Comment faciliter une bonne couverture médiatique aux Conseils européens ?

Sommets des chefs d’État ou chefs de gouvernement des vingt-sept Etats-membres, les Conseils européens qui se réunissent au moins 4 fois par an ont pour but de « définir les grands axes de la politique de l’Union ». Ces Conseils européens font normalement l’objet d’une prise en charge ponctuelle de la part des médias nationaux qui « couvrent l’événement ». Encore faut-il se conformer aux attentes et pratiques des journalistes…

Faciliter « l’effet d’agenda » des médias ou comment éviter la dispersion des actions

Afin de faciliter la mise sur l’agenda médiatique d’un Conseil européen, il faut d’abord que les acteurs concernés – tant les institutions européennes que les chefs d’Etat ou chefs de gouvernement – ne multiplient pas les initiatives européennes hors champ à la veille du Conseil européen afin d’imposer cet événement à l’agenda des médias.

À cet égard, pour ne prendre que la situation française, la mise sur l’agenda médiatique du dernier Conseil européen des 28 et 29 octobre a été perturbée pour les médias français par deux initiatives quasi-concomitantes du chef de l’Etat. D’une part, le sommet sur la sécurité Sarkozy, Merkel et Medvedev à Deauville les 18 et 19 octobre et, d’autre part, le partenariat « historique » entre la France et le Royaume-Uni en matière de défense signé le 2 novembre.

Pour que les médias puissent porter l’attention de leurs publics sur le Conseil européen, sans risque de dispersion, les acteurs européens doivent concentrer leurs prises de parole sur cet événement.

Accompagner « l’effet de cadrage » des médias ou comment éviter la confusion des conclusions

Afin de faciliter la lisibilité des enjeux du Conseil européen, il faut ensuite que les acteurs européens ne multiplient pas les interprétations pendant le Conseil européen afin de proposer une clé de lecture globale de cet événement aux médias, un Conseil européen devant répondre à un enjeu : clés de lecture sous l’angle du contexte (exemples : résoudre la crise en Géorgie en 2008, répondre à la crise financière en 2008…) ; clés de lecture sous l’angle de la responsabilité (exemples : adopter le paquet climat-énergie avant le Sommet de Copenhague en 2008, adopter le plan d’aide à la Grèce en 2010…).

À cet égard, le dernier Conseil européen ne brille pas par la clarté des conclusions : une avancée ? Cf. Jean Quatremer : « L’Union européenne pérennise le Fonds européen de stabilisation financière » mis en place pour le plan de sauvetage de la Grèce ;

  • un recul ? Cf. France24 : « Les Vingt-Sept se résignent à une réforme « limitée » du traité de Lisbonne », nécessaire justement pour établir ce « mécanisme permanent de gestion de crise pour préserver la stabilité financière de la zone euro ».
  • un danger ? Cf. Gilles Savary : « Le Conseil européen de tous les dangers » ;
  • une victoire ou une défaite pour Angela Merkel, qui n’a pas pu imposer toutes ses propositions ?

Pour que les médias puissent proposer un cadre d’analyse lisible sur le Conseil européen, les acteurs européens doivent suggérer la nature des enjeux et le cadre interprétatif global.

Ainsi, du point de vue des acteurs européens, la couverture médiatique d’un Conseil européen repose sur leur capacité à concentrer leurs propositions en amont et leurs interprétations en aval sur un enjeu susceptible de créer une unanimité éditoriale sur la manière dont il doit être perçu et rendu auprès du public.

Ce contenu a été publié dans Communication de l'UE, Communication sur l'Europe, Médias et Europe, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>