L’UE gagne-t-elle à être davantage connue ?

Les citoyens ont besoin d’informations factuelles pertinentes afin de contrôler les performances de l’UE et de maintenir les élites politiques européennes responsables de leurs actions. Si les citoyens manquent d’information sur ce que les dirigeants de l’UE font et comment ils le font, il devient difficile d’évaluer l’UE. Et pourtant, c’est précisément ce qui semble être le problème…

A l’occasion du Conseil européen de décembre 2008 portant sur l’adoption du paquet climat-énergie, d’un plan de relance et la ratification du traité de Lisbonne après le non irlandais en juin 2008 – un sommet européen particulièrement « fertile » pour étudier la dynamique entre informations et jugements sur l’UE – des chercheurs ont étudié : « The impact of information acquisition on EU performance judgements ».

Est-ce que l’information influence le jugement des citoyens sur la performance de l’Union européenne ? Autrement dit, les citoyens changent-ils réellement leurs évaluations préexistantes de l’UE après avoir acquis de nouvelles informations ?

Effet théorique de l’information « indécis » sur les jugements de la performance de l’UE

Est-ce que des gains d’informations sur l’UE changent les jugements individuels sur les performances de l’UE ?

  • D’une part, l’information devrait avoir un grand potentiel pour changer les opinions existantes sur l’UE parce que ces opinions sont généralement moins établies et informées ;
  • D’autre part, les opinions sur la performance de l’UE se seraient progressivement mieux établies et les citoyens auraient déjà fixé cette performance bien avant qu’ils ne reçoivent de nouvelles informations…

Donc, d’un point de vue théorique, il est difficile de savoir si de nouvelles informations importent réellement sur les évaluations de performance dans le cadre de l’UE.

Dans le contexte politique et informationnel de l’UE, ces nouvelles informations à elles seules ne suffisent pas parce que les enjeux de compréhension sont trop élevés – et les enjeux de motivation trop faible – pour que les citoyens s’engagent dans un effort de réévaluation initiale de leurs jugements.

Mais au milieu de cette incertitude, une proposition intuitive et logique: de nouvelles informations portant directement sur les jugements de l’UE devraient être plus lourdes de conséquences pour juger de la performance de l’UE.

Effet pratique de l’information « partiel » sur les jugements de la performance de l’UE

Les chercheurs établissent une distinction entre des jugements sur la « performance utilitaire de l’UE » (la capacité de l’UE à apporter des avantages et offrir des biens souhaités) et la « performance démocratique de l’UE » (la capacité du fonctionnement institutionnel de l’UE à produire des résultats justes et équitables).

Les résultats de l’étude suggèrent que les citoyens qui ont acquis des informations sur les performances de l’UE ont amélioré leur approbation de la performance utilitariste de l’UE mais ne changent pas leur opinion au sujet de ses pratiques démocratiques.

Autrement dit, des citoyens mieux informés sur l’activité de l’UE semblent mieux apprécier les résultats mais demeurent sévères quant à la manière d’y parvenir. Un citoyen mieux informés sur l’UE améliore son jugement utilitaire mais pas son jugement démocratique de la performance de l’UE. Et un citoyen moyennement informé semble être touché le plus significativement par l’apport d’information sur l’UE.

Conclusions

Les citoyens qui acquièrent des informations sur les actions européennes font une « utilisation » de telles informations pour réévaluer leurs jugements sur l’UE. En d’autres termes, l’influence de faits bruts sur ce que fait l’UE peut être suffisamment puissant pour provoquer un changement significatif du jugement des citoyens sur l’UE.

L’impact global de l’acquisition d’information est globalement positif sur les changements dans le jugement de la performance utilitaire mais produit peu de changement dans les évaluations des pratiques démocratiques de l’UE.

Il y a un grand groupe au milieu de citoyens moyennement informés sur l’UE qui sont clairement sensibles aux informations factuelles sur les activités de l’UE. C’est précisément cette information sur ce que fait l’UE qui permet aux citoyens de mieux évaluer l’UE sur ses propres mérites.

Au total, l’amélioration des jugements sur la performance – au moins utilitariste – de l’UE repose sur la disponibilité de l’information pertinente sur l’UE au sein et à travers les médias destinés aux citoyens moyennement informés sur l’UE, partout en Europe.

Ce contenu a été publié dans Communication de l'UE, Médias et Europe, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>