Archives par étiquette : PFUE

Comment pérenniser les avancées de la PFUE en matière de communication, auprès des citoyens et des autorités ?

La présidence française du Conseil de l’UE, au cours du 2nd semestre 2008, a été l’occasion en matière de communication européenne de faire évoluer l’opinion des citoyens et les pratiques des autorités…

Les objectifs de la PFUE en matière de communication

Partant du constat dressé dans le rapport Herbillon de « La fracture européenne », suivant laquelle :

  • pour les citoyens : « l’Europe, c’est loin, c’est compliqué, c’est une contrainte voire même une menace » ;
  • pour les autorités, la communication sur l’Europe souffre de l’absence d’une stratégie, de la dispersion des relais d’information et de campagnes d’information d envergure et d’efficacité limités ;

les objectifs de communication de la PFUE étaient :

  • objectifs cognitifs pour les citoyens : Améliorer l’information des Français sur l’Europe afin de s’assurer du retour de l’Europe en France.
  • objectifs conatifs pour les autorités : Changer les pratiques des autorités afin de rassurer les institutions communautaires et les partenaires européens du retour de la France en Europe.

Les avancées de la PFUE en matière de communication

Auprès des citoyens français, l’image de l’Europe s’est corrigée au fil de la gestion des crises et de l’adoption des priorités de la PFUE et « l’Europe protection » s’est peu à peu matérialisée :

  • protection de la paix en Europe avec le cessez-le-feu en Géorgie ;
  • protection de l’économie sociale de marché avec le soutien aux banques face à la crise financière ;
  • protection de la PAC (Politique agricole commune) avec l’accord sur le « bilan de santé de la PAC » ;
  • protection de l’environnement avec l’adoption du paquet “énergie-climat”.

Pour les autorités, selon Le Monde « le contexte international a converti les défauts de Nicolas Sarkozy en qualités ». Ainsi, pour reprendre l’expression d’un diplomate allemand « En temps de crise, l’hyperactivité devient synonyme d’énergie, l’autoritarisme d’obstination et l’imprévisibilité de pragmatisme. »

La question de la pérennisation des avancées de la PFUE en matière de communication

Aujourd’hui, alors que la France laisse à la République tchèque le soin de présider le Conseil de l’UE au 1er semestre 2009, la question de la pérennisation des avancées en matière de communication doit être posée :

  • pour les citoyens, la pérennisation de l’embellie de l’opinion publique sur l’Europe sera mesurée par la participation active, donc massive aux élections européennes ;
  • pour les autorités, la pérennisation de bonnes pratiques sera mesurée par la participation active, donc régulière aux instances communautaires.

Ainsi, le taux de participation électorale des citoyens et la présence ministérielle aux instances communautaires permettront de mesurer l’ampleur des avancées de la PFUE en matière de communication européenne.

Bilan de la PFUE : un sondage révèle la bonne opinion de l’action de Nicolas Sarkozy à la tête de l’UE

Interrogés les 12 et 13 décembre par BVA pour Les Echos et France Inter, plus d’un Français sur deux (56%) a une bonne opinion de l’action de Nicolas Sarkozy à la tête de l’UE.

Le Président de l’UE est approuvé par les Français.

Selon les conclusions de l’analyse de Gaël Sliman, Directeur Général Adjoint de BVA : « la perception du bilan de Nicolas Sarkozy en tant que Président de l’UE est extrêmement positive :

  • tant au niveau de sa gestion de la crise,
  • que de l’ambition de son projet pour l’Europe
  • ou sur sa capacité à se montrer diplomate avec ses partenaires ».

Il faut signaler, qu’avant l’été, un tiers seulement des Français faisaient confiance à Nicolas Sarkozy pour obtenir des avancées pendant le semestre de présidence française de l’Union.

Le Président français, lui, ne suscite pas la même confiance, selon les résultats de ce sondage.

Dernier Conseil européen de la présidence française de l’UE : décryptage de la stratégie de communication des autorités publiques françaises

A Bruxelles, les Vingt-sept se sont réunis 2 jours, les jeudi 11 et vendredi 12 décembre dans le cadre du dernier Conseil européen de la PFUE. Quelle a été la stratégie de communication de la France ?

Dans le programme de travail de la PFUE, la France s’assigne quatre priorités fortes : l’énergie et le climat, les questions migratoires, l’agriculture, la sécurité et la défense.

Au cours des 6 mois d’exercice, la PFUE a été « une présidence de crise » :

  • “non” irlandais au traité de Lisbonne ;
  • gestion du conflit en Géorgie ;
  • soutien aux banques face à la crise financière ;

Dans le cadre des priorités, le bilan de santé » de la PAC (Politique agricole commune) et le Pacte européen sur l’Immigration ont été adoptés. En dehors, l’Union pour la Méditerranée a été créée.

Le dernier Conseil européen de la PFUE devait permettre de

  • finaliser la réponse à la crise économique ;
  • boucler les négociations sur le paquet “énergie-climat” ;
  • débloquer le processus de ratification du traité de Lisbonne.

Stratégie de la France : dramatisation des enjeux et personnalisation des négociations ?

Afin d’y parvenir, la stratégie de la France semble consister d’une part, à dramatiser les enjeux en prenant le risque de marginaliser les États membres récalcitrants et d’autre part, à personnaliser les négociations entre chefs d’Etat ou de gouvernement.

L’objectif d’une telle « rhétorique de l’inéluctable » consiste à montrer que les positions défendues par la France vont « dans le sens de l’histoire ». (dépêche AFP : « Plan européen sur le climat: “Nous n’avons pas d’échappatoire”, selon M. Borloo »)

Ce positionnement permet en cas d’accord de valoriser les responsables politiques parvenus à un « accord historique ». (conférence de presse du président de la République à Bruxelles, vendredi 12 décembre)

Pour lire les conclusions du Conseil européen

Pour tirer des leçons de la PFUE

Proposition pour financer sur le budget de la PFUE une campagne de communication visant à stimuler la participation politique aux prochaines élections au Parlement européen

Dans le Rapport sur la Direction de l’action du Gouvernement, relatif au Projet de loi de finances pour 2009, le Sénateur Yves Krattinger analyse le Programme de la Présidence française de l’UE d’un budget de 190 millions d’euros.

Au regard du taux de consommation des crédits qui a été communiqué par le gouvernement, (soit 55,85 millions d’euros au 27 octobre 2008), le rapporteur estime que « des économies budgétaires pourraient être réalisées, au moins de l’ordre de 10 millions d’euros ».

Certes, il faut partager le point du Sénateur « d’éviter tout phénomène de “sur-consommation” des crédits en fin de présidence française », a fortiori dans « un contexte de tensions accrues sur nos finances publiques ».

Mais, cet excédent budgétaire pourrait judicieusement être utilisé en 2009 pour prolonger les efforts de sensibilisation des autorités publiques françaises engagés lors de la PFUE auprès des citoyens, dans le cadre d’une campagne de communication visant à stimuler la participation politique aux prochaines élections au Parlement européen.

Présidence française de l’UE : éclairage aux couleurs de l’Europe pour la Tour Eiffel

A l’occasion de la Présidence française de l’UE, les autorités françaises ont souhaité marquer les esprits des Européens avec un éclairage exceptionnel de la “dame de fer” qui se revêt de bleu avec les douze étoiles jaunes du drapeau européen…

Une opération déjà réalisée mais fortement symbolique

Vitrine éminemment symbolique de la France à l’étranger, la Tour Eiffel, monument payant le plus visité au monde (6 893 000 de visiteurs en 2007) a déjà fait l’objet d’un éclairage nocturne à plusieurs reprises.

Selon RFI, depuis son premier éclairage doré en 1985, la Tour avait arboré un scintillement et un phare pour le « Top de l’An 2000 ». Ce dispositif conçu pour être éphémère fut remplacé en juin 2003 par l’installation de 20 000 lampes à éclats, destinée à durer 10 ans. Le 24 janvier 2004, la Tour avait revêtu un fourreau lumineux rouge pour célébrer le Nouvel An chinois et avait opté, déjà, pour le bleu lors de l’anniversaire des 20 ans de la journée de l’Europe, le 9 mai 2006.

Une opération prolongée grâce au financement d’Areva

Initialement programmée de la nuit du 30 juin jusqu’à la fin août et réalisée par l’agence Euro RSCG Worldwide Events, l’opération a d’abord été prolongée par les autorités françaises jusqu’à la fin septembre puis ensuite prolongée jusqu’au 31 décembre grâce au financement de l’entreprise Areva.

Par ailleurs, l’éclairage de la Tour Eiffel a été diminué depuis le 22 septembre 2008, pour des raisons écologiques. Au-lieu de briller les 10 premières minutes de chaque heure (de la tombée de la nuit jusqu’à 2h du matin en été et 1h du matin en hiver), elle ne brillera que les 5 premières minutes.