met les technologies au service de l’homme et ça, c’est un marqueur civilisationnel. Quand on a l’accord sur l’obligation d’un service minimum dans chaque État-membre, on met le social au cœur du système, c’est un autre marqueur.

Sur le tournant géopolitique, c’est non seulement la défense, mais c’est l’énergie, c’est aussi la capacité de mettre fin au Brexit en annonçant que l’Ukraine est candidate, on dit au monde que nous ne sommes plus dans une dynamique de déclin géographique mais on se projette à nouveau dans le monde, c’est un message très important du point de vue symbolique. Quand on discute d’une communauté politique européenne, pour pouvoir faire communauté avec ceux qui nous entourent, pour pouvoir produire ensemble de la sécurité, de l’énergie, de l’intelligence collective, de la mobilité et gérer collectivement nos grands problèmes, on fait preuve d’une vision du monde qui est positive et qui se déploie.

Le dernier tournant est démocratique. La conférence sur l’avenir de l’Europe a montré en fait que 1 000 citoyens tirés au sort et travaillant pendant 1 an font l’expérience d’une vraie citoyenneté européenne mais surtout voient que l’Union doit se transformer dans une véritable démocratie européenne ce qui suppose une révision des traités pour s’adapter à une nouvelle donne économique, sociale, technologique, mondiale. Ces évolutions doivent se faire avec urgence.

C’est le moment pour l’Europe d’accélérer pour prendre les devants et ne pas subir le monde !

Quels regards des Européens sur les défis de l’Union européenne ?

L’enquête Eurobaromètre spécial 526 « Principaux défis de notre époque : l’UE en 2022 » livre des clés de lecture sur de nouveaux consensus paneuropéens des opinions publiques européennes sur les priorités de l’UE…  

Un nouveau Zeitgeist « ukrainisé » pour la construction européenne  

Pour les Européens, il ne fait aucun doute qu’en s’opposant à l’invasion russe en Ukraine, l’Union européenne défend les valeurs européennes :  

Face à la guerre en Ukraine, une majorité de citoyens de l’UE est satisfaite de la réponse de l’Union européenne et de leur gouvernement national (respectivement 59 % et 57 %). Fournir un soutien humanitaire aux personnes touchées par la guerre et accueillir dans l’UE ceux qui fuient la guerre recueillent un fort soutien (respectivement 93 % et 91 %), huit sur dix soutiennent des sanctions économiques contre la Russie et sept sur dix soutiennent le financement de l’approvisionnement et de la livraison d’équipements militaires à l’Ukraine.

Le soutien massif des Européens aux réponses à l’agression russe en Ukraine bénéficie d’une conjonction spécifique liée d’une part à l’effet de souffle de la déflagration au printemps et à l’unité unanime des nations européennes et d’autre part, à l’absence, au moment de l’enquête, des conséquences pratiques de ce qui devient de plus en plus une économie de guerre avec des risques de rationnements, de pénuries sans parler de l’inflation.

Les opinions publiques européennes seront-elles versatiles face aux difficultés à venir ou leur position de principe sur le conflit se confirmera-t-il dans l’adversité ? Une chose est certaine, le sujet va continuer à occuper les esprits.

Une trajectoire de transition « géopolitisée » pour la construction européenne  

La guerre en Ukraine bouleverse le sens des priorités. Les Européens considèrent la défense et la sécurité (34 %) et « rendre l’UE et ses États membres plus autonomes en approvisionnement énergétique » (26 %) comme les priorités du moment :  

En matière de défense et sécurité, 81% des Européens sont favorables à une politique de défense et de sécurité parmi les États membres de l’UE, plus des deux tiers la soutenant dans tous les pays. 73% conviennent que davantage devrait être dépensé pour la défense de l’UE.  

Pour la transition climatique, 87% pensent que l’UE devrait réduire sa dépendance vis-à-vis des sources d’énergie russes dès que possible. Plus de huit sur dix conviennent que l’augmentation de l’efficacité énergétique des bâtiments, des transports et des biens rendra l’UE moins dépendante des producteurs d’énergie externes. 85% pensent que l’UE devrait investir massivement dans les énergies renouvelables. Plus de huit citoyens sur dix considèrent qu’il est important de faire de l’Europe le premier continent climatiquement neutre au monde d’ici 2050.  

Ce nouveau sens des priorités plus géopolitiques, ce lien entre transition énergétique et sécurité des approvisionnements – au-delà des arguments climatiques et environnementaux – devrait contribuer à renforcer le soutien au programme politique de l’UE.  

Au total, les nouvelles convergences consensuelles se retrouvent non seulement avec de très larges majorités de citoyens mais tous ces points sont également approuvés dans tous les États-membres de l’Union européenne.