Ambiguïtés de la campagne de communication « Je veux l’Europe »

Envoyer « un signal positif pour une Europe forte », c’est le défi revendiqué par la campagne de communication «Je veux l’Europe» (« Ich will Europa »: ich-will-europa.de) annoncée dans la stratégie du ministère fédéral des Affaires étrangères et lancée récemment en TV, presse et sur Internet par onze fondations allemandes. Selon l’intention que l’on prête à la campagne, la perception s’en trouve radicalement changée…

Intention réduite, perception partisane décuplée : instrumentalisation efficace des enjeux européens à des fins électorales

La campagne « Je veux l’Europe » peut être perçue comme un exercice de politisation de la question européenne parce qu’« Angela Merkel s’est chargée elle-même du discours de bienvenue de cette campagne de communication », selon Le Figaro qui constate que « la chancelière ne se contente pas de proclamer son attachement, elle veut aussi faire avancer son projet d’intégration européenne ».

Le message de la campagne dont le slogan est « Je veux l’Europe », vendue avec une vidéo de Merkel risque d’être compris comme « Je veux l’Europe de Merkel », ce qui ne peut que susciter des interrogations sur les intentions relatives aux impressions laissées auprès du public par cette campagne pro-européenne, selon Lost in Europe qui précise que Berlin se prépare pour les élections générales.

D’ailleurs, Lost in Europe confirme que « la politique intérieure est le poison de la campagne tout entière : le plan original était que l’ancien ministre des Affaires étrangères Fischer soit impliqué avec son successeur et actuel titulaire du poste Westerwelle ». Mais, cette campagne très louable pour l’Europe fut perçue par certains comme une « campagne pour Westerwelle ».

Intention ambitieuse, perception européenne étriquée : promotion hasardeuse d’une idée européenne brouillonne

A contrario, la campagne « Je veux l’Europe » envisagée comme « une déclaration d’amour à l’Europe (…) parrainée par le président allemand Joachim Gauck (…) sous la bannière bleue étoilée de personnalités, dont le capitaine de l’équipe de football d’Allemagne Philipp Lahm ou le patron d’EADS Thomas Enders », selon Le Figaro, peut également être perçue comme un exercice de promotion hasardeux d’une idée européenne brouillonne.

Brouillonne, la confusion créée autour du message, mélangeant les visions et les opinions quant à l’avenir de la construction européenne. Hasardeux, le choix d’une campagne très institutionnelle « 1.0 » qui s’appuie sur des personnalités du monde du sport, de la culture, de la politique ou de l’économie alors que c’est l’opinion des citoyens « de base » qui vacille sur l’Europe.

Selon la dépêche AFP, « dans un sondage publié par le journal dominical Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung à la mi-août, seule la moitié des Allemands (50%) se disait favorable à un maintien dans la zone euro en cas de référendum sur le sujet ». Une campagne plus interactive et participative aurait été plus adaptée pour laisser les doutes s’exprimer et se lever par la discussion.

Ainsi, l’ambiguïté de la campagne de communication « Je veux l’Europe » risque d’en limiter les résultats.

Ce contenu a été publié dans Communication sur l'Europe, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Ambiguïtés de la campagne de communication « Je veux l’Europe »

  1. Craig Willy dit :

    C’est purement électoraliste (c’est un peu tôt) ? Ou est-ce qu’elle prépare l’opinion pour un tournant dans sa politique européenne ? Elle va proposer encore un nouveau Traité bientôt..

  2. Cédric dit :

    Une campagne plus interactive et participative n’apporterait rien de plus! Cela fait juste 50 ans que les Allemands payent sans broncher pour les pays du Club Med et qu’en période de crise, dans un pays qui a retrouvé sa fierté nationale, on demande dorénavant des comptes aux partenaires européens, rien de plus!

    Si la France (au hasard) fait enfin des réformes structurelles pour assainir ses finances pour se montrer crédible auprès des Allemands, et si elle accepte des transferts de souveraineté pour garantir un minimum de bonne gestion dans toute la zone euro, alors les Allemands n’auront plus cette sale impression d’être le tiroir-caisse de l’Europe. Vas t’en expliquer cela au pouvoir français qui n’a pas compris que la grandeur gaullienne appartient au passé…

    Bref, cette campagne a du bon, mais elle ne risque pas de changer fondamentalement la donne.

  3. Craig Willy dit :

    @Cédric – Je suis vraiment en désaccord complet ton sentiment, mais c’est pas vraiment le bon billet pour aborder ce sujet.

    @Michael -En effet. Il y a tellement de variables inconnues que c’est vraiment difficile de prévoir le cours des choses. Ça sera en tout cas une rentrée intéressante !

  4. Michael Malherbe dit :

    Merci pour vos commentaires.

    @Craig La décision attendue le 12/09 de la Cour constitutionnelle allemande de Karlsruhe au sujet du mécanisme européen de stabilité. Dans la mesure où le dispositif représente un renforcement des pouvoirs communautaires, il ne peut faire l’objet que d’une entrave à la souveraineté nationale allemande. La Cour s’apprêterait donc, selon certains, à bloquer la ratification… L’idée d’un nouveau traité devient une nécessité pour Angela Merkel, qui tire bénéfice de cette campagne de communication sur l’Europe pour préparer l’opinion à ses futures annonces.

    @Cédric Nous partageons le même sentiment d’une campagne de communication un peu gâchée. Certes, une simple campagne ne peut pas changer profondément l’opinion de la société allemande. Mais, une campagne plus à même d’activer le public, de le faire participer – sans se contenter d’une simple sensibilisation – aurait été juste un peu plus efficace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>