Game of Thrones et élections européennes : à quelle famille politique appartenez-vous ?

Constatant que la politique européenne ressemble moins aux idéaux de la démocratie athénienne qu’à Game of Thrones, le think tank ECFR, dans une étude sur ce que veulent vraiment les Européens, analyse le système politique européen comme un champ de bataille imprévisible d’alliances constamment changeantes en lutte brutale d’influence… Bienvenue dans la course européenne au trône de fer…

La « Maison des Stark » : les croyants du système

C’est la classe complaisante qui croit que le système fonctionne toujours aux niveaux national et européen. Pour eux, la politique continue de fonctionner selon les règles habituelles. En votant, ils peuvent faire entendre leur voix et influencer leur avenir. Dans Game of Thrones, la maison des Stark continue de respecter les normes et les coutumes traditionnelles, même si la maison des Lannister et d’autres familles renversent ces règles.

Estimant que les systèmes européen et national fonctionnent à la fois, ils représentent 24% de l’électorat de l’UE :

  • Âge moyen de près de 50 ans car beaucoup de jeunes ne prévoient pas voter ;
  • Majoritairement masculin, mais assez représentatif des hommes et des femmes ;
  • Plus grande représentation en Allemagne, au Danemark et en Suède, mais aussi en Autriche, en Hongrie et en République tchèque ;
  • Confortablement à l’aise, généralement titulaire d’un diplôme d’études secondaires.

« Les moineaux » : les Gilets Jaunes

Ces personnes ont perdu espoir tant dans leurs systèmes politiques nationaux que dans l’UE, car les Sparrows pensent que tous les systèmes politiques sont brisés et rien de bon ne peut en résulter. La seule solution est donc la révolution – un soulèvement populaire visant à purifier la société et à recommencer. Telle est la vision du grand moineau dans Game of Thrones, dont le mouvement politique ascendant utilise la violence pour humilier les élites corrompues qui contrôlent la vie politique depuis des siècles.

Des révolutionnaires désespérés qui ont perdu confiance dans les systèmes politiques européen et national représentent 38% de l’électorat de l’UE :

  • Les plus mobilisés ont plus de 50 ans ;
  • Légèrement plus de femmes que d’hommes et nettement plus de femmes en France et en Italie ;
  • Le plus fort en France, en Grèce et en Italie ;
  • Ni de gauche ni de droite, des électeurs désengagés qui ont le même revenu moyen que ceux de la Maison des Stark.

Le peuple des « Daeneryses » : la gauche pro-européenne

Comme Daenerys Targaryen, mère de dragons, qui libère des esclaves, ces peuples souhaitent libérer les Européens de leurs entraves dans des États-nations restrictifs dotés d’une vision internationale positive. Ces personnes cherchent le salut dans un projet transnational. Ils pensent que leurs systèmes nationaux sont brisés et se tournent vers un système politique bruxellois dans lequel ils croient encore pour soigner leur pays de la maladie.

Des Européens convaincus qui estiment que leur système national est en panne, constituant 24% de l’électorat de l’UE :

  • Le groupe le plus jeune avec une moyenne d’âge de 41 ans ;
  • Groupe assez équilibré, avec une plus grande représentation féminine en Autriche, en République tchèque, aux Pays-Bas et en Suède ;
  • Les plus fortes concentrations en Hongrie, Pologne, Roumanie, Slovaquie et Espagne ;
  • Un revenu moyen plus faible que tous les groupes, en grande partie des génération Y et X.

« Le peuple libre » : les eurosceptiques nationalistes

Ces personnes pensent que l’UE est une illusion dangereuse qui sape la souveraineté nationale. Ils veulent retourner dans les États membres autonomes. En ce sens, ils font écho au Free Folk farouchement indépendant, qui valorise l’autonomie par rapport aux tentatives idéalistes d’unir l’humanité ou à la construction d’une alliance grandiose d’autres dirigeants politiques.

Des eurosceptiques nationalistes qui estiment que le système politique de leur pays fonctionne mais que l’Europe ne fonctionne pas, ce qui représente 14% de l’électorat européen :

Le groupe le plus âgé en général, particulièrement les électeurs engagés ;

  • Assez équilibré entre hommes et femmes, mais les hommes prédominent au Danemark et en Autriche tandis qu’en Italie et en Hongrie, le groupe a une forte représentation féminine ;
  • Fortes concentrations en Autriche, au Danemark et en Italie ;
  • Les gens libres sont mieux lotis que les Daeneryses. Ils sont principalement des baby-boomers et légèrement à droite d’eux sur le plan idéologique.

Dans le tumulte de Games of Thrones, comme lors des élections européennes, ce n’est pas la devise de la famille Frey “We Stand Together” qui prédomine mais bien davantage des groupes qui se positionnent en fonction de leur soutien aux systèmes national et européen face aux principaux défis auxquels l’Europe est confrontée aujourd’hui.

Ce contenu a été publié dans Communication sur l'Europe, Opinion publique européenne, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>