Quel est le bilan des « primaires » européennes ?

Dorénavant, les principaux partis politiques européens disposent de leurs candidats pour le poste de président de la Commission européenne, conformément aux nouvelles dispositions du traité de Lisbonne. Quel bilan, notamment en termes de visibilité dans les médias et en ligne à l’issue de cette phase de « primaires » européennes ?

Au cours des derniers mois, la première étape des élections européennes s’est déroulée pour la première fois avec la phase des primaires permettant à chaque parti politique européen de choisir – selon des procédures dont l’innovation et la probabilité de diriger l’exécutif européen sont probablement inversement proportionnelles : d’un simple vote des congressistes à bulletin secret pour la droite libérale (ALDE) ou conservatrice (PPE) à des primaires interne pour la gauche (S&D) voire ouverte et en ligne pour les Verts.

Classement de la visibilité médiatique et en ligne des candidats

Avec 63% de part de voix, le candidat de gauche Martin Schulz domine de la tête et des épaules la compétition entre les candidats quant à leur visibilité médiatique et en ligne avec près de 40K de mentions depuis le début de l’année.

primaires_européennes_panoramaAlexis Tsipras, le candidat de l’extrême gauche arrive en seconde position (17%) devant le candidat des libéraux Guy Verhofstadt (10%) au coude à coude avec le duo des Verts Franziska Keller et José Bové (8%). Le dernier candidat « investi » seulement vendredi dernier au congrès du PPE à Dublin, Jean-Claude Juncker, se place en queue de peloton (2%).

Forte visibilité de Schultz dans les médias et bonne performance de Tsipras en ligne

La présence de Martin Schulz dans les médias traditionnels est très supérieure à l’ensemble des autres candidats qui ne bénéficient pas du capital symbolique détenu par l’actuel président du Parlement européen.

primaires_européennes_détailsLa compétition est plus équilibrée sur Twitter et dans les blogs, où Alexis Tsipras parvient à améliorer sa présence relative, sans doute grâce aux ressources militantes actives en ligne.

L’enseignement le plus évident est que la précocité du choix du candidat contribue de manière décisive à la possibilité de constituer un capital médiatico-politique.

Au total, le jeu des « primaires » internes aux partis politiques européens a permis de faire émerger les quelques figures qui devraient animer la campagne électorale, notamment lors du débat télévisé programmé le 15 mai prochain.

Ce contenu a été publié dans Communication sur l'Europe, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>