Archives par étiquette : Juncker

Comment la Commission européenne communique sur ses priorités ?

La nouvelle Commission Juncker s’est particulièrement illustrée dans son approche inédite de son programme de travail annuel, « en faveur d’une approche davantage ciblée sur les priorités ». Justement, comment parvient-elle à communiquer sur ses priorités ?

Une présence en ligne relativement équilibrée entre visibilité et profondeur

Il n’y a pas de doute, la Commission européenne « met le paquet » en ligne pour sensibiliser ses publics à sa démarche de se concentrer sur quelques priorités :

Dans les réseaux sociaux, la Commission européenne s’est notamment illustrée avec quelques initiatives autour de la première priorité, le plan d’investissement, avec une timeline « #InvestEU Twitter Network » dédiée sur Twitter et un groupe de discussions sur LinkedIn ; ou du marché unique numérique avec un Thunderclap, un outil qui se présente comme «  la première plateforme de communication par la foule qui aide les gens à se faire entendre en disant quelque chose ensemble » (sic).

Une hiérarchie relativement illisible entre des « grandes » et des « petites » priorités

Suivant les supports consultés, la liste des « grandes » priorités évolue. La lisibilité politique des messages de la Commission européenne – à géométrie variable – ne contribue pas à rassurer sur l’agenda exact de l’institution.

priorites

Entre les 3 priorités (plan d’investissement, marché unique du numérique, Union de l’énergie) qui se dégagent de la page officielle de la Commission européenne, les 6 priorités listées dans le communiqué de presse (fiscalité, migration, union économique et douanière) et les 10 chapitres du programme de travail annuel, la confusion s’installe sur ce qui est vraiment le plus prioritaires.

Seule une infographie quasi illisible parvient à synthétiser la complexité issue de la combinaison entre les 10 priorités politiques et les 23 initiatives législatives de la Commission européenne.

priorites_initiatives

Au total, la communication de la Commission européenne autour de ses priorités de travail est pléthorique et dispersée au risque de ne pas parvenir à traduire et porter les principaux messages politiques de l’institution.

Quel sera le « messaging » de l’UE en 2015 ?

Alors que dans une semaine la Commission Juncker débute officiellement son mandat, la question du message de l’UE pour 2015 est essentielle. Plusieurs pistes permettent de baliser le chemin…

3 propositions de priorités interinstitutionnelles de communication pour l’UE en 2015 et 2016

Lors de la réunion du Groupe de travail sur l’information du 17 Octobre 2014, des propositions de priorités de communication interinstitutionnelles de l’UE pour 2015 et 2016 ont été présentées.

Après une procédure qui semble prendre de plus en plus de temps à se dérouler entre la consultation des Etats-membres, la prise en compte des conclusions des derniers Conseils européens et la volonté de la présidence semestrielle, actuellement exercée par l’Italie, le choix s’est finalement porté sur :

  1. Le soutien de l’UE pour favoriser la croissance, la compétitivité et l’emploi;
  2. Liberté, sécurité et justice (y compris l’immigration et l’intégration);
  3. Le rôle de l’UE dans le monde, en mettant l’accent sur les efforts de l’UE pour contribuer à la stabilité de la région.

Sans oublier le thème de l’Année européenne 2015 qui porte sur le développement et qui devrait être développé, un peu mieux compte tenu du sujet, par les Etats-membres et les institutions européennes au cours de l’année.

Pour rappel, les priorités interinstitutionnelles de communication existent depuis la signature de la déclaration politique « Communiquer en partenariat » en 2008. Leurs thèmes, qui ont toujours tournés principalement autour des questions économiques/financières et des citoyens prennent une orientation quelque peu plus politique avec les valeurs « liberté, sécurité et justice » et du « rôle de l’UE dans le monde ».

priorites_interinstitutionnelles_communication_UE

10 orientations politiques pour la nouvelle Commission Juncker

La relative prise d’audace dans le choix des priorités interinstitutionnelles de communication pour l’UE n’est sans doute pas étrangère au « programme [de Juncker] pour l’Emploi, la Croissance, l’Équité et le Changement démocratique » en vue de « donner un nouvel élan pour l’Europe ».

Afin d’axer les politiques de l’UE sur les grands défis :

  1. Un nouvel élan pour l’emploi, la croissance et l’investissement
  2. Un marché unique du numérique connecté
  3. Une Union plus résiliente sur le plan de l’énergie, dotée d’une politique visionnaire en matière de changement climatique
  4. Un marché intérieur plus approfondi et plus équitable, doté d’une base industrielle renforcée
  5. Une Union économique et monétaire plus approfondie et plus équitable
  6. Un accord de libre-échange raisonnable et équilibré avec les Etats-Unis
  7. Un espace de justice et de droits fondamentaux basé sur la confiance mutuelle
  8. Vers une nouvelle politique migratoire
  9. Une Europe plus forte sur la scène internationale
  10. Une Union du changement démocratique

Sans oublier les nouveaux éléments de langage de Juncker qui ponctuent ses interventions au Parlement européen ou dans les médias :

  • volonté de « doter l’UE d’un triple A social » annoncée dans le discours devant le Parlement européen lors de l’investiture de la Commission ;
  • volonté d’« une Union européenne plus grande et plus ambitieuse pour les grands enjeux, plus petite et plus modeste pour les petits dossiers » affirmée notamment lors de la conférence de presse de présentation de la Commission.

Au total, les messages de l’UE semblent peu à peu mieux s’organiser et se structurer en fonction de priorités. Reste maintenant à obtenir des résultats, pour les faire connaître au plus grand nombre.

Nouveauté de la communication sous Juncker : les relations avec les médias

Les premiers pas de la nouvelle Commission Juncker, sont les premiers signes de sa future communication. Aux vues de premiers faits saillants, la nouveauté annoncée et revendiquée dans la communication proviendrait de nouvelles relations avec les médias. Décryptage à partir de 3 études de cas précises…

Erasmus : 1 million de bébés, un vrai-faux coup de pub

L’info aura fait le tour des médias, littéralement, de la TV aux radios et aux journaux print et web : « un million de bébés nés grâce à Erasmus depuis 1987 ». Pour une fois, l’UE passe dans les pages ou les rubriques Société/Lifestyle des médias et ça ne passe pas inaperçu. Ainsi, par exemple, pour Libération, l’info « a été adorée par les lecteurs, c’est l’un des articles les plus partagés [de la] semaine sur le site de Libé ».

Sauf que voilà, ce n’est pas forcément un chiffre vrai. Toujours selon Libération, « la romantique Commission européenne est allée un peu vite en besogne […] le “million de bébés”, c’est du pipeau ».

Pourtant, la Commission européenne, sous Barroso, est plus habituée à démonter les mythes que les médias racontent sur des projets extravagants, au point d’avoir lancé un blog « Setting the fact straight ».

S’agirait-il d’une prise d’initiative isolée pour vendre le programme Erasmus ou bien plutôt d’une nouvelle démarche que la Commission européenne souhaite mettre en œuvre pour davantage intéresser les médias à ses actualités ?

Annonce de la nouvelle Commission européenne : un teasing savamment entretenu

La conférence de presse du président désigné de la Commission européenne Jean-Claude Juncker pour annoncer la composition et la répartition des postes au sein de son collège aura fait l’objet d’un teasing consommé, là encore assez inédit à une telle échelle.

D’une part, plusieurs « leaked documents » ont été diffusés à quelques médias européens : d’une part, un projet d’organigramme a été publié par Euractiv tandis que le Financial Times semble avoir également reçu des informations.

D’autre part, après la publication de ces documents qui semblaient destinés à brouiller les pistes et laissés des marges de manœuvre à Juncker, l’utilisation du hashtag #TeamJuncker ou #withJuncker s’est accompagnée d’une volonté délibérée de déjouer les pronostics et d’annoncer des surprises.

Là encore, un tel teasing n’avait pas été aussi ouvertement entrepris sous la Commission Barroso, faut-il donc s’attendre à ce qu’il s’agisse d’un précédent établit pour les futurs annonces importantes de la Commission Juncker ?

Négociation France-Commission sur le budget 2015 : un dialogue par média interposé

Dernier exemple en date de la nouvelle approche des relations médias avec Juncker, le dossier de la présentation du budget par la France à la Commission et les suites éventuelles.

Afin d’éviter une confrontation frontale entre la France et la Commission, Jean Quatremer dans « Budget 2015: comment la Commission use des médias pour éviter la guerre avec Paris » analyse que la Commission tente de faire passer ses messages au gouvernement français par l’intermédiaire d’indiscrets dans la presse, notamment Reuters et Le Figaro.

Une fois encore, la démarche d’activation délibérée des médias pour décupler l’impact des messages semble confirmer qu’il s’agit d’une tendance affirmée de la communication de la présidence Juncker.

Dès à présent, la nouvelle approche des relations avec les médias, plus proactive dans la communication sous Juncker, dessine une innovation qui devrait être appelée à s’imposer.