Audit des sites web des dernières présidences de l’UE

A la veille de la Présidence française de l’UE, un retour sur les sites web des dernières présidences de l’UE peut s’avérer instructif… Comment le contenu est organisé ? Quels services sont proposés ? Quelle évolution ?

Les sites web audités

Des rubriques structurellement identiques

  • Présidence du Conseil : message d’accueil, programme de travail et priorités, FAQ
  • Domaines politiques : les différentes formations du Conseil de l’UE (Conseil européen ; Affaires générales et relations extérieures ; Affaires économiques et financières ; Justice et affaires intérieures ; Emploi, politique sociale, santé et consommateurs ; Compétitivité ; Transports, télécommunications et énergie ; Agriculture et pêche ; Environnement ; Éducation, jeunesse et culture)
  • Calendrier : réunions et manifestations
  • Actualité : informations et documentations (communiqués de presse, déclarations, discours et interventions)
  • Médias : photothèque, galeries audio et vidéo
  • A propos de l’UE : présentation des institutions communautaires
  • Bienvenue : présentation de l’Etat membre

Des services tendanciellement en hausse

  • De l’information en direct : RSS / Podcast / Streaming live audio et vidéo / Bulletins d’information
  • Des accès direct au « rich media » : archives photos, audio et vidéo
  • Des fonctionnalités ludiques : Quiz / Carte postale électronique / Informations de voyage / Météo

Une structure hiérarchiquement organisée

  • Header : choix des langues (anglais, français, langue nationale) liens (page d’accueil, plan du site, mentions légales et contacts) moteur de recherche
  • Rubriques à l’horizontale
  • Bloc menu à gauche : pages intérieures des rubriques
  • Blocs à droite : calendrier et services
  • Baseline : accessibilité, impression et recommandation de la page

Une critique globalement partagée

Certes, le contenu est facilement identifiable, mais le multimédia est insuffisamment utilisé : le texte semble davantage privilégié par rapport à l’audio, à l’animation ou à la vidéo. Par ailleurs, aucun des sites web des dernières présidences ne propose d’interactivité, permettant de dialoguer avec les internautes :

  • aucun débat en ligne, forum ou blog ;
  • aucune utilisation des wikis (rédaction d’articles en commun) ;
  • aucune notation du site sur des critères de lisibilité, d’exhaustivité ou d’absence de jargon.
Ce contenu a été publié dans Web et Europe. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>