Corrélation entre connaissance du fonctionnement de l’Union européenne et soutien à l’intégration européenne ?

Réalisé par la Direction Générale Communication de la Commission européenne à la suite de sa création en mai 2006, l’Eurobaromètre : « Les citoyens européens et l’avenir de l’Europe. Étude qualitative dans les 25 Etats membres » soulève la question de savoir dans quelle mesure une meilleure connaissance du fonctionnement de l’UE (objectifs, institutions et politiques) favorise un meilleure soutien des citoyens à l’égard de l’intégration communautaire ?

Méconnaissance caractérisée du fonctionnement de l’UE

Les institutions communautaires sont mal ou très mal identifiées par les Européens :

  • le Parlement européen : la meilleure notoriété, « même quand on n’en connaît que le nom, celui-ci suggère simplement un organe de même nature que celle d’un Parlement national » ;
  • la Commission européenne : souvent connue de nom, mais son rôle est généralement flou – parfois un organe de « supervision » ou de « contrôle », ce qu’elle n’est pas ; rarement un rôle d’initiative ou de « proposition », ce qu’elle est ;
  • le Conseil : pratiquement inconnu en tant qu’institution et confusion évidente entre Conseil européen et Conseil de l’Union européenne.

Par ailleurs, les attributions respectives des différentes institutions et les modes de prise de décisions sont toujours perçus comme complexes et pratiquement ignorés.

Les analystes concluent que « dans tous les cas, les perceptions sont extrêmement confuses, et hypothétiques, quand elles ne sont pas purement et simplement inexistantes ».

Ainsi, les Européens seraient « incapables d’émettre une opinion fondée au-delà de leurs impressions plutôt négatives, avec l’idée de complexité, d’opacité, de lenteur des processus ou de faible efficacité ».

Réactions contrastées à une présentation résumée du fonctionnement de l’UE

Le fonctionnement institutionnel de l’UE est ainsi résumé :

  • l’UE fonctionne selon le principe de partage de souveraineté ;
  • les États-membres se mettent d’accord pour prendre des décisions communes prises à l’unanimité ou à la majorité qualifiée au sein du Conseil et adopter une législation commune dans certains domaines – ces décisions doivent également être votées par le Parlement européen ;
  • dans d’autres domaines, les décisions restent de la responsabilité de chaque pays, sans aucune intervention de l’Union européenne.

Les réactions des Européens indiquent que cette présentation :

  • clarifie des notions jusque là très largement incomprises ;
  • accrédite l’idée que l’UE n’est pas, ou est moins une « hydre tentaculaire » cherchant à intervenir dans tous les domaines puisqu’il en reste qui sont de la compétence nationale exclusive ;
  • montre que les décisions ne sont pas prises par des responsables totalement anonymes dans une « tour d’ivoire ».

Néanmoins, cette présentation « ne suffit pas à informer pleinement et à entraîner l’adhésion », des critiques et des questions étant émises sur :

  • les domaines respectifs de compétences communautaire et nationale : des exemples concrets seraient nécessaires ;
  • les domaines respectifs de décisions à la majorité ou à l’unanimité – même demande de précisions sur les champs d’application ;
  • la réalité de l’application de ces principes dans la pratique, en particulier la souveraineté partagée et la majorité qualifiée.

Ainsi, les Européens ne seraient pas fondamentalement influencés dans leur opinion sur la construction européenne par une meilleure compréhension du fonctionnement de l’UE.

Ce contenu a été publié dans Opinion publique européenne, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>