Quelles sont les conséquences de l’indifférence à l’Europe sur la communication politique française ?

Dans « Monnet for Nothing? France’s Mixed Europeanisation », Olivier Rozenberg analyse le contraste entre l’engagement discursif pro-européen de la plupart des élites françaises et l’expression régulière de réticences dans la société et les partis de protestation. Pourquoi à mesure que l’UE exerce un poids croissant dans les politiques publiques, la communication politique française semble réduire la place ou le soutien accordé à l’UE ?

L’indifférence de l’UE = le silence dans la communication des partis politiques de gouvernement

La relation nuancée des partis politiques de gouvernement à l’UE invite à dresser plusieurs constats ambivalents autour d’une relation indifférente à l’UE : le « consensus permissif » s’effrite et le silence s’installe dans la communication gouvernementale.

Les données sur la perception de l’UE dans l’opinion publique via les enquêtes Eurobaromètres indiquent que le sentiment pro-européen continue de dominer en dépit d’une érosion à long terme et d’une progression de l’« euro-indifférence ».

Résignation et désintérêt sont plutôt les attitudes majoritaires des citoyens ordinaires français envers l’UE, que ce soit le fait d’un manque de visibilité réelle de l’Europe dans la vie ordinaire ou que l’autonomisation de l’UE au détriment de l’État-nation ne soit pas un sujet de préoccupation.

Par conséquent, le « consensus permissif » d’une opinion publique indifférente laissant faire la construction du projet d’intégration par les élites politiques s’effrite au sein de l’opinion publique.

La relative continuité de l’engagement européen des partis de gouvernement qui alterne au pouvoir depuis une trentaine d’années se paie au prix d’un affaissement de la communication gouvernementale sur l’Europe. Ce silence a un coût.

L’indifférence à l’UE = l’euroscepticisme et la radicalisation dans la communication des partis politiques de protestation

A rebours d’une communication sur l’Europe réduit au sein des partis politiques de gouvernement, l’euroscepticisme et la radicalisation progresse dans les partis politiques de protestation.

D’une part, l’Euroscepticisme se développe dans la communication des partis politiques :

  • euroscepticisme traditionnaliste de l’extrême droite opposé au projet de construction européenne ;
  • euroscepticisme souverainiste de la droite républicaine, éclaté entre familles politiques néo-gaullistes ;
  • euroscepticisme « naturaliste » du mouvement faisant l’éloge de la de chasse, du localisme et de la vie rurale ;
  • euroscepticisme de gauche des mouvements « alter-mondialisation », décuplé depuis l’échec du référendum de 2005.

Même si l’UE n’a pas changé de façon spectaculaire la manière de faire de la politique en France – les opinions dans les partis politiques et chez les citoyens vis-à-vis de l’UE se structurant toujours en fonction d’attitudes fondées sur le/l’(anti)libéralisme culturel et économique – l’instrumentalisation de ces opinions par les partis non-gouvernementaux jouent au détriment de l’UE.

Dans un écho « ironique » à l’indifférence molle à l’UE au sein des partis de gouvernement, la radicalisation sur des questions non européennes tend à alimenter l’euroscepticisme dans la société par capillarité et sédimentation progressives.

Au total, le choix de la plupart des dirigeants politiques de mener une stratégie d’évitement des questions européennes conduit à ce que les clivages internes européennes au sein de l’opinion publique ne sont pas activés par l’offre politique. S’installe ainsi une « indifférence mortelle » des élites politiques qui risquent de nourrir l’euroscepticisme lors des prochaines échéances électorales européennes.

Ce contenu a été publié dans Communication sur l'Europe, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>