Série d’été : les grands enjeux de la communication européenne

Lacomeuropéenne prend ses quartiers d’été et propose une rétrospective des principales contributions de l’année sur les grands enjeux de la communication de l’Union européenne…

Vœu que la communication européenne se libère de ses oxymores

La communication européenne doit se libérer de nombreux oxymores :

  • Oxymore entre « l’impact de l’UE dans la vie quotidienne » et les vraies réalisations concrètes de la construction européenne
  • Oxymores incantatoire du « marketing de la marque UE » ou de « l’UE communique avec les citoyens dans les médias sociaux »
  • Oxymore entre les résultats au sens de l’administration et les résultats possibles liés à la communication
  • Oxymore entre souhait idéal de plus de politique / lyrisme politique et potentialité d’un angélisme technocratique exterminateur

En somme, il s’agit de passer d’une logique incantatoire faussement ambitieuse mais « administrativement correcte » puisque respectueuse en façade des objectifs/contraintes/missions de la fonction publique à une démarche crédible vraiment engagée auprès de cibles identifiées, visant in fine des résultats tangibles et reposant sur une politique renouvelée, la pire chose étant à ce stade que l’Europe ne représente plus aucune utilité, aucun intérêt et que le débat ne survive pas.

Pourquoi la stratégie de communication de l’UE est illisible ?

La communication incarnée / personnelle des Commissaires ne fait pas une politique de communication européenne et la communication auprès des citoyens ne fait pas une stratégie de communication européenne

En une phrase, la stratégie de communication de l’UE correspond actuellement à un orchestre dont les instruments seraient désaccordés, chacun jouant sa partition et du coup la mélodie n’est pas harmonieuse et audible.

Déficit de communication de l’UE ou problème de sens de l’Europe ?

C’est l’absence de communication de l’UE qui a finit par laisser penser que la construction européenne n’était pas un projet démocratique alors qu’avec l’ambition que portent les non-Européens sur le projet inédit de l’UE la communication européenne devient une nécessité démocratique et une évidence autour du smart power de la norme.

Quels sont les enjeux démocratiques de la communication européenne ?

1. Montée en puissance de nouveaux mouvements de la société civile

2. Aggravation du déficit démocratique européen

3. Une crise de confiance qui est aussi une crise de communication

4. Une approche expérimentale et participative de la communication politique et publique

5. Le rôle des médias dans la progression de l’euroscepticisme

6. Le nouveau contexte démocratique dans les Etats-membres de l’UE

Respect des prises de parole de la société civile et prise en compte des particularités dans la décision constituent aujourd’hui les deux enjeux démocratiques majeurs de la communication européenne.

Repenser le futur de la communication européenne

Trois choses à comprendre pour revitaliser le futur de la communication européenne :

  • Comprendre la distinction irréfragable entre information et communication, pour que la communication européenne fasse « less but better »
  • Comprendre l’organisation symbolique entre les Etats-membres et l’UE, pour que l’UE agisse et communique sur ses forces : « strong outside and more caring inside »
  • Comprendre la répartition complémentaire entre Bruxelles et l’échelle décentralisée / locale, pour une communication européenne à visage humain

L’avenir de la communication européenne ne peut passer que par une refondation de sa stratégie qui ne vise plus tant à résorber le déficit démocratique de l’UE qu’à reconnecter les citoyens et l’UE ; en somme davantage une question de résultats tangibles que de principes théoriques.

En somme, 2015 pour l’instant n’apporte pas d’espoir de refondation – la communication de l’UE est toujours illisible, faute de comprendre qu’il ne s’agit pas d’un déficit démocratique de l’UE mais d’un problème de sens, d’oxymores à mieux gérer et d’enjeux démocratiques à mieux respecter. Pourtant, son futur, aujourd’hui fragilisé est à porter de main à condition de le repenser en profondeur.

 

Ce contenu a été publié dans Communication de l'UE, Communication sur l'Europe, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>