Faut-il faire des élections européennes un rendez-vous paneuropéen ?

Moins de trois mois avant l’échéance électorale, les analyses du scrutin européen sont préoccupantes et les solutions pour rendre les élections européennes plus lisibles et plus concrètes aux yeux des électeurs européens sont limitées. Pourquoi, le rendez-vous européen, tant attendu, peut se révéler risqué dans un contexte de crise et de défiance ?

Y a-t-il déjà eu une campagne électorale paneuropéenne ?

Selon Corinne Deloy, dans « Le scrutin européen de 2014. Un rendez-vous lourd d’interrogations » publié dans les P@ges Europe de La Documentation française, « vingt-huit scrutins nationaux ne font pas une élection européenne » :

La participation à une élection requiert la satisfaction de conditions minimales parmi lesquelles l’existence de règles communes telles que la clarté des enjeux, la pluralité des programmes, un débat public polarisé et la mise à disposition d’une information convaincante. Aucune de celles-ci n’aura été respectée lors des précédents scrutins européens.

Le jugement est sévère mais sans appel : on ne peut raisonnablement pas affirmer qu’il y ait déjà eu une vraie campagne électorale paneuropéenne à l’occasion des élections européennes. Tout au plus, les élections européennes se définissent – pour les partis, les médias et les électeurs – comme « des élections de second ordre ».

Y a-t-il une erreur de casting avec l’innovation du traité de Lisbonne ?

Certes, pour la première fois, chaque famille politique – hormis l’extrême droite – fera campagne derrière une figure de proue pan-européenne commune. Mettre en avant des candidats plus ou moins reconnaissables et crédibles, avec des propositions plus ou moins claires et concrètes ne peut qu’être considéré comme un progrès, aidant à la fois à européaniser, polariser et personnaliser les enjeux de la prochaine élection européenne.

Mais, s’interroge Philippe Maze-Sencier d’APCO Worldwide Washington, les partis politiques européens sont-ils à la hauteur de ce défi ? Pour lui, « il est loin d’être certain que les candidats choisis par ces mêmes partis seront à la hauteur de rétablir la confiance dans l’Europe ».

Y a-t-il  un paradoxe : un effet négatif inattendu d’une campagne électorale européanisée ?

Dans une livraison du Center for European Studies (CEPS), deux chercheurs Vivien Pertusot et Yann-Sven Rittelmeyer dans « The European Elections in France: The paradox of a more European yet more eurosceptic campaign » conclut que le scrutin européen de 2014 repose sur un paradoxe inattendu.

La prochaine campagne électorale pourrait être à la fois le scrutin le plus européen de l’histoire des élections européennes et en même temps le plus critique :

  • 2014, le scrutin le plus européen avec la campagne à l’échelle de l’UE entre les candidats des grands partis européens à la présidence de la Commission européenne ;
  • 2014, le scrutin le plus critique avec le débat sur l’Europe dans les Etats-membres, qui pourrait favoriser les partis d’extrême gauche et d’extrême-droite.

Au total, les leçons des précédents scrutins, de l’innovation du traité de Lisbonne et du dernier débat sur l’avenir de l’Europe en France lors du référendum de 2005 offrent une clé de lecture du prochain scrutin européen : le débat sur l’UE dans un contexte de sentiment eurosceptique comporte un certain risque de dérapage populiste.

Publié dans Communication sur l'Europe | Marqué avec , | 2 commentaires

ClicknSign : le web participatif au service de l’initiative citoyenne européenne

Le droit d’initiative citoyenne européenne introduit par le traité de Lisbonne peine à s’installer dans les usages : à ce jour, seules 8 initiatives sont en cours et 2 seulement ont atteint le million de signatures et été soumises à la Commission européenne. Le web participatif peut-il être d’aucun secours pour faciliter les différentes démarches des citoyens ?

De la nécessité d’un incubateur des initiatives citoyennes européennes

Parce que le « ticket d’entrée » d’une initiative citoyenne européenne est élevé – il faut rassembler des compétences/expertises européennes, des moyens/ressources techniques – une recommandation globale de créer une sorte d’incubateur des initiatives citoyennes européennes avait émergé de la journée de réflexion sur « comment communiquer sur l’initiative citoyenne européenne » organisée par Touteleurope en juin 2012 à Paris.

En rassemblant les besoins des organisateurs potentiels d’une initiative citoyenne européenne, le recours à une plateforme web participative était apparu comme une évidence pour faciliter plusieurs démarches :

  • une plateforme de crowdsourcing pour faire émerger les meilleures idées et forger des compromis majoritaires ;
  • une plateforme de networking pour faire rencontrer les porteurs de projets ou de compétences afin de créer des alliances ;
  • une plateforme de micro-crowdfunding.

ClicknSign : la plateforme de crowd-sourcing et funding des initiatives citoyennes européennes

clicknsignAvec plus de la moitié des initiatives citoyennes européennes actuellement en cours de collecte et en permettant à des individus de soutenir par leur signature ou leur don ces initiatives, la plateforme ClicknSign répond en grande partie aux besoins précédemment formulés.

clicknsign_concept

Avec l’accent mis sur le crowdfunding – le nerf de la guerre pour parvenir à mobiliser un million de citoyens – ClicknSign tente de donner un second souffle aux initiatives citoyennes européennes qui sont bridées en partie pour cette raison.

Au total, l’utilisation du web participatif au service des initiatives citoyennes européennes ne parviendra pas à populariser une démarche qui demeure méconnue mais contribuera à faciliter l’engagement de citoyens motivés.

Publié dans Communication sur l'Europe, Web et Europe | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Quel est le bilan des « primaires » européennes ?

Dorénavant, les principaux partis politiques européens disposent de leurs candidats pour le poste de président de la Commission européenne, conformément aux nouvelles dispositions du traité de Lisbonne. Quel bilan, notamment en termes de visibilité dans les médias et en ligne à l’issue de cette phase de « primaires » européennes ?

Au cours des derniers mois, la première étape des élections européennes s’est déroulée pour la première fois avec la phase des primaires permettant à chaque parti politique européen de choisir – selon des procédures dont l’innovation et la probabilité de diriger l’exécutif européen sont probablement inversement proportionnelles : d’un simple vote des congressistes à bulletin secret pour la droite libérale (ALDE) ou conservatrice (PPE) à des primaires interne pour la gauche (S&D) voire ouverte et en ligne pour les Verts.

Classement de la visibilité médiatique et en ligne des candidats

Avec 63% de part de voix, le candidat de gauche Martin Schulz domine de la tête et des épaules la compétition entre les candidats quant à leur visibilité médiatique et en ligne avec près de 40K de mentions depuis le début de l’année.

primaires_européennes_panoramaAlexis Tsipras, le candidat de l’extrême gauche arrive en seconde position (17%) devant le candidat des libéraux Guy Verhofstadt (10%) au coude à coude avec le duo des Verts Franziska Keller et José Bové (8%). Le dernier candidat « investi » seulement vendredi dernier au congrès du PPE à Dublin, Jean-Claude Juncker, se place en queue de peloton (2%).

Forte visibilité de Schultz dans les médias et bonne performance de Tsipras en ligne

La présence de Martin Schulz dans les médias traditionnels est très supérieure à l’ensemble des autres candidats qui ne bénéficient pas du capital symbolique détenu par l’actuel président du Parlement européen.

primaires_européennes_détailsLa compétition est plus équilibrée sur Twitter et dans les blogs, où Alexis Tsipras parvient à améliorer sa présence relative, sans doute grâce aux ressources militantes actives en ligne.

L’enseignement le plus évident est que la précocité du choix du candidat contribue de manière décisive à la possibilité de constituer un capital médiatico-politique.

Au total, le jeu des « primaires » internes aux partis politiques européens a permis de faire émerger les quelques figures qui devraient animer la campagne électorale, notamment lors du débat télévisé programmé le 15 mai prochain.

Publié dans Communication sur l'Europe | Marqué avec , | Un commentaire

Elections européennes : quels sont les effets de l’exposition médiatique sur la participation électorale ?

Les médias jouent un rôle décisif lors les élections, notamment dans la mobilisation et la participation électorale. Claes H. de Vreese analyse la couverture des élections européennes par les médias et ses effets sur le taux de participation électoral…

Le traitement des élections européennes par les médias : visibilité faible et tonalité critique

Quoique toute généralisation soit à prendre avec précaution à l’échelle des Vingt-Huit, plusieurs clés de lecture permettent d’analyser le traitement médiatique des élections européennes : la visibilité de l’actualité européenne est relativement faible et la tonalité de la couverture médiatique est globalement critique.

Dans l’ensemble, la visibilité médiatique a progressé en 2009 par rapport aux élections précédentes, les écarts de visibilité entre les pays se sont creusés et la visibilité est plus élevée dans les pays où les élites politiques se montrent partagées sur les aspects de l’intégration européenne et où la contestation est plus marquée.

Dans les trois semaines précédant les élections européennes de 2009, 16 % en moyenne des reportages télévisés dans les journaux télévisés ont été spécifiquement consacrés à l’Union ou aux élections européennes.

S’agissant du ton des informations, la couverture des élections de 2009 a adopté un ton à l’égard de l’Europe plus critique. En outre, les sujets consacrés à l’Union sont en général de nature plus critique, avec une part plus importante de sujets polémiques par rapport aux élections précédentes.

L’actualité présentée sous forme de conflits est favorable à la mobilisation

Le choix d’un traitement de l’actualité sous forme de conflits, axé sur les désaccords ou les divergences d’opinion entre acteurs politiques est le plus susceptible de mobiliser, en montrant à l’électorat qu’il existe un enjeu et que des choix doivent être opérés.

La compétition entre candidats à la présidence de la Commission est théoriquement propice à la participation

Vraisemblablement, la nouvelle composante de la campagne introduite par le traité de Lisbonne – i.e. le choix du prochain président de la Commission devrait refléter le résultat des élections européennes – suscitera un intérêt en soi pour les médias.

Pour Claes H. de Vreese, la contestation émanant des élites politiques (sous la forme, par exemple, d’appuis divergents à des candidats préférablement en vue) multiplie la couverture médiatique. Elle est également susceptible d’amplifier la quantité d’actualités présentées sous forme de conflits, dont les effets positifs sur la participation électorale ont été démontrés.

Evidemment, la véritable incidence de cette nouvelle disposition du traité dépendra bien évidemment de la personnalité des candidats, des investissements politiques dans la campagne électorale ainsi que des médias.

Au total, les effets de l’exposition médiatique sur la participation électorale devraient se renforcer si les médias se saisissent de l’innovation que constitue la compétition entre candidats à la tête de la Commission.

Publié dans Médias et Europe | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Des MOOC sur l’Europe au secours de la communication de l’UE ?

Les Massive Open Online Courses (MOOC) littéralement « cours en ligne ouverts aux masses » révolutionnent la formation ouverte et à distance tout au long de la vie. Qu’en est-il des MOOC sur l’Europe pour combler les lacunes en connaissances et compétences de nombreux publics ?

« Comprendre l’Europe » : un MOOC de HEC dédié à l’UE pour renforcer la participation citoyenne européenne

Les innovations sont à tous les étages puisque c’est HEC – l’école hyper-sélective et super-chère – qui lance non seulement le premier MOOC entièrement dédié à l’Union européenne et son fonctionnement mais surtout dans un format de 6 séances accessible à tous et gratuit.

D’ailleurs, HEC présente « Comprendre l’Europe » comme un «  MOOC engagé » qui « défend une plus grande participation des citoyens aux affaires publiques européennes » et « entend apporter une contribution au nécessaire renouveau démocratique européen ».

Ce cours en ligne innovant et militant permettant à chacun de connaître les fondements de l’UE en vue des élections européennes de 2014 vise à :

  • combler le manque de connaissance actuel sur l’UE, son fonctionnement, sa raison d’être ;
  • transformer une construction politique souvent perçue comme abstraite et lointaine en une réalité tangible ;
  • présenter l’Europe non plus comme une contrainte mais comme une opportunité.

« EU modules » : une plateforme d’apprentissage à distance sur l’UE

EU_MOOC

L’Institute for European Studies se lance dans le e-learning avec « EU modules » une plateforme de formation dédiée à l’UE sous forme de webinars.

Basé un modèle payant (de 150 à 300€ par module), les formations certifiées par le monde universitaire sont accessibles à tout moment à quiconque souhaite parfaire ses connaissances et compétences pour bien comprendre, par exemple, les institutions de l’UE et leurs politiques, l’influence européenne dans le droit et les décisions publiques.

Destiné aux étudiants, chercheurs, conseillers politiques, avocats, commerçants et tous ceux qui sont impliqués dans les affaires de l’UE (ou veulent être), « EU modules » permet d’apprendre des informations cruciales sur l’UE d’une manière innovante.

Au total, l’enjeu de la formation, en particulier auprès des publics clés de l’UE que sont les potentiels médiateurs (journalistes, enseignants, élus) se trouve bouleversé par l’arrivée des MOOC sur l’Europe.

Publié dans Communication sur l'Europe, Web et Europe | Marqué avec , | Laisser un commentaire