Comment communiquer l’identité culturelle et politique européenne ?

Pour une fois, changeons de paradigme. Cessons de nous conformer à « la rhétorique du déficit communicationnel » de l’UE, qui selon Philippe Aldrin « fait aujourd’hui consensus dans les espaces politiques communautaires. Parce qu’elle répond à une certaine croyance institutionnelle dans les effets de la communication. Mais aussi parce qu’elle permet d’occulter les causes plus profondes ». Intéressons nous justement aux obstacles à une intégration politique européenne « plus profonde » qu’un simple déficit communicationnel résorbé ne saurait combler…

Pas de communication européenne sans langue, sans territoire et sans peuple

Communiquer sur l’identité européenne ne consiste pas à s’intéresser à la communication normative de l’UE – ce que l’UE devrait communiquer – mais à la communication « identitaire », c’est-à-dire aux langues, aux cultures en Europe. Autrement dit, la communication européenne est d’abord un problème concret, empirique.

L’existence d’une communauté démocratique est liée à celle de frontières (…) sans territoires de la solidarité et de la réciprocité, sans langue commune ni identification culturelle commune, les fondations politiques de l’Union sont inévitablement précaires.

Peter Kraus dans « A Union of Diversity, Language, Identity and Polity-building in Europe »

Jean-Claude Barbier propose une lecture approfondie de Peter Kraus dans « Union européenne : cultures politiques, langues et identifications des citoyens ».

L’enjeu du territoire européen dans la communication européenne : une question de solidarité

« La solidarité n’a pas encore trouvé sa voie concrète au niveau supranational dans l’UE, et, quelles que soient les limites des États-nations qui sont incapables de répondre à des défis mondiaux, les limites territoriales restent la base. » En résumé, sans territoire défini de l’UE, pas de solidarité.

L’enjeu de la langue dans la communication européenne : une question de réciprocité

Contrairement au multilinguisme officiellement affiché, « la réalité, bien plus prosaïque, de l’usage de l’anglais de service, s’accompagne de l’usage persistant des langues nationales ». L’UE doit donc développer une véritable politique linguistique européenne qui favorise la maîtrise du multilinguisme chez chaque citoyen européen. Les langues sont inextricablement liées à l’identité culturelle et au sentiment d’intégration. La reconnaissance et la pratique de la diversité linguistique favorise le sentiment de réciprocité.

L’enjeu du peuple dans la communication européenne : une question de communauté

« La politique européenne est coupée du demos, alors que, quelles que soient les limites de la démocratie contemporaine, le couplage des enjeux avec la participation à la politique quotidienne et aux élections n’a lieu qu’au niveau national. » Autrement dit, sans l’émergence d’un peuple européen qui s’exprime dans une agora unique, un espace politique européen, il n’y aura pas de communauté.

Pas de communication européenne sans imaginaire, symbolique et mythique

Autre lecture d’une communication de l’UE précaire car « institutionnelle, très élaborée mais trop souvent creuse », l’analyse de Joanna Nowicki : « Communication interculturelle et construction identitaire européenne ».

Tandis que l’existence d’une communauté de valeurs réaffirmée par l’UE rassure, le fait qu’elle soit basée plutôt sur un consensus politique partagé que sur une identité culturelle commune laisse perplexe.

Savoir parler autant des différences que des convergences

Dans la communication sur l’Europe, la difficile négociation entre ce qui unit et ce qui sépare est souvent occultée. « Tout se passe comme si parler de la différence posait problème. Soit on l’exagère en l’utilisant comme un épouvantail, soit on la minimise pour insister sur ce qui est similaire et qui par conséquent peut être intégré dans un univers commun. »

« Quand on réfléchit sur la communication autour de la construction européenne, on peut se demander si on ne se trouve pas là face à l’émergence d’une novlangue communautaire? Celle-ci évite de juger, contourne l’expression de la différence en choisissant des formules neutres, les moins polémiques possibles et passe-partout. »

Effectivement, le discours insipide et apolitique des institutions européennes ne peut parvenir à faire sens auprès des citoyens européens. L’incapacité de l’UE à formuler la moindre critique de peur de soulever des indignations est absolument contre-productive. Les citoyens s’imaginent les auteurs de ces propos totalement désincarnés, voire peu sûrs de leur fait.

Ne pas négliger l’art, la religion et la philosophie

« L’identité culturelle est trop souvent négligée aujourd’hui au profit d’une analyse fonctionnelle qui ne repose que sur des considérations purement économiques ou technocratiques et qui se préoccupe avant tout de l’aspect pragmatique. »

Il s’agit d’éviter cette dérive fonctionnaliste, qui prend pour cadre de référence principalement le réel, en négligeant l’imaginaire, le symbolique et le mythique. « Cette vision trop fonctionnelle de l’être humain qui ignore l’art, la religion et la philosophie traduit un certain triomphe de la pensée positive » et managériale.

À la recherche d’une identité culturelle et politique européenne retrouvée, la communication européenne doit précisément se réarmer dans ses visées (territoire, langue, peuple) et dans ses méthodes (imaginaire, symbolique, mythique).

Ce contenu a été publié dans Communication de l'UE, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>