« Un nouveau récit pour l’Europe » : communiquer une version 2.0 du leitmotiv « la paix par le marché »

Communiquer sur l’Europe, c’est mobiliser – au-delà de l’écume de l’actualité des institutions européennes – tout un référentiel de mémoires, de visions, de croyances qui se doivent d’être communes aux Européens pour faire sens. Le leitmotiv de la construction européenne : « la paix par le marché » est un récit en perte de vitesse, notamment auprès des nouvelles générations. Comment moderniser un « nouveau récit pour l’Europe » ?

Vers « un nouveau récit de l’Europe » formulé par des artistes, des intellectuels et des scientifiques

Une initiative de la Commission européenne : « Un nouveau récit pour l’Europe » tente d’aboutir – avant les élections européennes de 2014 – à la publication d’un manifeste sur les valeurs, la culture et l’histoire qui représentent le lien entre les Européens.

Parce que le récit de l’Union européenne est aujourd’hui de fait dominé par ses principaux bénéficiaires, i.e. les acteurs de la vie économique, l’initiative « Un nouveau récit pour l’Europe » en mobilisant des intellectuels, des artistes et des scientifiques européens souhaite transmettre l’idée que le projet européen n’est pas seulement économique, mais aussi que son avenir vise à rassembler nos différentes valeurs, cultures et nos aspirations.

En juillet dernier, lors du premier des événements organisés à Varsovie, trois thèmes ont été examinés :

  • les valeurs culturelles dont nous avons besoin pour écrire une histoire commune
  • la «diplomatie douce» de l’Europe: les arts, le patrimoine et les sciences
  • l’image et le rôle de l’Europe dans un environnement mondialisé et interdépendant

Elargir la vision de l’Europe est extrêmement salutaire, à la fois pour réinscrire le projet dans une continuité plus longue que les seules dernières décennies de la construction européenne et pour faire une prospective plus large sur les opportunités futures. Mais faut-il pour autant confier cette mission de mise en récit aux artistes, intellectuels et scientifiques ?

Pourquoi aucun historien et aucune réflexion sur la mémoire européenne ?

Quoique conscient de l’importance du passé de l’Europe – cf. «  Nous pouvons et devons relever les défis du monde actuel tout en tenant à distance les vieux démons qui hantent l’Europe » de José Manuel Barroso – aucun spécialiste de l’histoire et de la mémoire européennes ne semble parti prenante du projet.

Surtout, plusieurs initiatives préexistantes autour de cette problématique de dépoussiérer le récit de l’Europe ne semblent pas solliciter alors même qu’elles péréclitent.

D’une part, le programme « l’Europe pour les citoyens » qui prévoit une action autour d’une « mémoire européenne active » tente – sans véritable succès au delà de la journée européenne du souvenir instaurée en août – de « favoriser l’action, le débat et la réflexion dans le domaine de la citoyenneté européenne et de la démocratie, des valeurs partagées, de l’histoire commune et de la culture ». Ce « nouveau récit pour l’Europe » serait une occasion inespérée de relancer cette action pour lui donner un cadre et une mission spécifique.

D’autre part, le projet de maison de l’histoire européenne à Bruxelles qui vise à « mobiliser tous les outils disponibles pour favoriser une meilleure connaissance de l’histoire européenne et de la construction européenne » prévoit de s’ouvrir en 2014. La publication du manifeste sur le « nouveau récit pour l’Europe » – s’il prévoyait une caution historique sérieuse – pourrait constituer une actualité de choix pour lancer cette maison.

Force est de reconnaître que le projet d’un « nouveau récit sur l’Europe » tout en répondant à un besoin latent semble tomber un peu à côté, faute d’une dimension historique et mémorielle.

Ce contenu a été publié dans Communication de l'UE, Communication sur l'Europe, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à « Un nouveau récit pour l’Europe » : communiquer une version 2.0 du leitmotiv « la paix par le marché »

  1. Thibault Fontaine dit :

    « Un nouveau récit pour l’Europe » au-delà d’apporter une histoire joliement bien tournée aux Européens sur le magnifique chantier auquel ils participent et surtout pour lequel ils payent, ou plus simplement de représenter un nouveau outil de communication pour rassembler derrière elle (du même style que Twixx tente de donner une histoire à ces deux barres chocolatées) n’aura que peu de résultats. Oui selon moi, cette démarche aussi intéressante et pleine de bonne volonté soit-elle ne changera rien et ne répondra pas à ces objectifs.
    Si l’on comprend bien que cette Europe à besoin des Européens pour réussir et notamment en terme de crédibilité, les Européens de leurs côtés voient plus difficilement l’intérêt qu’ils ont à gagner eux-même à supporter, à encourager ou même à s’intéresser à cette Europe qui ne les consulte que quand l’envie lui prend. Et tant que ce sentiment régnera, « un nouveau récit pour l’Europe » ne sera qu’une tentative ratée d’avance. Sur la base de cette nouvelle initiative, on pourrait croire que selon nos représentants Européens, il n’y a qu’un problème de visibilité et d’intérêt des européens sur ce projet de l’Europe, et ouvrir une nouvelle approche répondrait à ce problème. En réalité, c’est un problème de confiance et surtout de sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>