Archives par étiquette : PFUE

Bilan en sondage de la PFUE

Dans « Le palmarès de l’action gouvernementale et de l’opposition / Vague18 », un sondage réalisé par Opinionway pour le quotidien Metro en janvier 2009, les Français ont été interrogés sur la PFUE. Voici un bref panorama des principaux résultats :

Quelle perception de la PFUE ?

Globalement positif pour une majorité de Français :

  • 44 % des personnes interrogées jugent la PFUE plutôt un succès ;
  • 18 % des personnes interrogées pensent que c’est un échec ;
  • 38 % ne se prononcent pas.

Précisément, une présidence de crise pour la majorité des Français : Les évènements marquants de la PFUE – en mémorisation spontanée – sont la gestion de la crise financière (29%) et la gestion de la crise russo-géorgienne (12 %) Les autres dossiers (environnement, immigration, agriculture) semblent avoir moins marqué l’opinion publique.

Quel impact sur la place de la France ?

61 % des personnes interrogées pensent que la PFUE a permis de renforcer la place de la France dans l’Union européenne, 53 % qu’elle a amélioré la place de la France dans le monde.

Fort clivage en fonction des sympathies partisanes et des situations socioprofessionnelles

Cette perception est d’autant plus positive :

  • que les personnes interrogées sont des sympathisants de droite (80%) par rapport aux sympathisants de gauche (25%)
  • que les personnes interrogées sont dans une situation professionnelle de CSP+

Bilan en chiffres de la PFUE

Dans un document publié par le Secrétaire Général aux Affaires Européennes, placé sous l’autorité du Premier ministre, un bilan et des perspectives de la PFUE sont officiellement donnés. Voici un tour d’horizon de la PFUE en quelques chiffres :

Un budget maîtrisé à hauteur de 160 millions d’euros

Avec 190 millions d’euros prévus par le Parlement, le budget réalisé s’élève à environ 160 millions d’euros, soit près de 30 millions d’économies par rapport au budget initial.

550 événements sur l’ensemble du territoire français

Près de 550 événements ont été organisés par la présidence française – au-delà des réunions institutionnelles à Bruxelles et Luxembourg – dans 56 départements français, y compris d’Outre mer.

Une forte mobilisation politique vis-à-vis du Parlement européen

Pendant la PFUE, le Président de la République est intervenu trois fois en session plénière à Strasbourg et a reçu les présidents de groupes politiques à deux reprises à l’Elysée.

De même, les ministres se sont particulièrement mobilisés : 110 déplacements ministériels au Parlement européen au cours du semestre de présidence soit 65 interventions en plénière et près de 40 auditions en commissions.

Enfin, 11 commissions du Parlement européen ont été reçues en France, avec à chaque fois des rencontres de niveau ministériel.

90 000 accréditations sans incident dans le domaine de la sécurité

Notamment grâce à la mobilisation des personnels et à l’utilisation d’un logiciel d’accréditation qui a permis de gérer efficacement près de 90 000 inscriptions, des délégations aux fournisseurs en passant par les médias.

1 million de visiteurs en 6 mois sur le site Internet réactif et multilingue

Près d’un million de visiteurs en six mois, le site internet ue2008.fr a été le principal vecteur d’information de la présidence.

Proposé le plus souvent en six langues (allemand, anglais, italien, français, espagnol et polonais) et conçu avec une webTV originale pour une présidence, il a permis aux journalistes, aux délégués et au grand public d’avoir un accès efficace et rapide et global à l’ensemble de l’actualité de la PFUE.

Une présidence attachée au multilinguisme

Mobilisation importante du service commun d’interprétation – conférences des institutions européennes (le SCIC) qui s’est impliqué sur près d’une centaine de réunions et conférences ministérielles.

Configuration inédite pour le sommet de l’Union pour la Méditerranée le 13 juillet avec 29 langues actives et 29 langues passives.

140 véhicules fournis par des partenaires

140 véhicules mis à disposition par les constructeurs Renault et Peugeot-Citroën ont, pendant ces six mois, permis de couvrir utilement une quarantaine de manifestations.

Comment pérenniser les avancées de la PFUE en matière de communication, auprès des citoyens et des autorités ?

La présidence française du Conseil de l’UE, au cours du 2nd semestre 2008, a été l’occasion en matière de communication européenne de faire évoluer l’opinion des citoyens et les pratiques des autorités…

Les objectifs de la PFUE en matière de communication

Partant du constat dressé dans le rapport Herbillon de « La fracture européenne », suivant laquelle :

  • pour les citoyens : « l’Europe, c’est loin, c’est compliqué, c’est une contrainte voire même une menace » ;
  • pour les autorités, la communication sur l’Europe souffre de l’absence d’une stratégie, de la dispersion des relais d’information et de campagnes d’information d envergure et d’efficacité limités ;

les objectifs de communication de la PFUE étaient :

  • objectifs cognitifs pour les citoyens : Améliorer l’information des Français sur l’Europe afin de s’assurer du retour de l’Europe en France.
  • objectifs conatifs pour les autorités : Changer les pratiques des autorités afin de rassurer les institutions communautaires et les partenaires européens du retour de la France en Europe.

Les avancées de la PFUE en matière de communication

Auprès des citoyens français, l’image de l’Europe s’est corrigée au fil de la gestion des crises et de l’adoption des priorités de la PFUE et « l’Europe protection » s’est peu à peu matérialisée :

  • protection de la paix en Europe avec le cessez-le-feu en Géorgie ;
  • protection de l’économie sociale de marché avec le soutien aux banques face à la crise financière ;
  • protection de la PAC (Politique agricole commune) avec l’accord sur le « bilan de santé de la PAC » ;
  • protection de l’environnement avec l’adoption du paquet “énergie-climat”.

Pour les autorités, selon Le Monde « le contexte international a converti les défauts de Nicolas Sarkozy en qualités ». Ainsi, pour reprendre l’expression d’un diplomate allemand « En temps de crise, l’hyperactivité devient synonyme d’énergie, l’autoritarisme d’obstination et l’imprévisibilité de pragmatisme. »

La question de la pérennisation des avancées de la PFUE en matière de communication

Aujourd’hui, alors que la France laisse à la République tchèque le soin de présider le Conseil de l’UE au 1er semestre 2009, la question de la pérennisation des avancées en matière de communication doit être posée :

  • pour les citoyens, la pérennisation de l’embellie de l’opinion publique sur l’Europe sera mesurée par la participation active, donc massive aux élections européennes ;
  • pour les autorités, la pérennisation de bonnes pratiques sera mesurée par la participation active, donc régulière aux instances communautaires.

Ainsi, le taux de participation électorale des citoyens et la présence ministérielle aux instances communautaires permettront de mesurer l’ampleur des avancées de la PFUE en matière de communication européenne.

Bilan de la PFUE : un sondage révèle la bonne opinion de l’action de Nicolas Sarkozy à la tête de l’UE

Interrogés les 12 et 13 décembre par BVA pour Les Echos et France Inter, plus d’un Français sur deux (56%) a une bonne opinion de l’action de Nicolas Sarkozy à la tête de l’UE.

Le Président de l’UE est approuvé par les Français.

Selon les conclusions de l’analyse de Gaël Sliman, Directeur Général Adjoint de BVA : « la perception du bilan de Nicolas Sarkozy en tant que Président de l’UE est extrêmement positive :

  • tant au niveau de sa gestion de la crise,
  • que de l’ambition de son projet pour l’Europe
  • ou sur sa capacité à se montrer diplomate avec ses partenaires ».

Il faut signaler, qu’avant l’été, un tiers seulement des Français faisaient confiance à Nicolas Sarkozy pour obtenir des avancées pendant le semestre de présidence française de l’Union.

Le Président français, lui, ne suscite pas la même confiance, selon les résultats de ce sondage.

Dernier Conseil européen de la présidence française de l’UE : décryptage de la stratégie de communication des autorités publiques françaises

A Bruxelles, les Vingt-sept se sont réunis 2 jours, les jeudi 11 et vendredi 12 décembre dans le cadre du dernier Conseil européen de la PFUE. Quelle a été la stratégie de communication de la France ?

Dans le programme de travail de la PFUE, la France s’assigne quatre priorités fortes : l’énergie et le climat, les questions migratoires, l’agriculture, la sécurité et la défense.

Au cours des 6 mois d’exercice, la PFUE a été « une présidence de crise » :

  • “non” irlandais au traité de Lisbonne ;
  • gestion du conflit en Géorgie ;
  • soutien aux banques face à la crise financière ;

Dans le cadre des priorités, le bilan de santé » de la PAC (Politique agricole commune) et le Pacte européen sur l’Immigration ont été adoptés. En dehors, l’Union pour la Méditerranée a été créée.

Le dernier Conseil européen de la PFUE devait permettre de

  • finaliser la réponse à la crise économique ;
  • boucler les négociations sur le paquet “énergie-climat” ;
  • débloquer le processus de ratification du traité de Lisbonne.

Stratégie de la France : dramatisation des enjeux et personnalisation des négociations ?

Afin d’y parvenir, la stratégie de la France semble consister d’une part, à dramatiser les enjeux en prenant le risque de marginaliser les États membres récalcitrants et d’autre part, à personnaliser les négociations entre chefs d’Etat ou de gouvernement.

L’objectif d’une telle « rhétorique de l’inéluctable » consiste à montrer que les positions défendues par la France vont « dans le sens de l’histoire ». (dépêche AFP : « Plan européen sur le climat: “Nous n’avons pas d’échappatoire”, selon M. Borloo »)

Ce positionnement permet en cas d’accord de valoriser les responsables politiques parvenus à un « accord historique ». (conférence de presse du président de la République à Bruxelles, vendredi 12 décembre)

Pour lire les conclusions du Conseil européen

Pour tirer des leçons de la PFUE