20 ans après : quelle est l’actualité des actions du rapport De Clercq ?

Après le diagnostic et les recommandations stratégiques des « réflexions sur la politique d’information et de communication de l’UE » du rapport de l’eurodéputé Willy De Clercq, 20 ans après, que reste-il du plan d’action recommandé ?

Des campagnes horizontales/institutionnelles et verticales/nationales

Des campagnes horizontales ‘institutionnelles’ devraient être menées dans l’UE et au-delà des frontières afin d’informer (et de former) l’opinion publique du monde entier et des Européens sur l’UE et les avantages d’une communauté forte, prospère et démocratique en Europe.

La communication horizontale dans l’ensemble de l’UE devrait être soutenue par des programmes verticaux plus en profondeur pays par pays. Ces campagnes nationales devraient être mises en œuvre par les Etats membres et cofinancées et orchestrées par l’UE.

Des programmes de communication après des médias plus efficaces

En raison de leur rôle multiplicateur essentiel pour la diffusion de l’information, la coopération avec les médias doit être renforcée :

  • en établissant des ponts systématiques avec la presse nationale et régionale ;
  • en abordant plus particulièrement la presse non spécialisée dans les affaires européennes ;
  • en organisant régulièrement des tables rondes avec les présidents des groupes de presse, rédacteurs en chef de journaux et producteurs de programmes de télévision ;
  • en offrant de meilleures conditions pour prise de vue, montage et retransmission.

Audio-visuel

Un important programme de co-productions associant les institutions, les chaînes de télévision et les sociétés de production, combinée à une stratégie de diffusion claire doit être soigneusement planifié ; spécifique à un auditoire : femmes, jeunes, hommes d’affaires, intellectuels, amateurs de sports, voyageurs etc. ; avec des idées nouvelles et originales pour les talk-shows et une volonté d’aller au-delà de la simple information en vue d’introduire la dimension européenne dans la fiction, les jeux et les spectacles.

Radio

Tant pour la fidélité que pour la relation «intime» avec les auditeurs, la radio est un média idéal pour atteindre les gens et des programmes de co-productions devraient s’adresser :

  • Aux médias d’affaires afin de rassurer les milieux d’affaires ;
  • Aux médias culturels afin de garantir aux citoyens que « l’Europe » n’est pas seulement à propos de l’économie et que « l’Europe » n’est pas une menace pour les identités nationales et régionales.
  • Aux médias sportifs afin de promouvoir la participation et le soutien du public enthousiaste aux événements sportifs européens et de favoriser la fierté des réalisations européennes.

Une communication de l’Europe culturelle

La communication de l’Europe doit être un processus continu d’éducation, de culture et de formation, en commençant à l’étape de l’enseignement secondaire. Les manuels scolaires devraient veiller à ce que la dimension européenne soit expliquée et comprise par les enfants de l’école, en particulier sur des sujets tels que la géographie, l’histoire, l’économie et l’éducation civique.

Une «maison européenne» comprenant une bibliothèque, un musée et divers services d’exploitation devrait faciliter le travail des journalistes et de tous ceux qui souhaitent avoir un accès direct aux institutions.

Des événements européens devraient être encouragés dans les domaines des loisirs (galas, concerts, expositions), du sport (plus de «jeux européens»; prix européens pour les athlètes et les équipes engagées dans des manifestations sportives internationales), de la culture (hit-parades européens, production de films), des universités (rencontres, séminaires) et alimentaire (promotion des produits agricoles traditionnels).

Une communication européenne de collaboration et de synergie

Afin de bien planifié et orchestré, la charge de la communication peut être partagée :

  • Avec les milieux d’affaires : fournir des fonds pour des programmes et des événements spécifiques ;
  • Avec certaines entreprises ou groupes industriels : parrainer des publications de préoccupation particulière à leur domaine d’activité ;
  • Avec les médias : accorder des tarifs promotionnels pour les campagnes d’intérêt public de l’UE ;
  • Avec les syndicats : parrainer et diffuser des publications sur des sujets d’intérêt particulier pour leurs membres, en particulier sur des questions incluses dans la Charte des droits sociaux.

Les synergies portent sur l’utilisation cohérente et constante de la même charte de communication, via un manuel qui permette que toutes les communications de l’UE au public aient le même “look”.

Entre les campagnes horizontales/institutionnelles qui se sont traduites par le projet-pilote de communication corporate 20 ans après ou le programme médias qui s’est mis en place avec Euranet (radio), Euronews (TV) et Presseurop (presse), la bibliothèque Européana de nombreuses idées du rapport De Clercq ont été retenues. Il serait plus que temps de réfléchir au prochain rapport De Clercq.

Ce contenu a été publié dans Communication de l'UE, Communication sur l'Europe, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>