Comment raconter l’Europe ?

Parent pauvre dans l’actualité, l’information européenne – malgré les évolutions majeures de l’Europe – évolue marginalement en France. Comment comprendre cette situation préoccupante, grâce à une interview de Jean Quatremer publiée au cours de l’été ?

Le métier de journaliste à Bruxelles : pas un correspondant étranger, mais un rubricard

Jean Quatremer, journaliste à Libération, se définit comme un spécialiste de l’Europe dont le rôle est à la fois de faire la pédagogie de l’Europe à Bruxelles « expliquer en racontant des histoires » et en même temps de faire de l’investigation sur l’Union européenne : « montrer les dysfonctionnements », une autre forme de pédagogie.

Le journaliste européen se positionne plutôt, sans doute comme la plupart de ses confrères, comme un spécialiste de la politique européenne, pas de toutes les politiques de l’UE. Les sujets européens ont vocation à être traités par tous les journalistes : le correspondant bruxellois donne une vision européenne à des actualités qui sont traitées avec lui par les spécialistes sectoriels le tout en résonance avec le débat public national.

L’évolution du métier de journaliste européen, c’est le passage d’un rôle de suiveur de l’actualité imposée par les institutions européennes – aujourd’hui bien mieux maîtrisé par les nombreuses dépêches d’agences de presse – à un rôle de créateur d’événement afin d’imposer à l’agenda une affaire, au-delà des actualités incontournables. Se saisir des dysfonctionnements joue comme un révélateur du projet européen, de ses avancées et de ses limites.

La couverture médiatique de l’Europe en France : plutôt un problème d’offre que de demande

Le paysage médiatique est très différent selon le type de médias.

Du côté de la presse écrite, globalement l’information européenne est disponible – la presse écrite nationale dispose globalement de correspondants permanents à Bruxelles tandis que la presse régionale recours davantage aux pigistes.

En ligne, l’information européenne est abondante et de qualité dans les médias spécialisés.

Le problème se situe plutôt dans l’audiovisuel (radio et TV). Si Radio France peut assurer une couverture honnête, la 1e radio privée RTL ne dispose d’aucun correspondant, Europe 1 d’une journaliste qui pige pour plusieurs titres… Et c’est pire à la TV, ni TF1, ni aucune chaîne d’info en continu ne font travailler des spécialistes de l’Europe tandis qu’Arte, enfin, s’est doté d’un correspondant à Bruxelles.

Lorsque des personnalités européennes sont invitées à s’exprimer dans l’audiovisuel français, les questions porteront immanquablement sur la politique nationale française.

Résultat, les grandes chaînes TV restant la 1e source d’information pour les Français, ceux-ci se plaignent à juste titre d’être mal informés sur l’Europe, même s’ils ne font aucun effort pour corriger leur insatisfaction.

Le problème de la formation des journalistes à l’Europe

Certes, Jean Quatremer concède qu’on ne peut pas faire boire un âne qui n’a pas soif, sous-entendu que les rédacteurs en chef ne ressentent pas le besoin de davantage parler d’Europe, en particulier à la télévision.

Mais, surtout les futurs ou jeunes journalistes ont des lacunes persistantes en matière de connaissances sur l’Europe, ses institutions et leurs fonctionnements ; pointant du doigt la formation dans les écoles de journalisme.

Pour comprendre l’Europe, il faut avoir étudié l’économie et le droit – deux matières qui sont les angles morts de la formation à la française.

Pour voir la vidéo intégrale :

Davantage d’information européenne dans les médias, à fortiori audiovisuels, ne pourra se faire sans une meilleure formation de tous les journalistes permettant de combler le déficit actuel.

Ce contenu a été publié dans Médias et Europe, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>