L’échec de la communication européenne grand public est-il symbolique de l’UE ?

Jusqu’à présent, la communication européenne auprès du grand public n’est pas parvenue aux résultats attendus pour restaurer l’image et la confiance des citoyens dans le projet de la construction européenne. Pourquoi est-ce symbolique de l’UE ?

Une communication européenne « désunie » n’incarne pas la devise de l’UE

Tant que la communication grand public des institutions européennes restera une communication désunie, qui ne symbolise pas la devise de l’UE « Uni dans la diversité », le succès ne pourra pas être au rendez-vous.

En effet, où en sont les institutions européennes dans une « union sans cesse plus étroite » en matière de communication : Avons-nous pu observer des actions de communication auprès du grand public qui symbolisent la force des synergies ? Avons-nous des « best practices » de communication européenne unie qui se sont développées au cours des dernières années ?

Pas du côté de la campagne traditionnelle pour les élections européennes qui demeure le pré-carré du Parlement européen. Pas non plus du côté de la Commission européenne, dont la dernière campagne de « communication corporate » a été menée en solo. Le constat est malheureusement au « business as usual » comme si l’UE ne connaissait pas de crise.

Comment alors ne pas comprendre l’insuccès relatif de ces dispositifs, sachant que les moyens de chaque institution séparément ne sont pas en mesure d’atteindre l’impact suffisant. La mutualisation des moyens n’est d’ailleurs pas, à elle seule, la garantie de la réussite ; mais elle y contribuerait de manière décisive.

Une communication européenne « unie » symboliserait la plus-value de l’UE

A minima, il n’est pas concevable que les prochaines tentatives de l’UE de s’adresser au grand public ne soient pas menées de manière coordonnées et coopératives entre les institutions européennes.

Autant, depuis Bruxelles, les distinctions entre chaque institution ont leur importance puisque les parties prenantes sont au cœur de la machine. Mais, pour le citoyen lambda, lorsqu’il entend parler d’Europe – ce qui est déjà très rare, et encore plus lorsque c’est l’Europe qui s’adresse à elle ou lui – ces distinctions n’ont plus aucune pertinence.

Qu’est-ce que l’UE a à dire aux Européens aujourd’hui ? C’est à cette simple question que devraient travailler en priorité les communicants européens qui s’affairent trop souvent sur des sujets hyper verticaux trop segmentant.

Comment articuler la communication politique des responsables européens, relativement inaudibles dans les grands médias européens et la communication grand public de l’UE ? La porosité des usages et la diversité du paysage médiatique font que de plus en plus les informations circulent sans aucune maîtrise des « gate keepers » ou des relais.

Comment garantir un impact suffisant pour faire la différence ? Afin d’obtenir des résultats significatifs, le seul critère à prendre en compte pour évaluer la pertinence de la communication européenne, c’est l’impact. Non pas au sens publicitaire des « opportunités de contacts » en additionnant des audiences fictives mais l’impact au sens réel de l’évolution des perceptions et des opinions. Evidemment, c’est une question de moyens (humains et financiers). C’est aussi un enjeu d’organisation pour disposer de professionnels dont la seule finalité, notamment pour servir leur carrière, serait de toucher le grand public.

La communication européenne auprès du grand public, selon qu’elle soit capable de symboliser les promesses du projet européen ou ses dévoiements, représente un enjeu stratégique pour l’UE.

Ce contenu a été publié dans Communication de l'UE, Communication sur l'Europe, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>