Communication européenne décomplexée pour la présidence polonaise du Conseil de l’UE

Hier et aujourd’hui (23 et 24 juin) se tient le dernier Conseil européen – le sommet diplomatique des chefs d’État et de gouvernement – sous présidence hongroise.

Une occasion pour saluer les avancées de la présidence hongroise qui restera marquée – sous l’angle de la communication – par son ouverture au web social :

Une occasion également pour présenter les premiers pas de la future présidence polonaise du Conseil de l’UE – leur première – en matière de communication : une démarche plutôt décomplexée…

Communication décomplexée vis-à-vis de l’histoire de la Pologne : un logo inspiré du logo de « Solidarnosc »

Premier signe que la Pologne n’a aucun tabou, notamment s’agissant de sa relation à l’UE et à son histoire nationale : le logo.

Pour la première présidence polonaise du Conseil de l’UE, « le gouvernement polonais a décidé de manière délibérée que le logo de la présidence devait faire référence à la grande tradition historique de Solidarnosc ». L’intention est de manifester la valeur symbolique appropriée à un événement (la présidence) de quasi égale importance au mouvement de Solidarnosc dans l’histoire du pays.

Ainsi, le logo de la Présidence du Conseil de l’UE est conçu par Jerzy Janiszewski, celui qui, à l’occasion des grèves du mois d’août 1980, avait conçu le logo de « Solidarnosc ».

Communication décomplexée vis-à-vis du peuple polonais : un groupe Facebook dédié au dialogue avec les citoyens

Autre signe que la Pologne communique sans crainte des opinions exprimées – contrairement, par exemple, à la France qui hésitait lors de sa présidence en 2008 entre un message sur le retour de la France en Europe après l’échec du référendum sur le traité constitutionnel en 2005 et un accent sur le retour de l’Europe en France avec une dimension populaire plus forte – la tenue d’une présence active sur Facebook.

Avec près de 19 000 personnes qui « like », une moyenne d’une centaine de like et d’une trentaine de commentaires par post, le groupe Facebook « Polska Prezydencja 2011 » exclusivement en polonais est un franc succès, d’autant plus que la présidence n’est pas encore officiellement lancée.

Communication décomplexée vis-à-vis de l’argent privé : des entreprises, partenaires de la présidence polonaise

Dernier signe que la Pologne réalise sa présidence du Conseil de l’UE sans la retenue traditionnelle des États vis-à-vis de l’argent privé : des entreprises sont officiellement partenaires de l’événement, comme s’il s’agissait d’un exercice de promotion nationale quasi « commercial ». Les logos des entreprises partenaires sont ainsi visibles dans le footer du site officiel : pl2011.eu. Par ailleurs, une page est étonnement dédiée à la flotte automobile officielle.

Dans cette même logique, la présidence polonaise n’hésite pas à communiquer sur les « chiffres » pour « dimensionner » l’événement, notamment dans sa dimension culturelle :

  • 1 000 projets artistiques seront réalisés en Pologne dans le cadre du programme culturel de la présidence ;
  • 400  événements culturels seront organisés à l’étranger dans le cadre du programme culturel de la présidence.

Ainsi, les premiers pas de la présidence polonaise du Conseil de l’UE révèle une communication décomplexée tant vis-à-vis de l’héritage historique, du peuple national que des partenaires privés.

Ce contenu a été publié dans Communication sur l'Europe, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Communication européenne décomplexée pour la présidence polonaise du Conseil de l’UE

  1. Glou dit :

    A priori, Sarko aussi était décomplexé dans sa communication contre toute avancée fédéraliste: http://leblogdeyannicklaude.20minutes-blogs.fr/archive/2011/06/24/nicolas-sarkozy-n-aime-pas-les-creatifs-ils-le-lui-rendent-b.html :-(

  2. Craig Willy dit :

    Honnêtement, je pense que Donald Tusk est le seul chef européen (d’un grand pays) qui croit vraiment au projet européen. À l’inverse de son prédécesseur nationaliste et europhobe, Tusk voit l’Europe comme le moyen pour la Pologne d’être un acteur historique, notamment en Europe de l’est.

    La gouvernement polonais actuel est extrêmement actif sur le plan européen poussant pour un plus grand budget européen, défendant Schengen, poussant pour l’élargissement, pour les sanctions contre la Biélorussie, pour le déplacement dans « l’orbite européenne » des anciens satellites russes comme la Serbie et l’Ukraine… Et ceci tout en ayant des relations plus ou moins cordiales avec la Russie !

    C’est vraiment une transformation par rapport au rôle traditionnel de la Pologne, objet de l’histoire et victime des empires avoisinants. Je leur souhaite bonne chance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>