Quand l’UE veut faire le branding d’un nouveau récit sur l’Europe

Conscient que l’UE est au milieu d’une crise grave et que le soutien des citoyens est à son plus bas record, la Commission européenne estime qu’il y a « un besoin urgent pour un nouveau récit sur l’UE ». Le projet-pilote : «The branding of a new narrative on Europe » y répond et vise – en toute modestie et pour 500 000 euros – à faire « survivre l’UE » et « regagner la confiance des citoyens dans l’UE »…

Créer la nouvelle identité de marque de l’Europe

Le projet pilote va initier un processus de « branding » de l’UE où des personnalités éminentes et des leaders d’opinion du secteur de la création seront réunis pour élaborer un nouveau récit sur l’Europe.

La tâche sera de « réinterpréter le récit existant de la paix par le commerce au-delà des frontières » et d’« identifier une nouvelle vision de l’UE qui n’est pas seulement sur l’économie et la croissance, mais aussi sur l’unité culturelle et les valeurs.

Selon la présentation du projet-pilote, « ceci est nécessaire pour que les citoyens croient dans le projet de l’UE » et pour renforcer le soutien du public pour l’UE.

Mobiliser des professionnels de la publicité pour le re-branding de l’Europe

Le processus devrait être régie par des professionnels des marques qui s’assureront que les travaux et les résultats du groupe soient effectués de manière contrôlée.

Le groupe examinera ce que la perception actuelle de l’Europe est et fera des suggestions concrètes sur la façon de créer une nouvelle identité de marque de l’Europe contenant un nouveau récit.

Ce récit doit correspondre aux valeurs de base et à l’histoire de l’UE et décrire les aspects culturels qui unissent les citoyens en Europe.

Objectifs du projet pilote :

  1. Produire un nouveau récit sur l’Europe fondé sur le récit de la paix par le commerce.
  2. Créer un récit qui placera l’Europe dans un contexte global conforme au nouvel ordre international.
  3. Raviver l’esprit européen et rapprocher l’UE de ses citoyens.
  4. Afficher la valeur de l’UE auprès de ses citoyens.
  5. Identifier les valeurs culturelles qui unissent les citoyens au-delà des frontières.

Dans le cadre de la négociation budgétaire avec le Parlement européen (cf. p. 44), il est suggérer qu’il faudra créer un comité culturel pour l’organisation d’un événement de lancement, trois événements majeurs afin de discuter et de faire connaître le manifeste final issu des travaux.

Au total, il s’agit d’un projet-pilote un peu démiurgique qui intrigue plus qu’il ne convainc. Affaire à suivre.

Ce contenu a été publié dans Communication de l'UE, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Quand l’UE veut faire le branding d’un nouveau récit sur l’Europe

  1. Craig Willy dit :

    Deux pensées :
    1) « The pilot project will initiate a branding process where central figures and opinion makers from the creative sector will be brought together to formulate a new narrative on Europe. » Il parle de quoi au juste ? Trouver des peoples, des éditocrates et médias pour vendre l’Europe ? Comme le « Ich will Europa » de Merkel ? Ou juste pour élaborer la stratégie ?

    2) Qu’il passe de l’économie pour se focaliser sur le commerce, la culture et la paix me paraît éminemment intelligent. C’est une reconnaissance implicite : l’économie ne marchera pas en Europe pendant encore des années. Il se repli sur ce qui marche, peut-être qu’il prépare, psychologiquement, à ce qu’on sauve le bébé même si on jette l’eau (éventuel éclatement de l’euro).

    3) Je suis toujours un peu indifférent à ces campagnes *pan-européennes ». Si le but c’est de réellement influer sur l’opinion et avoir des réalisations concrètes, il faut vendre *au niveau national*. Et chaque campagne doit être vraiment adaptée aux réalités, aux références, et à l’opinion d’un pays donné. On peut regretter que dans ce cas les institutions n’aurait alor pas *un* message pan-européen qui promeuverait un conscience européenne. Mais je le fait est que, à que faire du pan-européen, on fait trop, trop, trop souvent de l’euro-pudding qui ne parle à personne.

  2. Craig Willy dit :

    Trois pensées :
    1) « The pilot project will initiate a branding process where central figures and opinion makers from the creative sector will be brought together to formulate a new narrative on Europe. » Il parle de quoi au juste ? Trouver des peoples, des éditocrates et médias pour vendre l’Europe ? Comme le « Ich will Europa » de Merkel ? Ou juste pour élaborer la stratégie ?

    2) Qu’il passe de l’économie pour se focaliser sur le commerce, la culture et la paix me paraît éminemment intelligent. C’est une reconnaissance implicite : l’économie ne marchera pas en Europe pendant encore des années. Il se repli sur ce qui marche, peut-être qu’il prépare, psychologiquement, à ce qu’on sauve le bébé même si on jette l’eau (éventuel éclatement de l’euro).

    3) Je suis toujours un peu indifférent à ces campagnes « pan-européennes ». Si le but c’est de réellement influer sur l’opinion et avoir des réalisations concrètes, il faut vendre *au niveau national*. Et chaque campagne doit être vraiment adaptée aux réalités, aux références et à l’opinion d’un pays donné. On peut regretter que dans ce cas les institutions n’auraient alors pas *un* message pan-européen qui promeuverait un conscience européenne. Mais le fait est que, à que faire du pan-européen, on fait trop, trop, trop souvent de l’euro-pudding qui ne parle finalement à personne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>