Les grandes dates de la communication de l’Union européenne

Découvrez à travers 24 événements les principales étapes de la politique de communication de l’UE :

• « Europcom », le 1er colloque européen sur la communication publique en Europe et sur l’Europe – 12 octobre 2010

Du 12 octobre au 14 octobre 2010, à Bruxelles, plus de 400 communicants publics de toutes les institutions et services publics des différents niveaux de pouvoirs des 27 États-membres de l’UE se sont retrouvés pour aborder les enjeux de la communication publique en Europe et sur l’Europe.

• Plan d’action de Viviane Reding pour améliorer la communication de la Commission européenne – 21 juin 2010

La stratégie de Viviane Reding en matière de communication de l’UE semble davantage préoccupée par les médias traditionnels et les pratiques politiques plutôt que porté par les opportunités des médias sociaux et les pratiques citoyennes : – Professionnalisation du personnel et des outils – Centralisation des prises de parole généralistes – Personnalisation autour de Barroso 14 mesures pour développer et renforcer la vocation servicielle de la DG Communication.

• Entrée en fonction de Viviane Reding, Vice-Présidente, Commissaire désignée pour la justice – 10 février 2010

Nouvelle position rétrogradée pour la communication au sein du Collège des Commissaires – Margot Wallström était « Première Vice-présidente de la Commission européenne responsable de la stratégie de communication » tandis que Viviane Reding n’est pas explicitement titulaire de ce dossier.

• Lettre ouverte au président Barroso et aux futurs Commissaires afin d’ »exploiter la puissance d’Internet » – 12 janvier 2010

La communauté des éditeurs et des webmasters de la Commission européenne rédige une lettre ouverte afin d’« exploiter la puissance d’Internet pour une meilleure communication » grâce à la consolidation et l’amélioration d’une information claire, précise et mise à jour sur le portail Europa ainsi que la création d’une culture de communication interne qui encourage et habilite le personnel à utiliser Internet et les nouveaux médias pour interagir avec les citoyens. En mai, Viviane Reding leur répond qu’« Internet doit être un élément essentiel de nos efforts pour communiquer » dans un contexte de « croissance zéro des ressources humaines en communication ».

•  Campagne de communication officielle du Parlement européen pour les élections européennes – 17 mars 2009

Seule institution européenne dont les membres sont élus au suffrage universel direct, le Parlement européen réalise une campagne de communication unique dans les 27 États membres pour mobiliser un électorat tenté par l’abstention. Le message de cette campagne est relatif au choix en s’inscrivant dans une démarche non partisane ne favorisant aucun choix particulier. Le budget de la campagne s’élève à environ 18 millions d’euros, rapporté aux 375 millions d‘électeurs potentiels, cela signifie un budget de cinq centimes d’euros par citoyen.

• Déclaration de principe sur la politique de communication de la Commission européenne – 11 mars 2009

La mission de communication de la Commission européenne est l’une des priorités de la Commission européenne, pleinement intégrée dans l’ensemble de ses activités opérationnelles, qui consiste à assurer la communication concernant l’UE et ses politiques. Cette priorité reflète l’engagement de la Commission à l’égard de la démocratie, du dialogue et de l’échange de vues. La communication participe de la démarche politique qui vise à créer, chez les citoyens, un sentiment d’appropriation des politiques de l’UE et à établir une sphère publique européenne.

• Déclaration politique des institutions de l’Union européenne pour communiquer en partenariat – 22 octobre 2008

Les institutions européennes (Conseil de l’UE, Commission et Parlement européen) décident de « mettre en place une synergie » à travers une déclaration politique visant à créer une démarche pragmatique de partenariat fondé sur le choix annuel de priorités conjointes de communication et sur une coopération concrète entre les services de communication des États membres et des institutions.

• EuroparlTV, la webTV du Parlement européen  - 17 septembre 2008

Doté d’un budget de 9 millions d’euros par an, EuroparlTV vise « à diffuser en direct des événements parlementaires proprement dits, et à mieux faire découvrir l’activité de l’institution, via des portraits de parlementaires, interviews et débats ». Les vidéos – traduites dans plus de vingt langues – sont classées dans des rubriques très ouvertes à l’internaute : « Votre Parlement », « Votre point de vue », « Jeune Europe » et « Parlement en direct ».

• Avis du Comité économique et social européen (CESE) « Comment concilier dimension nationale et européenne dans la communication sur l’Europe » – 10 juillet 2008

Béatrice Ouin, rapporteur, estime que la politique de communication européenne doit reposer sur : – un socle commun de connaissances sur l’Europe (kits à destination des élèves) ; – une base commune d’information dans les médias européens (packs multimédias pour les journalistes) ; – communiquer sur le projet européen via des formations sur l’UE (valeurs et réalisations) aux journalistes, aux élus locaux, aux enseignants et à la société civile organisée.

• Communiquer sur l’Europe dans les médias audiovisuels – 24 avril 2008

La Commission veut contribuer à une meilleure information des citoyens et assurer une couverture plus large des affaires européennes sur les stations de radio, les chaînes de télévision et les plateformes multimédias « en encourageant la coopération et les échanges entre les organismes de radio et de télévision et en proposant gratuitement des produits audiovisuels ». Cette stratégie vise à donner aux citoyens européens les moyens de s’informer sur leurs médias de prédilection et créer à terme une sphère publique européenne.

• «Debate Europe» — Exploiter les réalisations du Plan D comme Démocratie, Dialogue et Débat – 2 avril 2008

Bilan du Plan D entre 2005 et 2007, notamment six projets de consultation des citoyens coordonnés par des organisations de la société civile, ainsi que des projets locaux axés sur les femmes et sur les jeunes : l’adhésion du public à l’UE ne peut se construire que par un débat ouvert à la participation des citoyens. Alors que la stratégie du Plan D consistant à «mieux écouter, mieux expliquer et agir localement», la nouvelle phase pour 2008 et 2009 prend le nom de « Debate Europe » et vise à mettre les citoyens en relation avec les décideurs politiques afin de briser le cloisonnement entre questions nationales et européennes.

• « Euranet », le réseau européen de radios – 26 février 2008

Un consortium regroupant 16 stations radiophoniques issues de 13 États membres de l’UE qui diffuse quotidiennement des programmes traitant de l’actualité européenne pour une audience estimée de 12 à 19 millions d’auditeurs par jour dans l’UE.

• Communiquer sur l’Europe par Internet : faire participer les citoyens – 3 octobre 2007

Le portail EUROPA, lancé en février 1995, est rapidement devenu la principale référence pour les informations sur l’Union européenne, ses activités et ses politiques. La Commission lance une nouvelle stratégie visant à intégrer la culture Internet et à exploiter les possibilités de la communication en ligne en vue d’élargir le débat sur l’UE. Le défi est double : réorganiser le site EUROPA et susciter l’intérêt et le dialogue ouvert et en temps réel sur les affaires européennes.

• Communiquer sur l’Europe en partenariat – 3 octobre 2007

Parce que la communication sur l’Europe ne doit pas être “l’affaire de Bruxelles”, la Commission a besoin du soutien des autres institutions et des États membres. Tous les acteurs concernés doivent communiquer de façon cohérente et intégrée sur l’action européenne : mise en place de partenariats de gestion, basés sur des plans de communication communs, avec les États membres qui le souhaitent, développement d’une collaboration plus étroite avec les institutions européennes à travers un accord interinstitutionnel sur la communication afin de donner des priorités de l’UE en matière de communication et de convenir de la stratégie de la communication de l’Union.

• Lancement d’un concours de recrutement dans le domaine de la communication et de l’information – 28 février 2007

Premier concours destiné aux spécialistes de la communication, l’Office de sélection du personnel (EPSO) lance une procédure pour répondre aux besoins des institutions européennes en personnel hautement qualifié dans le domaine de la communication et de l’information, Le concours d’administrateurs vise à recruter du personnel qui se verra confier des tâches d’analyse, de conception, d’étude, de conseil et de rédaction. Les lauréats du concours d’assistants effectueront de tâches d’assistance, de soutien et de logistique.

• « EUTube », la chaîne de vidéos de l’UE sur YouTube – 3 mars 2006

La Commission européenne lance une chaîne sur YouTube. Un mois et demi après le lancement, plus d’un million de visites et près de 7 millions de vidéos ont été visionnées.

• Livre blanc sur une politique de communication européenne : “Combler le fossé entre l’Europe et ses citoyens » – 1 février 2006

Nouvelle approche, plus démocratique, de la communication entre l’UE et ses citoyens, en prévoyant le passage : – d’une communication à sens unique vers un dialogue renforcé; – d’une communication axée sur les institutions vers une communication axée sur les citoyens; – d’une conception venant de Bruxelles vers une démarche plus décentralisée. Le livre blanc définit cinq grands domaines d’action : – Définir des principes communs et une vision commune de la politique de communication de l’UE. – Impliquer les citoyens : améliorer l’éducation civique, créer une relation entre les Européens et renforcer les liens entre les citoyens et les institutions. – Collaborer avec les médias et utiliser le potentiel offert par les technologies de l’information comme Internet. – Comprendre l’opinion publique européenne via un réexamen de la méthodologie des sondages Eurobaromètre. – Agir ensemble en établissant un partenariat entre tous les acteurs concernés (institutions européennes, États membres, collectivités locales et régionales, partis politiques et organisations de la société civile). Le livre blanc est le premier document de la Commission à mentionner le concept de sphère publique européenne.

• Plan D comme Démocratie, Dialogue et Débat – 13 octobre 2005

A la suite des «non» référendaires français et néerlandais à la Constitution européenne, le plan D cherche à stimuler la communication et le débat sur les activités de l’UE en répondant à la nécessité d’être à l’écoute des attentes des citoyens. Autour de trois principes stratégiques : « mieux écouter », « mieux expliquer » et « agir localement pour associer les citoyens à la réflexion », le plan D amène les gens à débattre de l’UE et des politiques européennes, et les responsables politiques à écouter les citoyens.

• Plan d’action de la Commission relatif à l’amélioration de la communication sur l’Europe – 20 juillet 2005

Dispositif interne à la Commission comprenant 50 mesures concrètes à prendre afin d’assurer une communication plus efficace sur l’Europe, soutenue par une approche moderne et plus professionnelle dans tous les services. La Commission doit donc mettre de l’ordre dans ses propres affaires, par une organisation plus efficace et une meilleure utilisation tant des ressources humaines que des ressources financières, ainsi que des outils et des services de communication.

• Entrée en fonction à la Commission de Margot Wallström au poste de vice-présidente chargée des relations inter-institutionnelles et de la stratégie de communication – 22 novembre 2004

A un poste inédit, Margot Wallström doit contribuer à l’élaboration d’une nouvelle approche de la communication européenne, qui place les citoyens au centre des politiques de l’Union. Les principaux objectifs de son mandat : – mettre fin au “jeu des reproches” et créer une nouvelle culture de coopération entre les institutions, – développer un “sentiment d’appartenance commun” afin de partager plus largement le projet européen, – “reconnecter” les citoyens grâce à une nouvelle stratégie insérant la communication à un stade précoce, – mettre en place une “infrastructure démocratique transeuropéenne” pour un débat allant de la base au sommet.

• Conseil européen de Bruxelles : nécessité de sensibiliser davantage les citoyens à l’Union et à ses réalisations – 17 juin 2004

Les 17 et 18 juin 2004, les chefs d’État ou de gouvernement des Vingt-cinq adoptent à Bruxelles le traité établissant une Constitution pour l’Europe. Ils reconnaissent la nécessité de sensibiliser davantage les citoyens à l’importance du travail accompli par l’Union et à son incidence pour leur vie quotidienne. La Commission doit proposer que l’Union relève ce défi par une politique commune de la communication.

• La mise en oeuvre de la stratégie d’information et de communication de l’Union européenne – 20 avril 2004

Adoption d’une approche réaliste et progressive reposant sur deux axes majeurs : – une capacité pour l’UE d’élaborer et de diffuser des messages adaptés et ciblés sur ses différents thèmes d’information prioritaires, – un partenariat volontaire et opérationnel avec les États membres permettant de développer une réelle mise en synergie des structures et capacités des États membres en complément des actions de l’UE. Par ailleurs, une meilleure coordination des moyens propres de la Commission tant en ce qui concerne ses outils de communication que sa culture interne de communication.

• Une stratégie d’information et de communication pour l’Union européenne – 10 février 2002

Élaboration d’une stratégie d’information et de communication de l’UE, globale et cohérente, devant permettre de développer une meilleure perception de son existence et de son rôle par ses citoyens. Pour la 1e fois, propose d’établir le socle de base nécessaire au développement d’une politique de communication commune aux institutions européennes.

• Un nouveau cadre de coopération pour les activités concernant la politique d’information et de communication – 27 juin 2001

La Commission propose aux institutions européennes et aux États-membres un nouveau cadre de coopération. Une hypothétique synergie volontaire, qui devrait permettre d’améliorer la perception de l’UE, de ses institutions et de leur légitimité.

• Conseil européen d’Helsinki : unir les efforts pour diffuser des informations générales coordonnées – 10 décembre 1999

Les 10 et 11 décembre 1999, les chefs d’État et de gouvernement demandent au Parlement européen, au Conseil et à la Commission d’unir leurs efforts pour diffuser des informations générales coordonnées sur l’Union et pour optimiser l’utilisation des ressources.

 

Ce contenu a été publié dans Communication de l'UE, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>