Archives par étiquette : PFUE

Quelle est la stratégie de communication du Programme « Paroles d’Européens ! » ?

Souhaité par le Secrétaire d’État aux Affaires européennes, le Programme « Paroles d’Européens ! » vise à réussir la dimension citoyenne de la Présidence française de l’UE à travers un dispositif évènementiel (6 forums partout en France) et web (1 site participatif)…

L’intention initiale de Jean-Pierre Jouyet est d’organiser en amont de la PFUE huit conventions thématiques dans les différentes circonscriptions électorales européennes afin de débattre avec les citoyens français de l’avenir de l’Europe. Le programme « Paroles d’Européens ! » y répond à travers un dispositif événementiel et web.

Un volet événementiel reposant sur une série de six forums

Des événements organisés par le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes :

  • 7 mai, à Lille : Les valeurs et l’identité commune des Européens ;
  • 13 juin 2008 à Marseille : Les citoyens français et les enjeux de la future PFUE ;
  • 10 et 11 octobre 2008 à Nantes : La Rentrée des jeunes Européens : les nouvelles générations face à l’Europe de demain.

Des manifestations organisées par la société civile :

  • 23 mai à Paris : Colloque européen des think tanks : “think global act european” organisé par Notre Europe, Aspen et la Fondation pour l’innovation politique ;
  • 21 juin 2008 à Lyon : Les États généraux de l’Europe organisés par EuropaNova, le Mouvement Européen et Notre Europe ;
  • 4, 5 et 6 septembre 2008 à La Rochelle : Le Forum civique européen organisé notamment par la Ligue de l’Enseignement et le CIDEM.

Un volet Internet reposant sur le principe du Web participatif

Afin d’accompagner ces événements durant le semestre de la PFUE, le principe de web-débats participatifs sur l’Europe est adopté. Un site dédié : europeens.touteleurope.fr invite les internautes à poser leurs questions en vidéo ou à travers des chats tandis que les réponses sont retransmises en direct lors des forums ou via une web-TV rassemblant des interviews vidéos de personnalités.

Les responsables respectifs de la Netcampagne de Nicolas Sarkozy et de Ségolène Royal, Arnaud Dassier, patron de l’agence l’Enchanteur des nouveaux médias, et Benoît Thieulin, fondateur de l’agence Netscouade, planchent ensemble sur l’appel d’offres lancé par le ministère des Affaires étrangères, selon Stratégies.

Programme Paroles d’Européens : organisation des « Journées civiques européennes »

Dans le cadre du programme de débat public « Paroles d’Européens ! » organisé dans le cadre de la Présidence française de l’Union européenne se tiennent les 4, 5 et 6 septembre 2008 à la Rochelle « les Journées civiques européennes “Mobilité, Dialogue, Participation : vers une citoyenneté européenne active” ».

Cet événement de la société civile (organisé par le Forum Civique Européen avec le soutien de la Commission européenne) vise à rassembler des citoyens, des responsables associatifs et des acteurs clés (collectivités territoriales, institutionnels nationaux et européens) des 27 Etats membres de l’UE afin de défendre une citoyenneté européenne active et participative, via 3 ateliers :

  • Promotion de la citoyenneté européenne active par la mobilité (voyage et jumelage) des Européens ;
  • Promotion de la citoyenneté européenne par le dialogue interculturel (2008 est l’Année européenne du dialogue interculturel) et par le dialogue civil, autrement dit le dialogue au sein de la société civile organisée (syndicats, associations, ONG…) ;
  • Promotion de la citoyenneté européenne par la participation : dans l’éducation, le moteur de la citoyenneté ; par le sport, l’école de la citoyenneté, avec les élections européennes…

La porte étroite de la participation citoyenne à la construction européenne

Afin de relancer la construction européenne, chacun s’accorde à reconnaître que l’adhésion citoyenne est primordiale. Comment faire pour susciter cette adhésion citoyenne à l’Europe ?

L’échec des solutions institutionnelles

Depuis quasiment une décennie, on nous a expliqué que tous les problèmes européens seraient résolus par l’adoption d’un nouveau traité. Pourtant, cette voie ne semble pas praticable, notamment en raison de :

  • la technicité des textes limitant la lisibilité et par voie de conséquence l’adhésion ;
  • l’impraticabilité des référendums de ratification en France, en Irlande, aux Pays-Bas…
  • l’illusion de considérer qu’il serait possible de résoudre l’ensemble des difficultés à travers un seul texte ;
  • la confusion entre décisions « du politique » sur l’organisation et le fonctionnement des institutions communautaires et décisions « de politique » dans le cadre des élections au Parlement européen.

La solution de l’implication participative des citoyens

L’enjeu de l’adhésion citoyenne à la construction européenne ne peut être gagné que par la participation active des Européens. Outre les nombreuses consultations des parties prenantes et du grand public organisées sur des sujets spécifiques, l’Union a besoin d’une prise de conscience et d’un débat politiques plus larges si elle veut renforcer sa légitimité.

Pour autant, l’implication participative des citoyens ne s’improvise pas. Le débat citoyen doit être organisé afin de poser les problèmes et d’orienter leur résolution par des actions concrètes, de long terme et dans la vie quotidienne. Il s’agit d’une voie exigeante pour les responsables politiques et pour les citoyens que certains programmes communautaires ou nationaux mettent en œuvre.

Dans les prochains jours, nous présenterons les initiatives suivantes en faveur d’une participation citoyenne à la construction européenne :

Communication d’influence : une agence de conseil réalise un guide sur la PFUE

En parallèle du guide sur la PFUE réalisé par l’agence de relations publiques Hill & Knowlton, que nous avons déjà présenté, un autre guide pour les professionnels « Au cœur de la Présidence française de l’UE », réalisé par Weber Shandwick, qui se revendique comme la première agence de conseil en affaires publiques de la capitale européenne est également consultable en ligne.

Comment mesurer et évaluer les résultats de la PFUE ?

Afin de porter un jugement équilibré sur les 6 mois de la Présidence française de l’UE, l’Institut Thomas More propose une démarche de notation des propositions avec un Baromètre de la PFUE

Sélectionner les propositions principales

Afin de déterminer le succès ou l’échec de la PFUE, il faut s’accorder sur les objectifs de la PFUE. L’Institut Thomas More a sélectionné 12 propositions principales selon leur importance pour la construction européenne et leur visibilité, soit dans le discours de Nicolas Sarkozy, soit dans l’agenda politique européen.

Parmi les enjeux :

  • les 4 priorités de la PFUE (énergie-climat, immigration-asile, PAC et défense) ;
  • la résolution de la crise institutionnelle ;
  • la sécurité énergétique de l’UE ;
  • le projet de l’Union pour la Méditerranée ;
  • la compétitivité de l’économie européenne et l’espace européen de la recherche.

Déterminer la notation

Pour chaque proposition, il convient d’évaluer précisément les performances réalisées. L’Institut Thomas More a décomposé la notation sur 10 points en 2 évaluations de 5 points chacune :

L’évaluation du résultat : analyse de l’état d’avancement des 12 propositions principales selon les critères suivants :

  • 0 > Proposition non abordée
  • 1 > Proposition bloquée
  • 2 > Proposition en débat
  • 3 > Proposition en cours de réalisation
  • 4 > Proposition altérée ou partiellement réalisée
  • 5 > Proposition réalisée

L’évaluation de la démarche : analyse de la capacité à « faire vivre le débat avec les partenaires européens et à atteindre le consensus »

  • 0 > Démarche inactive
  • 1 > Démarche franco-française
  • 2 > Démarche suiviste
  • 3 > Démarche ouverte
  • 4 > Démarche entreprenante
  • 5 > Démarche énergique

Un éclairage, tiré de la presse européenne, sur la façon dont la PFUE est perçue chez ses partenaires européens accompagne le suivi des thèmes majeurs du baromètre de la PFUE.