La communication européenne doit-elle être encore universaliste ?

Sans doute la révolution copernicienne la plus nécessaire de la communication européenne, la fin de l’universalisme qui voudrait s’adresser à tout le monde, donc finalement à personne est le deuil le plus difficile que les institutions européennes ne sont pas encore parvenues à faire. Pourquoi faut-il le faire ?

Comprendre les nouveaux clivages

Avant, le débat européen opposait les pro- et les anti- européens. Quoique cette discussion primitive perdure encore dans des formes caricaturales entretenues davantage par la méconnaissance, la mauvaise volonté ou les mauvaises intentions, elle ne peut et ne doit plus être considérée comme l’alpha et l’oméga.

Maintenant, face aux défis géostratégiques visant à assurer la stabilité sécuritaire et géopolitique ainsi que la transition énergétique, climatique, environnementale et technologique du continent européen, le débat devient beaucoup plus sérieux.

Selon Jean-Louis Bourlanges dans l’émission le Nouvel Esprit Public du 9 septembre 2018, la ligne de clivage partage dorénavant :

  • D’une part, une vision universelle de l’Europe qui réunit les idéalistes et les eurosceptiques dans un miroir déformant : l’Europe est ainsi pour le meilleur ou pour le pire une sorte de petite ONU à l’échelle du continent qui, pour aller très vite, donne des leçons de morale et distribue des bons points ;
  • D’autre part, « une vision européenne qui tente cette révolution copernicienne de savoir que nous ne sommes plus au centre du monde, mais au milieu, enfin parfois au centre, parfois en périphérie ».

Du coup, la principale question posée autant par l’époque que par la nécessité : comment faire pour que la réaction identitaire contre l’Europe universelle ne dérive pas en identitarisme extrémiste ?

Répondre aux nouveaux défis de notre temps

Le projet européen doit parvenir à trouver la synthèse, une sorte de « en même temps qui saurait se penser » autour d’une offre politique qui allie solidarité européenne et identité européenne.

Après l’impératif de l’intégration d’une union sans cesse plus étroite, le temps serait venu pour un « réformisme de sauvegarde » afin de tenir en même temps :

  • Humanisme et contrôle des frontières/de l’immigration ;
  • Respect des valeurs de l’État de droit, des droits de l’homme et contrôle des contre-pouvoirs ;
  • Solidarité et compétitivité ;
  • Puissance ouverte et régulée, équitable et profitable…

Ces oxymores doivent correspondre à la nouvelle synthèse proprement européenne face aux défis contemporains plutôt qu’aux réponses « textbook » héritées du passé et des Pères fondateurs. Il ne s’agit pas de renverser la table, de faire table rase ; mais bien plutôt de construire, sur les fondations existantes, les nouveaux contreforts, les nouveaux piliers… qui permettront au projet européen de se déployer pour les générations futures.

En somme, la difficile naissance d’une nouvelle synthèse discursive sur l’Europe plus européenne qu’universaliste est l’un des enjeux essentiels pour parvenir à redéfinir les lignes de fractures, donc les forces politiques, donc les majorités dans les têtes puis les urnes et enfin au pouvoir.

Ce contenu a été publié dans Communication de l'UE, Communication sur l'Europe, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>