Engagement des citoyens : préserver et pratiquer la démocratie directe européenne

Dans une excellente livraison « The practice of democracy: A selection of civic engagement initiatives », le think tank du Parlement européen explore les défis actuels et futurs de la démocratie directe via une sélection d’initiatives participatives et se concentre sur les tentatives actuelles de l’Union européenne de favoriser la transparence et l’inclusivité dans la prise de décision grâce à l’engagement des citoyens dans l’élaboration des politiques publiques de l’UE…

Comment l’UE peut réagir aux changements perturbateurs pour engager les citoyens dans l’élaboration des politiques publiques européennes ?

Les pouvoirs publics européens, comme les autres, sont actuellement confrontés à un dilemme : protéger les structures actuelles de la gouvernance démocratique, malgré la perception répandue de leur inefficacité ou les adapter à des scénarios en évolution.

Certes, le modèle classique de représentation des intérêts est mis à rude épreuve : faible participation électorale, montée des mouvements politiques populistes (ou anti-établissement) et mécontentement généralisé à l’égard des institutions publiques mettant à l’épreuve les fondements des systèmes démocratiques.

Cependant, la réalité est plus complexe. En effet, la décadence des valeurs démocratiques est rejetée sans ambiguïté par la naissance de nouveaux mouvements populaires, attestée par une mobilisation civique à une vitesse record (en particulier chez les jeunes) et soutenue par des manifestations de rue généralisées. Ces mouvements montrent que la demande mondiale de participation est vivante et dynamique.

Le choc entre ces deux tendances opposées soulève un certain nombre de questions auxquelles les décideurs doivent répondre :

  • Premièrement, de nouvelles formes hybrides de participation démocratique remplaceront-elles les systèmes de représentation classique s?
  • Deuxièmement, au milieu des processus de transformation, comment les rôles de pouvoir seront-ils redistribués ?
  • Une troisième série de questions examine ce qui motive la transformation des systèmes démocratiques.

Alors que les lieux de discussion et d’interaction politiques passent des mairies et des salles de réunion aux forums en ligne, il devient essentiel de comprendre si des pratiques démocratiques innovantes seront mises en œuvre presque exclusivement par le biais de plateformes numériques impersonnelles, ascétiques ou, si l’engagement civique sera toujours nourri par le biais de forums locaux en personne conçus pour encourager le débat.

L’apathie politique et la baisse de confiance dans les institutions politiques, les changements dans les méthodes de production et de partage des connaissances et la nature omniprésente de la technologie contribuent à la crise des modèles démocratiques traditionnels.

Comment raviver l’esprit civique du public européen et la démocratisation de l’Union européenne ?

La pandémie de coronavirus a de nouveau questionné l’efficacité de l’UE. En évaluant et en appliquant des méthodes testées pour engager les citoyens dans l’élaboration des politiques publiques, l’UE pourrait augmenter ses chances d’accomplir son mandat politique avec succès.

La revitalisation démocratique semble être efficace pour impliquer les citoyens dans la prise de décision publique lorsqu’elle structure les processus participatifs à la fois en ligne et hors ligne.

Opter uniquement pour la technologie numérique n’est pas optimal.

La négligence des canaux d’interaction non numériques peut entraîner un faible engagement de certains types de participants. La participation des personnes doit reposer simultanément sur le développement d’espaces en ligne pour interagir avec des individus numériquement compétents, tout en fournissant des espaces hors ligne pour l’interaction publique.

Certes, la pandémie a accéléré l’utilisation d’outils numériques dans la prise de décision et les consultations publiques. Cependant, alors que plusieurs organes législatifs, dont le Parlement européen, ont décidé de déplacer temporairement leurs activités en ligne, pour les initiatives d’engagement civique, la numérisation complète semble être plus problématique et exigeante en termes de temps et de coût.

Les citoyens sont plus susceptibles de s’engager dans la participation démocratique et la prise de décision publique s’il y a un équilibre entre des expériences participatives éprouvées et testées et des solutions originales.

L’engagement civique est mieux nourri par une combinaison d’innovation et de tradition.

Le lien entre le processus participatif (et ses résultats) et l’approbation institutionnelle peut avoir lieu à différentes étapes et à divers degrés de formalité. Les résultats de la participation doivent être ratifiés par les structures démocratiques traditionnelles.

L’échelle du processus consultatif doit être soigneusement calibrée sur les besoins réels des décideurs.

Les processus participatifs à grande échelle où les participants ne se connaissent pas et il n’y a presque aucune possibilité de réciprocité, risque d’aggraver le problème de l’action collective.

Les initiatives participatives à petite échelle, en revanche, attirent des citoyens plus motivés à contribuer et exigent donc une rétroaction responsable des décideurs.

Les problèmes de confidentialité et d’anonymat sont omniprésents dans les formes expérimentales d’engagement civique et restent un problème crucial.

L’anonymat a des résultats positifs car il permet aux gens d’exprimer des opinions critiques et controversées sans se soucier des effets potentiellement négatifs. Cependant, l’anonymat des utilisateurs peut conduire à des comportements incivils, car il réduit la responsabilité des gens pour leur conduite, pouvant saper la volonté des gens de participer aux processus délibératifs et les empêcher d’exprimer librement et sincèrement leurs opinions.

Comment l’UE peut augmenter ses chances d’accomplir son mandat politique avec le succès de l’engagement des citoyens ?

Évaluer et appliquer des méthodes testées pour engager les citoyens dans l’élaboration des politiques publique ; en d’autres termes : pratiquer la démocratie.

L’engagement de la Commission à organiser une conférence de deux ans sur l’avenir de l’Europe pour les citoyens de tous âges à travers l’UE et à suivre les actions convenues semble être une occasion unique d’engager de grands groupes de citoyens dans la réflexion collective, afin de façonner les futurs aspects structurels et procéduraux de l’Union.

Le succès de ce projet dépendra toutefois de la capacité de la Commission à adapter ce processus consultatif aux besoins et aux attentes des Européens ; particulièrement lorsqu’une pandémie fait peser de nouvelles menaces sur les systèmes démocratiques.

La tentative de s’engager plus systématiquement dans la prospective stratégique est également essentielle au renforcement de la démocratie dans l’UE.

Identifier les domaines dans lesquels les politiques, la recherche et les développements technologiques sont les plus susceptibles de conduire le progrès sociétal, économique et environnemental contribuera à aider les décideurs politiques de l’UE à améliorer la façon dont ils conçoivent les lois et les initiatives, et à développer des politiques tournées vers l’avenir.

Si les trois institutions de l’UE se mettent d’accord sur les mégatendances transformatrices nécessaires pour adopter une approche stratégique afin de développer une vision à long terme pour l’Union, alors l’engagement des citoyens s’inscrira dans une démocratisation incluant le recours à la démocratie directe.

Ce contenu a été publié dans Communication de l'UE, Communication sur l'Europe, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>