Quand le « data storytelling » réinvente le journalisme européen

Les innovations dans les médias, liées aux évolutions technologiques se multiplient. Encore faut-il que les journalistes soient équipés en compétences digitales et inspirés. Une série de 8 « News Impact Summits » qui fera le tour de l’Europe en 2015 grâce au partenariat entre le Centre du Journalisme Européen et le News Lab de Google devrait y remédier. Le premier événement organisé à Bruxelles le 27 février dernier a porté sur les nouvelles approches de « data storytelling » pour couvrir l’Union européenne…

Quels sont les secrets pour transformer des données en « stories » ?

D’abord, c’est sans doute évident, mais il faut « tuer le format PDF » qui ne permet pas d’exploiter les données capturées dans les fichiers, sauf si des innovations encore imparfaites d’OCR permettent de les extraire sans erreur ou omission.

Ensuite, pour produire de l’info issue de vastes bases de données et faire de l’« international data driven investigation », les journalistes doivent s’appuyer sur des outils collaboratifs sécurisés, comme par exemple le consortium international pour les journalistes d’investigation @ICIJorg représentant aujourd’hui plus de 185 reporters, dans 65 pays et surtout #SwissLeaks et #LuxLeaks.

Enfin, pour intéresser le public, les journalistes doivent utiliser des outils de visualisation, que ce soit via le « media toolkit » de Google, Datawrapper, qui permet de créer des visualisations en quelques minutes ou tout autre outil en ligne.

Quels sont les outils disponibles sur l’UE pour faire du journalisme de data storytelling ?

euractor

EurActory, créé et animé par Euractiv, propose aux journalistes (et aux parties-prenantes) un annuaire des experts les plus pertinents et compétents sur les politiques de l’UE, classés selon :

  • Les influenceurs, la catégorie la plus subjective, mais également la plus intéressante ;
  • Les analystes
  • Les « policy-makers »

thumbs_europe

Thumbs of Europe vise à renforcer la transparence sur les positions des différentes partieos prenantes aux affaires européennes :

  • Les textes législatifs européens (en cours, adoptés et rejettés) sont présentés de manière synthétique, un travail de simplification très intéressant ;
  • Les élus et les lobbyistes sont également présentés sous l’angle de leurs votes pour les uns ou de leurs positions pour les autres.

Au total, le « data storytelling » offre la possibilité d’une nouvelle forme de journalisme à partir des données, entre le hack (l’investigation et le leak) et le code (la data-visualisation).

Ce contenu a été publié dans Communication sur l'Europe, Médias et Europe, Web et Europe, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>