Alerte sur l’actu européenne, parent pauvre de l’info, mendiant dans les journaux télévisés

La place accordée à l’Union européenne dans les journaux télévisés des principales chaînes traditionnelles, alors que la télévision est toujours le premier média des Français, déjà très faible, est en recul, en 2019 (année des élections européennes) et 2020 (gestion européenne de la pandémie Covid et des vaccins), selon une étude publiée par la Fondation Jean Jaurès par Théo Verdier et Fanny Hervo

Des résultats dramatiques sur la visibilité de l’Union européenne dans les journaux télévisés français

Seuls 3,6% des sujets de journaux télévisés consacrés à l’Union européenne entre 2015 et 2020, dans le contexte d’une médiatisation accrue des élections européennes : dans ce désert médiatique – ce résultat, déjà très problématique, chute d’ailleurs à 2,5 % si on retire Arte du panel – les élections européennes exercent un léger effet amplificateur sur le traitement de l’actualité de l’Union européenne.

La stratégie vaccinale européenne absente de la couverture médiatique de l’Union européenne en 2020 : au premier semestre 2020, 60 % de l’offre d’information globale traite du coronavirus– 80 % des sujets diffusés lors du premier confinement y font référence – au détriment de la couverture des affaires européennes, drastiquement réduite en 2020.

2,3 % des sujets diffusés en 2020 ont été consacrés aux enjeux européens, toutes chaînes confondues : l’offre d’information sur l’Union européenne est drastiquement restreinte au sein des JT généralistes, le 20H de TF1 mentionne l’actualité communautaire dans 1,1 % de ses sujets, ce ratio est de 1 % pour le 19:45 de M6. Le service public fait tout juste un peu mieux avec 1,4 % des sujets sur France 3 et 1,7 % sur France 2.

etude_sujets_mention_actu_UE_JTL’information télévisée relative à l’Union européenne se concentre principalement sur trois des dimensions européennes de la crise : l’impact économique de l’épidémie et la réponse budgétaire européenne (22 % de l’offre d’information sur l’Union européenne), puis la mobilité et les enjeux frontaliers (27 % des sujets UE) et la coordination de la réponse sanitaire (21 %). Le suivi européen de la pandémie est très limité et la stratégie vaccinale européenne est totalement absente.

Une conclusion très problématique : les Français ont été très peu informés de l’avancée de la stratégie vaccinale européenne par les journaux télévisés, premiers médias auxquels ils ont recours pour l’information sur l’actualité nationale et internationale.

Vers une médiatisation croissante des élections européennes dans les journaux télévisés

La part des sujets consacrés à l’actualité européenne au sein des journaux télévisés en périodes électorales s’améliorent pendant les années d’élections européennes 2014 et 2019 où le ratio de sujets sur les enjeux européens dépasse le seuil des 4 %.

etude_sujets_mention_actu_UE_elections_europeennes_JTL’étude comparative des années d’élections européennes depuis 2009 témoigne de l’intérêt grandissant des rédactions pour l’Union européenne en périodes électorales. Entre 2009 et 2014, la part des sujets consacrés à l’Union européenne a ainsi augmenté d’un tiers, passant de 769 à 1 191 sujets pour l’année 2014. Une croissance qui se confirme pour l’année 2019 avec un total de 1 201 sujets, soit une très légère augmentation. La part d’information portant uniquement sur les élections européennes a doublé entre 2014 et 2019.

Un traitement différencié mais pas brillant de l’actualité européenne selon les chaînes

Le traitement de l’information européenne apparaît varier fortement selon les chaînes. Le journal télévisé le plus regardé des Français (le 20H de TF1) compte parmi les derniers JT des chaînes généralistes avec seulement 2,2 % de ses sujets faisant mention des enjeux communautaires sur la période 2015-2020. C’est également le seul des JT étudiés à ne pas amplifié son traitement de l’actualité européenne en périodes électorales.

Les chaînes du service public traitent quant à elles davantage de l’actualité de l’Union européenne, tout en divergeant fortement sur l’importance qu’elle occupe à l’antenne. Arte dépasse de loin ses concurrents en la matière avec 11,6 % de son journal traitant de l’information européenne, suivie par le JT de France 2 qui consacre 3,7 % de son journal à l’actualité communautaire sur la période 2015-2020.

L’incarnation de l’Union européenne à l’écran

La visibilité dans les JT du personnel politique européen est très restreinte, présents dans 9,6 % des sujets traitant de l’actualité de l’Union européenne pour les années 2019 et 2020 ; sans Arte, le nombre de prises de parole chute de moitié, et le nombre de sujets d’un tiers.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, est la plus visible des dirigeants de l’Union européenne en 2019 et 2020, trois fois devant Charles Michel, puis Christine Lagarde, Michel Barnier et Thierry Breton. En 2020, la cheffe de l’exécutif européen arrive à la 22e place du top des personnalités les plus citées des journaux télévisés. Mais, Donald Trump est 4,5 fois plus cité qu’Ursula von der Leyen.

Au total, la prise de conscience de la place de l’Union européenne dans les journaux d’information à la télévision ne progresse pas suffisamment pour entamer un changement d’état d’esprit sauf de la part de France Télévisions avec la mise en place d’un indicateur sur l’information européenne dans la part variable de rémunération des cadres dirigeants de l’information. Une meilleure visibilité de l’actualité de l’Union européenne dans les médias télévisés demande des changements structurels et pérennes telle que la mise en place d’indicateurs permettant une mesure des enjeux européens afin d’enclencher une progression structurelle durable.

Ce contenu a été publié dans Médias et Europe, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>